• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 28 avril 2012

Poètes

Posté par canelle49 le 28 avril 2012

Image de prévisualisation YouTube

Compte en pieds pour faire ta prose ou ne compte pas, tout simplement, en laissant défiler les mots qui viennent de ton coeur.

Chaque poète a sa façon de jongler avec les mots, chaque poète à sa façon de nous offrir son âme sur le papier. J’aime Louis Aragon qui de ces mots décrit la vie. Belle façon de crier ses misères et sa tristesse. Belle façon de crier ses joies et ses petits bonheurs.

L’âme de Verlaine, tant de fois mis en musique et qui certainement encore, est parmi nous. L’âme de Rimbeaud nous offre le parfum des fleurs du mal avec tellement d’espoir et de désespoir, son bateau ivre navigue encore dans toutes les âmes des naufragés que la terre porte en son sein.

Je ne sais pas compter « les pieds » pour aligner les mots, qui me viennent, je n’ai pas la technique de la poésie, même si j’ai l’âme d’un poète, je ne serai jamais à la hauteur, mais bon sang que les mots sont beaux et lorsqu’ils servent d’alibi, pour oser dire ce que jamais nous n’aurions osé, par la parole, c’est cela, peut-être, que l’on appelle, la délivrance.

Laver son esprit de toutes ces ignominies de la vie qui nous prenne si souvent dans nos souvenirs par la main pour nous emmener devant ce miroir qui sera notre juge. Comment regarder son image, si d’aventure, nous l’avons ternie par de mauvaises actions ? Je ne sais pas faire et ne saurais jamais me présenter, devant ce juge reflet, qui me dira droit dans les yeux, tu n’avais pas le droit de dire ces mots, ni même les penser, car dans cette chienne de vie, qui est si belle, nul n’a le droit de juger quiconque et me reviendrait à l’esprit, comme une gifle, cette parabole qui dit : que celui qui n’a jamais fauté, lui jette la première pierre.

Le poète a toujours raison, comme l’écrivait si bien Aragon et le chantait si bien Ferrat. La femme est l’avenir de l’homme ! Merci Aragon d’avoir encensé la femme de si belle manière, que serions-nous sans toi qui vins à notre rencontre, que serions-nous sans toi qu’un coeur au bois dormant, j’ai tant appris de toi sur les choses humaines………………….

La poésie, que je récitais avec tant de ferveur lorsque j’étais écolière, pourquoi j’aimais apprendre tous ces poèmes, alors que si souvent, mes camarades détestaient cela ? Je ne saurais jamais pourquoi j’étais tellement fan de poèmes, ce que je sais pourtant, c’est que j’étais déjà amoureuse des mots.

Depuis, j’ai découvert, grand corps malade, poète du 21ème siècle, qui fait souvent mon bonheur de sa voix basse et chaude en déclamant sa poésie en musique !

Merci à tous les poètes, connus ou inconnus, qui nous ouvrent leurs âmes et leurs coeurs avec tellement de pudeur et d’amour.

Publié dans page de vie | 12 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog