• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 25 septembre 2012

Se désaltérer dans l’encrier de Jean………….

Posté par canelle49 le 25 septembre 2012

Se désaltérer dans l'encrier de Jean............. DSC2266-2-3-824x1024

 

 

Une jolie rencontre, depuis le temps que je voulais le photographier, on peut dire qu’il m’a donné du fil à retordre, lui. Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage écrivait Jean de la Fontaine et il avait bien raison. Je pense souvent à cette  moralité dans bien des circonstances et lorsque je suis devant des gens qui n’ont aucune patience je ne peux m’empêcher de leur servir cette petite phrase. Longtemps j’ai cru que l’impatience venait de ce que la vie étant courte on ne pouvait qu’être impatient de réaliser ses désirs au plus vite et puis, avec le temps, j’ai appris que rien ne sert de courir, il faut partir  à point.

Dans le bonheur comme dans le malheur, il faut savoir patienter et se donner un peu de temps pour apprendre que tout ne vient pas par hasard et que si on peut avoir des rêves, il faut tout de même qu’ils soient à notre hauteur et ne pas rêver l’impossible en se plaignant ensuite de ne pas avoir atteint nos rêves. Aide-toi le ciel t’aidera, n’est pas vain, la cigale n’ayant rien fait pour s’aider, en a été quitte pour danser après avoir chanté tout l’été.

Certes, tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute, que ne ferait-on pas par fierté d’être flatté et si souvent se laisser flatter n’a pas de prix avant de se rendre compte que les belles paroles rendent les fous joyeux !

Parfois la vie nous offre le retour de manivelle sans même avoir à l’y aider, la ruse la mieux ourdie peut nuire à son inventeur; et souvent la perfidie retourne sur son auteur. Que cela fait du bien finalement, que l’arroseur soit arrosé !

De toute  manière on rencontre sa destinée souvent par des chemins qu’on prend pour l’éviter, croire qu’on peut changer son destin est penser qu’on a toujours le choix ferait alors que jamais dans une vie le malheur n’y pourrait entrer. Concluons que la Providence sait ce qu’il nous faut, mieux que nous ! Alors se battre pour détourner son destin serait-ce encore et tout simplement lâcher prise. 

Dans ce monde, si la raison du plus fort est toujours la meilleure, je pense comprendre pourquoi tant de jeunes se rebellent. Le plus fort de nos jours ne tient pas sa force par la grosseur de ses muscles ni même par la grosseur de son cerveau, mais bien  par la grosseur de son compte en banque. Attention tout de même qu’un jour la rébellion devienne dangereuse, car, ventre affamé n’a point d’oreilles et ce jour arrivé, ils pourront chanter en choeur, que tel est pris qui croyait prendre !

Pour conclure, le coq, lui, est resté de marbre, si j’ose dire, et m’a laissé bien gentiment l’enfermer dans mon appareil de photo, le coq s’étant joué du renard, car c’est double plaisir de tromper le trompeur, vient de me faire comprendre que cette leçon vaut bien une photo !

DSC2273-2-3-682x1024

Apprendre des autres, n’a pas de prix ! Merci, Jean de la Fontaine, pour toutes ces leçons qui valent bien que je jongle avec les mots !

 

 

 


 

 

Publié dans page de vie | 10 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog