• Accueil
  • > Recherche : mains tiennent coeur

Résultats de votre recherche

Conditionnel

Posté par canelle49 le 27 août 2010

 voir l'image en taille réelle

Un jour je voudrais, un jour j’aimerais, un jour j’aurais……….

Conjugaison au conditionnel que l’on a tendance à conjuguer dans nos vies, pourquoi ne pas oser mettre nos projets au grand jour et devenir les Robinson Crusoé de nos vies, qu’est-ce qui peut bien nous retenir pour ne pas oser faire de nos vies ce dont on a envie.

La vie n’a pas de sens sans amour, sans amitié, la vie n’a pas de sens si on ne sait pas ouvrir non seulement ses yeux, mais son coeur, la vie devient insensée de nos jours, il faut voir cette foule de gens qui se croisent sans se voir pour aller gagner leur vie, ce monde moderne, ce monde dont je rêvais, petite, je voyais des robots dans les rues, je me souviens quand mon beau-père me contait le futur, m’expliquant que tout ne serait pas que du bon, que l’homme devenait fou à force de vouloir remplacer l’homme dans les industries par les robots, moi j’étais fascinée en me disant que c’était merveilleux, l’homme aurait plus de vacances, l’homme donnerait des ordres aux robots qui accompliraient leur travail et je me demandais pourquoi il disait que c’était dangereux tous ces robots qui arrivaient à pas de géant dans nos vies…………..

J’ai compris depuis, les robots non seulement ont soulagé les hommes de lourdes tâches, mais ils ont du même coup soulagé leur porte-feuille, puisque ce ne sont plus les hommes qui gagnent de l’argent, mais les robots et  eux ne mangent pas, ne boivent pas, ce n’est que tout bénéfice pour les usines qui tournent en boucle puisqu’un robot ne dort pas non plus, mais au sommet de cette armée de robot, il y a un robot différent que l’on appelle patron, il n’est pas tout à fait pareil que les autres robots, il a perdu l’essentiel, il a perdu ce que les hommes ont encore en eux et c’est le coeur, le sien est parti dans son porte-feuille et il ne saura jamais plus en sortir, car ce robot lui est très gourmand et plus il mange, plus il a faim, ce qui fait qu’hélas ce robot-homme ne pourra jamais plus penser et avoir un coeur puisque l’autre aura remplis la place à jamais.

Je me prends à Rêver de mon monde d’avant ou tous avaient un travail, tous avaient un coeur, tous parlaient avec son voisin, pourquoi a-t-il fallu que l’homme prenne exemple sur ce qu’il avait inventé et est devenu lui-même un robot, je ne comprendrais jamais le monde, mon monde, je vais parfois me ressourcer quelque par dans ce monde où il existe encore des hommes des années 1960 et oui il y a dans ce monde en cherchant bien des vies qui se déroulent au rythme des saisons et des gens qui ont un coeur, qui sont restés humains, qui ont peu, mais si vous rencontrez un jour ces gens-là ils vont vous partager les quelques miettes qu’ils tiennent dans la main avec amour et bonté.

Petite fille j’avais soif de savoir, soif d’apprendre, non pas de l’école, mais des adultes, soif d’entendre ce qu’ils pouvaient connaître, alors qu’en moi trop de questions me remplissait chaque jour et j’avais envie d’avoir des réponses, autant j’aimais rêver, autant j’aimais connaître le pourquoi et le comment des choses qui me paraissaient tellement étonnantes que j’avais besoin de réponses. Si tout ne peut être assurance dans les réponses de nos vies, il y a quelque chose qui pour moi l’est devenu avec le temps, c’est que pour avancer il faut OSER, oser donner à sa vie une direction qui nous comble, il y aura toujours des obstacles sur nos chemins de destinée, toujours on devra les surmonter pour avancer, mais si nous n’osons pas avancer alors tout est perdu, nos rêves ne se réaliseront jamais, Dieu nous a offert les piliers de la construction de nos vies, à nous de faire en sorte de construire cet édifice tant bien que mal, la force de faire un choix est en nous, nous sommes tous les maçons de nos vies et brique après brique nous construisons notre bonheur!

Moralité: oser se faire confiance ferait bien souvent que nous saurions conjuguer ces verbes dans l’indicatif présent même si on nous dit que c’est le roi qui dit je veux et bien je dis non on n’est tous les rois de nos vies !

 

 

Publié dans page de vie | 14 Commentaires »

En peu de sérieux…..Sourire

Posté par canelle49 le 7 juin 2010

chatl10.jpg

La Grèce, maintenant la Hongrie qui va se serrer la ceinture, l’Espagne qui ne va pas très bien non plus et le Portugal, chaque semaine un pays Européen est pris dans la tourmente de l’économie qui se casse la figure!

A qui la faute? Aux gouvernements de ces pays en difficultés, à l’Europe, au monde? N’étant pas économiste je ne peux pas faire une analyse de cette situation, mais je peux me souvenir de ce que prévoyait un homme politique pour qui j’ai eu toujours une admiration sans bornes et qui n’est plus de ce monde.

Philippe Seguin qui avait une vision très précise de ce que pourrait apporter l’Europe, il était plutôt négatif à la construction de l’Europe et avait prédit ce qui arrive en ce moment, alors une fois de plus je me demande comment des gens si intelligents qui sortent de hautes études, n’avaient pas senti le vent venir, il ne reste maintenant plus qu’à colmater les brèches du navire qui prend l’eau de toute part.

Alors, il devient plus facile d’accuser ceux qui sont à la tête des pays qui s’enlisent dans les profondeurs des eaux sombres que peuvent mettre sous leurs pieds ceux qui ont, le pouvoir de l’argent, le monde est bien mené par l’argent, mais y aurait-il une autre solution maintenant?

Le pouvoir c’est eux, tous ceux qui détiennent les dollars entre leurs mains et qui jouent à faire la pluie et le beau temps, il est utopique de penser qu’un président peut faire des miracles dans ce monde, il est utopique de penser que changer d’homme va renverser la situation, pour moi de nos jours que cela soit la gauche,  la droite ou le centre, peu importe, pas un ne pourra nous sortir de ce marasme financier, pas un d’un coup de baguette magique ne pourra agir contre le chômage, contre la pauvreté qui s’installe dans nos pays, alors à quoi bon se battre gauche contre droite, il ne serait pas plus judicieux d’allier les forces et les bonnes idées de chacun pour essayer de s’en sortir, plutôt que de s’insulter et de chercher des coupables qui ne le sont, que parce qu’ils sont au pouvoir!

La politique décidément a le pouvoir de nous montrer une bien mauvaise image d’elle et plus les crises sont là, plus les hommes et les femmes s’accusent, Zola quand il a écrit son  » j’accuse » avait des raisons, il défendait une juste cause, de nos jours tous ceux qui accusent sont devenus des Zola en puissance, sauf qu’eux, n’accuse pas une juste cause, ils accusent des hommes qui ne font que subir aussi cette grave crise qui subside dans ce monde! Ils accusent avec mauvaise foi, ils accusent en insultant, ils accusent qui ou quoi? Une fatalité de ce monde qui nous fait voir combien est difficile la vie de nos jours, combien on peut chercher des solutions, mais combien aucune ne peut faire de miracle!

Si la politique me saoule parfois, je suis consciente que tout est politique de nos jours, parler de tout et de rien devient politique, si je n’ai pas aimé l’instruction civique à l’école, je m’y suis intéressée tout de même, on doit savoir comment tourne notre pays, par quelle miracle des hommes et des femmes se sacrifient pour un pays, oui je parle bien de sacrifices, comment, de nos jours, avec toutes les critiques, les insultes que peut recevoir un homme ou une femme politique, comment ont-ils (elles) le courage de se mettre en danger face à la vindicte populaire? J’admire, même si je n’aime pas non plus tous les politiciens, j’admire leur courage!

Il est plus facile de critiquer, que de construire!

Je finirai par cette citation qui illustre bien ma pensée!

Tant qu’il y aura des dictatures, je n’aurai pas le coeur à critiquer une démocratie ( Jean Rostand).

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 15 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog