• Accueil
  • > Recherche : paul etait petit garcon

Résultats de votre recherche

Le miroir

Posté par canelle49 le 4 avril 2011

 voir l'image en taille réelle

Merci à Lyly pour ce nouveau défi, un tableau de, Nicolas Régnier, jeune femme à la toilette, qui m’a emmenée dans un texte venu d’ailleurs puisque les défis de Lyly m’entraînent si souvent dans l’inspiration, allez voir cette jeune femme qui nous offre une belle plume et des défis que j’aime beaucoup.

_____________________________________________________________ 

 Pourquoi apparaissait-il seulement maintenant dans sa vie, il était si beau, si jeune, elle avait peur de voir dans son regard ce désir qu’il avait d’elle, qu’il lui faisait comprendre par les mots chaque jour, elle ne pouvait pas y croire, il avait le visage d’un dieu grec, son corps musclés l’emportait dans des délices jamais conquis encore, elle se laissait emmenée par ce tourbillon de passion, pourtant chaque matin elle se demandait encore comment cela avait pu arriver. Elle pouvait encore faire illusion la journée, mais au petit matin débarrassée de ses fards, elle voyait bien les outrages des ans creusés ces joues.

Son miroir reflétait encore une image de beauté, mais qui commençait à se creuser de quelques petites marques qu’elle ne voulait pas voir, ni appeler ride, elle se caressait le visage, tirait en peu sa peau et tout à coup retrouvait quelques secondes la fraîcheur de ses 20 ans, son passé défilait dans ce miroir, elle y voyait la belle jeune fille qui faisait tourner la tête à tous les garçons du village et se souvint tout à coup de ce garçon prénommé Armand, il avait le même regard que Paul, il avait les cheveux couleurs de l’ébène et le corps d’un soldat romain, elle avait eu bien peu de chance de ne pas lui céder et ce qui devait arriver arriva, elle tomba follement amoureuse, la suite se passa comme dans un rêve, elle épousa Armand et comme dans les contes, ils eurent beaucoup d’enfants, ce fut la seule vérité du conte.

Les années passaient et elle se demandait comment ils en étaient arrivés à ce naufrage et comment quand on a aimé avec tellement de passion on peut un jour avoir le coeur sec qui ne bat plus pour l’autre, cet adonis n’avait plus une trace de ce qui avait pu plaire à Viviane, elle avait beau rechercher une once de ses traits de jeune homme, rien n’apparaissait de ce bel homme devenu un vieillard bien avant l’âge, contrairement à lui elle avait su prendre soin d’elle, mais il y avait belle lurette qu’il ne la regardait plus, ce qui devait arriver arriva, elle découvrit qu’il n’avait pas avancé sur le même chemin et qu’il n’avait plus rien en commun, ils décidèrent  de se séparer, sans haine, dans le respect et le souvenir de leur amour.

Elle était encore devant son miroir, il était si jeune, comment pouvait-elle se laisser aller dans les bras de cet homme si jeune, elle ne voulait pas être une couguar,  ce mot la fit frissonner, elle fronça les sourcils et plongea son regard sur les ans qu’elles découvraient devant ce maudit miroir, rien jamais ne lui redonnerait ses années, on ne peut être et avoir été, il fallait qu’elle finisse avec ce ridicule duo qu’elle formait avec ce bel adonis de 30 ans, elle avait 22 ans de plus que lui et plus les ans passaient, plus cette différence allait être grande, elle savait bien que cela ne pourrait pas durer, elle jeta un dernier coup d’oeil à son miroir, elle avait pris sa décision,  elle ne voulait pas être une vieille femme solitaire quittée par son amant, elle se retourna une dernière fois sur son image, s’allongea sur son lit, les barbituriques faisaient leur effet, elle ferma les yeux et sourit.

Paul la retrouva le sourire aux lèvres au petit matin, il savait déjà que la grande faucheuse était venu prendre sa bien-aimée, son regard se posa sur le miroir où il put lire ces quelques mots écrits d’un rouge très vif, JE T’AIME……

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

Destinée…….

Posté par canelle49 le 27 mai 2010

coeurrougemain.jpg

La route était sinueuse et elle ne voulait, pour rien au monde arriver en retard, elle ne pouvait pas faire cela à ses amis, c’était le plus beau jour de leur vie. Ils se mariaient et elle était demoiselle d’honneur, alors elle appuya encore en peu sur le champignon, elle entendait le crissement de ces pneus sur le bitume, la radio ronronnait une vieille chanson de piaf, tiens se dit-elle, j’aime bien cette chanson, absorbée par ses pensées elle ne vit pas tout de suite le camion qui arrivait dans le virage et au moment où elle l’aperçut  il était trop tard, le bruit de la collision avait dû réveiller tout le petit village qu’elle venait de traverser.

Elle se voyait main dans la main avec ce garçon, comment s’appelait-il déjà, oh! Et puis après tout il n’avait été que le premier de toute une série, elle papillonnait de ci-de-là et jamais ne s’attachait, vraiment à un garçon, elle aimait les soirées de danses, de folies et cela n’était pas compatible avec l’amour et la passion, alors elle vivait sa vie de célibataire endurcie avec bonheur, elle venait de fêter ses 36 ans, mais cela ne la souciait pas, elle aimait sa solitude et sa liberté avant tout.

Les secouristes qui avaient mis peu de temps pour arriver sur les lieux de l’accident se penchaient au-dessus de la petite voiture rouge qui n’était plus qu’un amas de ferraille entrelacé autour du corps de la jeune femme, un pompier se redressa et fit un signe de la tête qui en disait long, il n’y avait plus rien à faire pour cette pauvre femme, elle avait dû être tuée sur le coup.

Elle respirait avec peine, elle savait que ses jours étaient compté, son père près d’elle avait le désespoir dans les yeux, il ne voulait pas perdre Caroline, sa fille unique qui avait à peine 18 ans, comment pourrait-il laisser son bébé s’en aller, il avait déjà abandonné sa première fille née d’un amour sans mariage, il avait été lâche, mais il était si jeune quand sa petite amie lui annonça être enceinte, il pris peur et demanda à ses parents de pouvoir partir étudier dans un autre pays, jamais plus il n’avait, eu des nouvelles de Claire, il savait qu’elle avait eu une fille, mais jamais il n’avait demandé à la voir, il pensait que Dieu en ce moment le punissait d’avoir lâchement fuit ses responsabilités, il regardait Caroline, sa blondeur était celle d’un ange et son regard avait la couleur de l’océan quand il vire au vert. Caroline regarda son père et lui tendis les bras:

-  Courage papa, lui dit-elle, surtout ne pleure pas, je sais que je vais m’en aller, mais avant de partir je veux que tu promettes une chose;

- Mais bien sûr ma chérie tout ce que tu veux, mais tu ne vas pas partir, ne dis jamais cela!

- Papa écoute-moi, je n’ai plus beaucoup de force et je veux que tu me fasse la promesse de continuer à vivre, tu ne dois pas te laisser abattre, je serai là papa, toujours près de toi et j’ai besoin de te voir heureux et besoin de ton sourire!

Il la serra très fort, c’est à cet instant qu’une infirmière fit son apparition, elle regarda la scène et se pencha sur Caroline lui disant, voilà cette fois c’est la bonne, on a un coeur compatible!

Caroline frissonna depuis tant de temps qu’elle attendait cette greffe, son père venait de comprendre que Caroline allait peut-être vivre, il laissa ses larmes retenues couler le long de ses joues.

Douze heures, cela faisait douze heures qu’elle était en salle d’opération, il devenait très nerveux, il regarda pour la unième fois l’aiguille de l’horloge au dessus-de sa tête quand la porte s’ouvrit,  le médecin s’approcha de lui, posa sa main sur son épaule et dit :< voilà, on a gagné la bataille, le coeur est reparti et l'opération c'est très bien passé!  ce père qui avait tant prié pour son enfant, laissa son émotion prendre le dessus et éclata un sanglots!

Quelques années ont passé et Caroline ne sait pas qui lui a redonné la vie une nouvelle fois, elle sait que c’était une femme accidentée, rien de plus, elle ne saura jamais que dans son corps, le coeur de sa soeur bat  en elle! 

 

Publié dans page de vie | 17 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog