• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 13 décembre 2012

L’écrivain

Posté par canelle49 le 13 décembre 2012

L'écrivain Page+blanche

Les sourires et les rires se sont tout à coup arrêtés, la foule en délire ne faisait plus aucun bruit. Enfin, il arrivait avec son bouquin sous  le bras, puis la clameur s’envola au-dessus des toits de la ville.

C’est qu’il en avait fallu du temps pour que l’écrivain peaufine son texte et arrange à sa façon l’histoire. Des nuits sans sommeil en se demandant s’il allait arriver au bout de son livre, des jours interminables, l’esprit emplis de ses mots que lui seul savait trouver pour notre plus grand bonheur.

Il voulait que tout soit parfait et parfois, il avait un petit doute, mais d’un coup de baguette magique, la confiance lui revenait.

C’était bien difficile de faire des phrases, encore et toujours. Sa pensée travaillait à cent à l’heure et lui faisait parfois avoir des migraines qu’il pensait ne jamais pouvoir supporter encore longtemps et pourtant, son amour des mots faisait des miracles.

Il aimait l’excellence et pour cela, il s’en donnait les moyens, son Français parfait et son envie de donner du bonheur à le lire feraient le reste.

La foule venait lui rendre hommage en se battant presque pour entrer dans la librairie acheter le livre de l’année, son succès allait grandissant, chacun voulait approcher l’écrivain de plus près et la bousculade était inévitable, c’est alors que la fée clochette voyant la tournure que cela prenait, d’un coup de baguette magique calma la foule afin que tous puissent avoir le bonheur d’approcher l’écrivain qui venait, pour son premier livre, d’obtenir le grand prix de l’académie Française.

Pour un premier essai c’était la gloire et même s’il était humble, il était heureux de ce succès, mais ce qui l’animait le plus c’était d’avoir rendu les gens heureux de le lire et cela, pour lui, valait tous les trésors du monde. Il était ainsi fait, l’écrivain, il aimait donner du bonheur, c’était sa plus belle récompense et même si tout le monde se l’arrachait, en lui il y avait une petite voix qui disait, tu vois, malgré les doutes et les instants de découragement tu as réussi à donner un peu de bonheur !

C’est à cet instant qu’il se réveilla et compris que ce n’était qu’un rêve !

Pourtant, tapie dans le noir, la fée clochette, elle, n’était pas un rêve, elle savait que le rêve de l’écrivain deviendrait réalité !

 

 

 

Publié dans page de vie | 11 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog