A comme amitié, S comme sincérité

Posté par canelle49 le 29 avril 2010

amitiesincere.gif

Quelle importance cela peut-il faire si tu es mon amie et que j’aime le rouge, alors que toi tu aimes le bleu, si j’aime la lune et toi le soleil, si j’aime les nuits et toi les jours, toutes ces différences doivent-elle venir perturber notre amitié?

Non, il est indéniable que l’amitié comme l’amour ne se penche pas sur le berceau de nos jumeaux, nos différences sont bien réelles, mais ne sont-elles pas là pour nous démontrer que si on aime quelqu’un on l’aime aussi pour ses différences et que ces différences nous rapprochent bien plus qu’elles ne nous séparent.

Côtoyer des gens d’autre culture, met en nous une richesse incomparable, savoir s’ouvrir aux autres sans pour cela penser qu’il faut qu’il soit à notre image, chercher nos doubles seraient bien ennuyeux finalement, je ne crois pas qu’il faille être identique pour avoir de l’amour pour l’autre, savoir accepter les différences des autres c’est que l’on peut avoir des amis (amies), les apprécier et les aimer même s’ils ne nous ressemblent pas, l’essentiel ne se voit bien qu’avec le coeur!

L’amitié n’a pas de barrière, ni de frontières, ni de races, l’amitié est l’essence même de la vie, l’amitié c’est, exister, ne pas rester dans l’ombre, l’amitié c’est savoir regarder l’autre avec son âme et lui apporter le meilleur de nous-même, c’est savoir prendre des nouvelles même si on c’est peut-être perdu de vue quelque temps et puis depuis peu je peux rajouter que l’amitié on le trouve à des endroits bien cachés comme dans un mondede blogueurs et « gueuses », chaque jour devient un réel bonheur de partager tant de belles choses au travers de nos blogs, partagé un instant de vie, un poème, un conte, des photos, je me suis surprise d’avoir dès mon réveil ce petit moment bien à moi pour aller aux nouvelles des blogs que j’aime visiter, bien entendu il y a des blogs qui ont ma priorité, je ne les nommerais pas pour ne pas faire de jaloux (sourire) mais il est certain que l’on a tous dans la vie nos petits chouchous, c’est bien humain cela, non?

Il y a un petit village de rêve qui accueille tout le monde sans distinction de race et de nationalité, la fondatrice de ce village à ouvert un sondage dont la question est la suivante:< Accepterais-tu de retrouver tes amis du village réellement>, un petit clique, sur oui ou non et si d’aventure les oui l’emportaient alors nous pourrions voir ce rêve en peu fou devenir réalité! emoticone

Voilà que dire de plus que pour apporter en peu de chaleur dans les coeurs il suffit parfois de ce petit mot magique qu’est amitié et qui se trouve bien au chaud dans le mot amour!

 

 

 

 

Publié dans Non classé | 16 Commentaires »

Marilyn……………

Posté par canelle49 le 28 avril 2010

dauphins2.gif

Un jour que j’aurai voulu absent de ma vie, mais on ne choisit pas, le destin une fois de plus frappe à la porte et on ne peut pas l’empêcher d’entrer malgré toute la colère, le chagrin, qui peut être en nous!

Je garde espoir, j’ai en moi une force qui me dit qu’elle saura se battre contre cette injustice, elle saura trouver en elle cette force qui est certainement de famille,  la fille de mon frère  est une jeune jeune maman de deux merveilleux petits et qui va entrer dans le combat le plus important de sa vie, entrer en guerre contre cette putain de maladie, cette toile tissée par les tentacules du mal qui sont en elle,  comment ne pas avoir cette rage en moi, cette colère contre l’injustice d’un destin que l’on ne choisit pas.

Elle nous rassure en riant et en nous disant qu’elle a la force en elle pour gagner cette bataille, que dire devant tant de force, elle a cela en elle comme nous tous dans notre petite famille, elle ne sera pas seule dans sa lutte, tous nous allons l’aider à combattre ce mal qui  qui ne gagnera pas, je me le suis jurée, on sera les plus forts, ne dit-on pas que l’union fait la force et là nous avons besoin de toutes nos forces réunies pour l’aider de notre mieux.

Quand on entend le verdict tout s’écroule et puis à nouveau cette envie de vivre revient en force et on sait bien que le 50 % de la guérison est le moral, alors nous n’allons pas baisser les bras, dans cette mauvaise nouvelle une bonne est venue et la bonne est que la partie touchée n’est pas vitale pour vivre, que sans cette partie dans son corps elle pourra vivre centenaire, il faudra simplement un suivi de longue haleine pour tuer complètement le mal qui est en elle, l’autre bonne nouvelle est que le 99% de gens arrivent à tuer ce mal qui les ronge, bien sûr comme elle dit on m’avait aussi dit que j’avais 80 % de chance que cela soit bénin il a fallu que je tombe dans ce 20 % qui est malin, mais je suis plus maligne que lui, alors je vais m’en sortir et son rire résonne encore à mon oreille.

J’ai l’impression de ne plus avoir de vie en moi, le vide, rien que le vide tout à coup, les mots je ne les trouve plus, ils sont si dérisoires tout à coup.

Je t’ai vu naître, je suis ta tante, mais aussi ta marraine et crois-moi que je ne vais pas laisser cette injustice se mettre en travers de nos routes, on va prendre ce long chemin main dans la main et ne pas laisser un instant de répit à cette chose qui ne peut pas exister si on ne prononce jamais son nom, alors ne le prononçons pas, jamais, faisons-lui face sans détourner le regard, mais ne l’appelons pas, la victoire est au bout du chemin, je n’ai pas de doutes!

Puis, n’oublies pas, on doit aller nager avec les dauphins! 

 

Publié dans Non classé | 10 Commentaires »

Il était une fois un petit garçon……..

Posté par canelle49 le 27 avril 2010

fe4.gif

Il était une fois, un petit garçon qui ne voulait pas se lever le matin, se lever tôt était pour lui un problème insurmontable, les matins chagrins surtout quand l’hiver montrait le bout de son nez devenaient pour sa maman un véritable parcours du combattant, elle avait beau lui préparer son petit- déjeuner qu’il préférait, rien n’y faisait.

Les jours dans cette famille à deux se passait plutôt bien et le coucher du soir était un véritable bonheur quand maman se mettait près de son lit pour lui lire des contes et qu’il s’endormait en pensant à tout ce monde de fées et de farfadets, personne ne comprenait pourquoi le réveil de cet enfant était si difficile alors qu’il allait se coucher tôt le soir.

Un jour sa maman ne pouvant plus se battre contre ce petit qui ne voulait plus s’éveiller le matin décida de surveiller une de ses nuits pour comprendre pourquoi il ne pouvait pas se lever, elle referma la porte derrière elle comme tous les soirs et resta dans la pénombre à l’écoute du moindre bruit, le temps passait et rien ne bougeait, elle attendit encore en peu et tout à coup entendit une voix derrière la porte, elle pensait rêver et tendit l’oreille, une petite voix douce demandait à son fils s’il désirait venir encore cette nuit au pays des fées, le petit lui répondait d’une voix pleine de sommeil:< oui bien sûr que je veux venir avec toi dans ce merveilleux pays:> la porte résista elle ne pouvait pas ouvrir la porte, un jet de lumière passait sous la porte, mais pourquoi ne pouvait-elle pas ouvrir cette satanée porte qui lui résistait.

Elle ne savait pas que pour faire le voyage au pays des rêves des fées il fallait avoir gardé une âme d’enfant, les adultes ne pouvaient entrer dans ce monde merveilleux, ils n’avaient pas l’âme et le coeur des enfants, ils étaient déjà corrompu par la haine, par le pouvoir, par la jalousie, tous ses sentiments qui ne pouvaient entrer dans le monde des fées.

De guerre lasse, elle finit par retourner se coucher et décida de dormir près de son fils le lendemain, il était très étonné de sa décision, mais si heureux de voir sa maman rester auprès de lui, il avait tant demandé aux fées que sa maman lui consacre en peu de temps, elle était si prise par son travail, par les corvées du ménage qu’il se sentait bien seul dans son monde, il était si souvent seul quand il rentrait de l’école, mais elle travaillait beaucoup pour que son fils ne manque de rien et le soir venu elle devait préparer le repas, repasser, épousseter et lui pendant ce temps errait comme une âme en peine, il ne savait que faire pour lui dire qu’il n’avait pas trop envie de regarder la télévision, qu’il n’avait pas trop envie de jouer seul dans sa chambre, il savait que de toute manière elle ne l ‘entendrait pas et puis elle lui accordait ces quelques minutes du soir, alors il allait attendre le soir pour la retrouver, il essayait de ne pas s’endormir trop vite pour profiter des bras de cette maman qu’il aimait tant, mais le soir venu, la fatigue était telle, qu’il s’endormait très vite.

 Elle entendit un petit bruit dans la nuit et se tourna pour voir son fils qui dormait à point fermé, la lune éclairait la chambre et dans les rayons de lune qui passait au travers du rideau elle distingua une silhouette, elle eut un frisson et distingua une fée qui se tenait dans la chambre, de sa baguette magique elle envoya des milliers d’étoiles dans le plafond de la chambre et chaque étoile avait un mot qui s’illuminait, elle pouvait lire, (temps, amour, enfant, bras, donner, grandir, je t’aime, coeur, tristesse.)

Elle ne comprenait pas tous ces mots qui éclataient dans la lueur de la lune et qu’elle pouvait lire distinctement, puis, la fée se pencha doucement au- dessus de son lit, elle leva le regard sur elle et dans un souffle l’entendit lui murmurer:< prend le temps alors qu'il est encore temps de voir grandir ton enfant, de lui montrer ton amour en lui accordant en peu de toi chaque jour, ouvre lui tes bras plus souvent et dis-lui, je t'aime, sans perdre un instant, l'amour est un trésor que tu as dans le coeur,  ne le garde pas enfoui en toi,  offre-le à ton enfant, la tristesse de ses nuits ne sera plus que souvenirs.>

Elle se demanda si elle n’avait pas rêvé, elle pensa à tout ce temps où elle n’avait pas su être une maman attentionnée, aimante, elle n’avait pas su ouvrir ses bras à son enfant, persuadée, que son bien-être passait par l’argent qu’elle pouvait lui donner par son travail et ses heures supplémentaires, elle n’avait pas vu grandir son petit, elle se promis que tout changerait, qu’elle allait écouter la fée de la nuit, elle allait donner en peu moins de matériel à son enfant, mais tellement plus de temps et d’amour que le bonheur s’inscrirait à tout jamais dans leur maison!

Depuis tout à changé, on entend des rires dans cette maison, on entend des mots d’amour qui étaient resté dans leurs esprits trop longtemps prisonniers, on se laisse le temps de se tenir par la main pour découvrir l’autre dans le regard et dans les mots, on ne s’inquiète plus de devoir remettre au lendemain une tache ménagère  pour laisser la place à l’amour et au jeu, dans cette maison il y a un petit garçon qui se lève le matin tout heureux avec dans le coeur le bonheur de s’éveiller près d’une maman qui l’aime et qui lui tend les bras dès son réveil.

Publié dans Non classé | 16 Commentaires »

Où je l’ai pris ?

Posté par canelle49 le 26 avril 2010

mamounie.gif

Chez celle qui n’oublie jamais personne, celle qui nous laisse de jolies surprises chaque jour sur son blog, celle qui nous a ouvert le petit village des rêves, celle qui laisse si souvent de jolis écrits comme celui-ci (sourire)

 

Canelle!

Courir te voir

Arriver chez toi

Ne pas repartir

Eviter la foule

Laisser passer le temps

Lire avec toi

Ecouter ta voix!

Bon dimanche à toi , bisous Manounie

Ce matin elle a ma page pour elle toute seule, elle le mérite bien, elle qui ne laisse pas le temps passé sans venir nous faire un petit coucou, celle qui m’a sauvée de mon errance pour trouver le petit village des rêves, celle qui a su me relire en voyant mon erreur de prendre un N pour un M, celle qui donne son amitié sans retenue et qui nous accompagne chaque jour sur nos blogs je ne pouvais que lui laisser la primeur ce matin de trôner sur ma page! Et lui offrir bien modestement ces quelques mots!

M erveilleuse amie

A vec toi on ne se lasse pas

N ouvelle de toi on aime lire

O bserver la vie du petit village

U nion d’amitié et de partage

N oblesse d’un coeur

I nvitation à l’amitié

E lle, tout simplement, c’est Manounie

Celui qui a dit un jour que l’amitié virtuel ne pouvait exister et bien il n’avait pas rencontré Manounie, celui-ci il devrait partir à la recherche de cette fée qui de sa baguette magique fait rencontrer les êtres qui par le biais de nos blogs ne forme plus qu’une chaîne de l’amitié.

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | 11 Commentaires »

Les mots

Posté par canelle49 le 25 avril 2010

mots.gif

les mots sont divins, parfois moqueurs, parfois trompeur, parfois mensongers, parfois affectueux, parfois amour, parfois haine, parfois colère, mais ils sont en nous, dans nos esprits, ils virevoltent sans un instant de repos, ils s’amusent à nous défier, défier d’oser les relater sans qu’ils ne deviennent, arranger, sans qu’ils ne deviennent, réfléchis, souvent ils m’ont mise au défi d’oser, souvent je n’osais pas, puis un jour qui restera dans ma mémoire à force de les voir me mettre la pression, de les voir se moquer de moi, de rire de mon manque de courage, je leur ai fait face, j’ai mis mes doigts sur le clavier et j’ai osé à mon tour les défier de ne plus être caché, mais bien mis en évidence, au grand jour sur un blog.

Ils ont moins fait les malins, alors c’est eux qui tout à coup ont manqué de courage et sont devenus timides, c’est eux qui ont eu cette pudeur qu’il me reprochait si souvent, c’est eux qui ont mis tout à coup des gants pour ne pas se montrer comme ils étaient, pour porter un masque de candeur et de fraîcheur et puis petit à petit ils ont osé se dénuder et sortir de leur carapace pour me permettre de les aider à s’ouvrir et danser sur les pages blanches de mon blog, petit à petit ils sont devenus plus osés, ne se sont plus cachés, sans devenir vulgaire pour autant, ils ont osés se dévoiler sans pudeur, sans honte de faire danser mes doigts sur le clavier.

Les mots ont mis du temps, mais avec le temps, sont devenus de véritables petits pantins qui n’ont, eu de cesse, de me faire tourner la tête et de jongler avec mes sentiments, tantôt avec rigueur, tantôt avec amour, tantôt avec humour, tantôt avec passion, tantôt avec colère, ils ont tous un rôle bien précis et ils le tiennent à merveille, depuis qu’ils savent et ont compris que mes doigts et mon esprit jamais ne les trahiraient, jamais ne les emploieraient sans leur donner la place qu’ils méritent et depuis ce jour du 13 juillet 2009 ils ne sont plus que des amis et me permettent de faire danser mes doigts sur le clavier, de les mettre à jour avec mon coeur et mon âme, seul instrument qui leur donne du pouvoir de remplir ses pages chaque jour en faisant mon bonheur de vous voir si nombreux leur faire un petit coucou et par là leur dire que j’ai bien eu raison de les faire enfin sortir de l’ombre!

Mot à mot sans perdre haleine

Prisonnier de mon esprit

Je vous libère avec amour

Jamais je ne vous trahis

Voyelles et consonnes

Avec tendresse je vous abuse

Je vous rend votre liberté

Pour dévoiler mes pensées

Sans fard et sans pudeur

Unis tels des amants

A cette feuille qui vous reçoit

Avec son coeur tout en émoi

Publié dans Non classé | 16 Commentaires »

1...126127128129130131
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog