• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 14 décembre 2012

Réalité d’une nuit magique

Posté par canelle49 le 14 décembre 2012

Réalité d'une nuit magique dans contes village-sous-la-neige

 

La nouvelle avait fait le tour du village, c’était cette nuit qu’ils arrivaient. 

Les enfants étaient tous plus excités les uns que les autres; et oui, disait la tenancière du magasin de tabac, on ne peut plus les tenir depuis qu’ils savent qu’ils viennent dans la nuit.

Le petit Alfred, qui n’avait plus de papa, était bien peiné ce soir de voir que chaque famille était avec un papa et une maman. Pour ne pas montrer que des larmes coulaient sur ses joues, il s’était caché derrière la fontaine. De là, il pouvait tout voir et personne ne pourrait le voir.

Il entendit, sans le vouloir, une drôle de conversation entre le boulanger et le cordonnier.

 

-  mon ami, tu sais bien qu’ils vont venir lorsque nous serons tous endormis

-  mais non, il suffit de ne pas dormir et nous les verrons

-  tu dis cela chaque année et puis au matin, on se réveille sans avoir tenu le coup, chaque année c’est pareil.

- il faut croire, alors, que l’on ne doit pas savoir

 

Alfred se demandait de qui, il pouvait bien parler, qui allait arriver cette fameuse nuit qu’on appelait veille de Noël ?

chutttttt, lui dit la petite Margot en s’approchant de lui, ne fais pas de bruit, nous allons rester cachés et nous verrons bien qui vient cette nuit. Elle avait aussi entendu la conversation et voulait en avoir le coeur net.

 

- tu es bien une fille, toi, ils vont nous chercher et nous retrouver très vite

- non, nous n’allons pas rester ici, allons dans les bois, je connais une cachette que jamais personne ne trouvera

Aussi tôt dit, aussitôt fait, Alfred n’hésita pas une seconde et s’enfuit avec Margot.

Oh! Au fond de lui, il savait qu’il faisait une erreur de soucier sa maman qui allait avoir très peur, mais l’envie de voir qui allait venir cette nuit, faisait que rien ne pouvait plus l’arrêter. Il savait bien que le père Noël venait toujours de nuit pour apporter les cadeaux, mais jamais il n’avait pu le voir, alors cette nuit avec Margot ils allaient à la rencontre du père Noël.

Il faisait nuit noir dans la forêt, tous les deux se tenant par la main s’enfoncèrent dans la pinède, leurs pas dans la neige allaient certainement les trahir, alors, avec précaution, ils commencèrent à balayer la neige derrière leur passage.

Fougueux s’excitait déjà, il fallait que tout soit terminé, c’est qu’ils en avaient des kilomètres à faire cette nuit. Comète et Cupidon n’avaient pas encore rejoint le groupe et Tonnerre commençait à s’énerver. Rodolphe, le doux Rodolphe, temporisa les grognements des deux autres et se tourna vers la seule fille du groupe, Mégère, en lui demandant pour une fois de bien vouloir cesser ses commérages.

Danseur, comme toujours, écoutait de la musique et ne pouvait s’empêcher de valser encore et encore, Eclair courait dans tous les sens en laissant derrière lui un nuage de poussière qui fit tousser Fringant qui l’apostropha en le fustigeant du regard.

Tout ce petit monde était bien énervé, ce soir, il faut dire que c’était le grand soir, ils allaient tous ensemble livrer les cadeaux aux enfants du village et le père Noël n’admettait pas de retard.

Fringants et attelés, sous les ordres de Rodolphe, ils s’envolèrent au-dessus des nuages, les rennes, ce soir, avaient une mission qui ne pouvait pas attendre, emmener le père Noël dans le village de Margot et Alfred.

C’est cette nuit-là, en entendant le tintement des clochettes et en levant les yeux au ciel, que Margot et Alfred, comprirent que le père Noël et ses rennes, étaient bien une réalité !

 

 

 

 

 

Publié dans contes | 12 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog