Le rire est la nourriture de l’âme

Posté par canelle49 le 23 mai 2012

Le rire est la nourriture de l'âme 0d0iyl98

 

Faut-il se priver de l’humour et bien non, mille fois non, avoir de l’humour et accepter l’auto-dérision est pour moi, ne pas se prendre trop au sérieux et apprendre à rire de soi-même, c’est peut-être même se sentir bien dans sa peau que d’accepter de rire de soi. Je sais avoir de l’humour et j’aime les gens qui en ont. La vie serait bien triste sans le rire que peut provoquer toutes ces histoires drôles, alors dans l’espoir que personne ne soit vexé, je vous offre un instant d’humour !

Un français demande à un belge : -’Qu’elle est la différence entre un belge et
un miroir ?’ -’Heu, ‘sais pas’ répond le belge -’Le miroir il réfléchit !’ -’Et
tu connais la différence entre un français et un miroir ?’ relance alors le
belge -’Heu, non’ dit le français -’Le miroir il est poli !’

Vous connaissez la différence entre un chien français et un chien belge?
Le chien belge a le trou-du-cul au bout de sa queue et le chien français a le
trou-du-cul au bout de la laisse…

Un français débarque dans une gare suisse. A la sortie de celle-ci, il voit
‘café de la marine’. Il rentre aussitôt dans la gare et demande au préposé:
- Comment se fait-il que vous ayez un café de la marine alors que vous n’avez
pas de mer, ni d’océan ?
- Et alors en France vous avez bien une maison de la culture !!!

Pourquoi les suisses mettent-ils trois préservatifs ?
- Pour qu’il y en ait au moins un qui reste propre

Qu’est-ce qui fait tac toutes les 5 minutes ?
- Une mitrailleuse Suisse

L’homme est sorti un jour du corps de la femme et passe toute sa vie à tenter d’y retourner.

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 12 Commentaires »

Le prédateur

Posté par canelle49 le 22 mai 2012

 

Merci à Binicaise pour cette photo qui m’a offert l’opportunité d’écrire cette tragédie, vécue par celle qui est devenue une maman et une femme, enfin libérée de son lourd secret.

 

Le prédateur  Foto-3ETNJ8P4

 

 

 

Ses pas l’emmenaient inexorablement près de l’eau. Elle était fascinée par les vagues qui venaient mourir sur la sable.

 

Elle revenait dans son passé dont elle n’avait pas encore fait le deuil. Sa gorge devenait brûlante en pensant à cet homme qui ne lui avait laissé aucune chance. Elle se souvenait de son souffle chaud tout contre sa bouche et de ses mains qui la maintenait avec force, elle avait beau crier et se débattre, il n’avait fait qu’une bouchée de sa petite taille et elle n’avait pas encore réalisé combien elle pouvait se sentir coupable d’avoir suivi celui en qui elle avait toute confiance.

 

Comment avait-il pu devenir ce prédateur, il était pourtant si gentil avec elle et venait si souvent chez ses parents. Sa mère l’avait choisi pour être son parrain et comment aurait-elle pu penser qu’un jour tout basculerait.

 

Elle n’avait jamais parlé à personne de ce terrible drame, je l’ai rencontrée, il y a bien des années. Il a fallu du temps et un jour qu’elle me parlait de son passé , elle s’est écroulée dans mes bras et m’a tout raconté.

 

Je ne savais que dire, c’était terrible pour moi d’apprendre ce qui lui était arrivé et j’ai compris ce jour-là que je me devais de la soutenir du mieux que je pouvais en lui conseillant de parler, oser dire qui était en réalité ce vieillard bien sous tous rapports, oser dire qu’il pouvait être un monstre.

 

Devant la mer, elle venait de prendre sa décision, pourquoi aurait-elle dû mourir pour un crime qu’elle n’avait pas commis, pourquoi ne pas se battre au contraire pour expliquer pourquoi elle n’avait jamais pu faire sa vie avec un homme et que chaque fois qu’elle aimait, son amour finissait mal, parce qu’elle ne supportait pas qu’un homme pose ses mains sur elle.

 

Elle devait surpasser sa honte, elle n’avait pas à avoir honte, elle n’était qu’une enfant, lui était l’adulte et lui seul était responsable de ce crime. Son secret, si lourd à porter, dont je voulais la délester en lui conseillant de parler, devenait tout à coup une priorité dans ma vie. Il fallait que j’essaye de la convaincre qu’elle n’avait pas à avoir honte, il fallait que je lui fasse comprendre qu’elle n’y était pour rien et qu’elle n’avait pas commis de faute. Le chemin fut difficile et long et souvent elle venait me parler encore et encore, de ses tourments.

 

Elle décida de revenir sur ses pas, la force, endormie en elle, venait de se réveiller. Elle ne pouvait pas le laisser finir ses jours sans qu’il sache qu’elle avait parlé et puis après tout, qu’on la croit, ou pas, peu importait, ce qui comptait, finalement, c’était de se délester de ce gros secret qui avait détruit une partie de sa vie. La peur tout à coup venait de s’envoler, elle venait de décider de ne pas faire don de sa vie à cet homme.

 

Depuis, elle a osé parler et elle a enfin rencontré un homme qui a su lui faire, non pas oublier, mais à mettre dans un coin de son esprit ce drame vécu d’une petite fille de 13 ans qui avait tellement confiance dans l’être humain pour ne pas avoir peur de partir un après -midi d’été se promener dans la forêt avec son parrain.

Le prédateur avait brisé bien des vies, sans jamais qu’aucune de ses victimes n’ait eu le courage de parler, jusqu’à ce jour de juin 1981. Je me souviendrais toujours du journal, ce matin-là, qui décrivait le calvaire de toutes ces jeunes femmes qui n’avaient pas osé dénoncer cet homme. Toutes celles qui se sentaient coupables, devenaient enfin des victimes reconnues par la société.

 

Dis l’oiseau, o dis, emmène-moi
Retournons au pays d’autrefois
Comme avant, dans mes rêves d’enfant,
Pour cueillir en tremblant
Des étoiles, des étoiles.

(Barbara)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 6 Commentaires »

Le photographe

Posté par canelle49 le 21 mai 2012

Le photographe photos-iphone-004

Il sort de l’ombre pour entrer dans la lumière

Son âme est aussi belle que ses images

Son coeur aussi grand que les montagnes

Il garde en lui son regard d’enfant

Avec  tendresse il enferme  la nature dans son objectif 

Tout  est encore plus beau dans son regard

Le conteur d’images n’a pas son pareil pour faire battre nos coeurs

Il n’a rien à envier au plus merveilleux des poètes

Ses poèmes sont des images

Ses vers sont des couleurs

Il est le peintre de nos jours gris

Il nous offre bien plus que des pensées

Il nous offre les couleurs de la vie

Dans son regard, la vie est bonheur

Le photographe nous emporte dans un monde merveilleux

Il nous offre la nature en cadeau

Sa silhouette se détachant dans le soleil

M’offre en cadeau la certitude

Que l’amour existe encore………….

Publié dans page de vie | 9 Commentaires »

Une petite semaine de vacances

Posté par canelle49 le 15 mai 2012

 

 

 

Une petite semaine de vacances Picture-729-

Je vous souhaite de belles fêtes de l’ascension………………..

A bientôt !

 

 

Publié dans page de vie | 13 Commentaires »

Prenez un peu de temps !

Posté par canelle49 le 14 mai 2012

Image de prévisualisation YouTube

Je crois que cela vaut la peine de prendre un peu de temps pour écouter cet homme. Comment peut-on, après cela, faire confiance à ceux qui nous gouvernent ?

 

Publié dans page de vie | 9 Commentaires »

12345
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog