• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 février 2012

Pourquoi

Posté par canelle49 le 23 février 2012

Image de prévisualisation YouTube

Elle restera éternellement la beauté féminine dans toute sa splendeur. Je me souviens de ce merveilleux rôle dans ce film Bodygarde et de cette voix sublime. Je ne veux me souvenir que de cette artiste rayonnante qui n’a rien à voir avec toutes ces substances qui aident à vivre tous ceux qui ont le mal de vivre.

 

Ce mal de vivre qui nous empêche de lutter pour sortir de ce trou noir où s’enfoncent ceux qu’on aime. Tu avais ce mal de vivre, personne ne pouvait rien, tout était vide dans ce monde pour toi. Tu pensais ne pas y avoir de place et pourtant on t’aimait, on avait peur pour toi, on voulait se battre avec toi contre, toutes tes souffrances, que l’on ne pouvait pas comprendre.

 

Comment lutter face à la puissance et au bien-être que pouvait te procurer ta drogue ? Combien de fois je me suis posé la question de savoir comment je devais faire pour t’aider, puis finalement, je n’ai pas eu le courage de continuer à te voir te détruire et j’ai baissé les bras, comme tout le monde. Je t’écrivais souvent et pourtant je me demandais toujours si tu lisais mes lettres, car je n’avais jamais de réponses et j’insistais, je te suppliais de venir me voir, je voulais t’aider à surmonter cette bataille que tu avais entreprise.

 

Puis, un matin, ce maudit matin de printemps que je voudrais sortir de ma mémoire, le téléphone a résonné dans mon bureau et je ne sais pourquoi j’ai eu une angoisse en moi qui est montée jusqu’à me faire peur de prendre le téléphone.

 

Voilà, c’était la fin de ton rêve ou peut-être le début de tes souhaits enfin exaucés. Tu devais fêter tes 20 ans…………..mais la vie en a décidé autrement.Tu es parti dans ce pays d’où l’on ne revient jamais et depuis je pense souvent à toi, je te vois, là, allongé dans ton linceul et j’ai encore la rage au ventre de n’avoir pas su ou pas pu t’aider dans ce combat qui était le tien, comme tu disais.

 

Quelqu’un m’a dit un jour, on ne peut pas aider celui qui ne veut pas être aidé, on peut tout au plus lui parler, mais si cela ne vient pas de lui tu ne peux rien faire. La personne qui a dit cela est dans mon coeur elle aussi et ne sait pas combien ses mots sont restés gravés en moi.

 

Le destin n’a pas d’état d’âme, il frappe sans discernement et ne laisse personne sans souffrance, dans une vie. On peut penser et croire que cela n’arrive qu’aux autres et bien non,  tout le monde a son lot de souffrances dans une vie.  Même s’il faut lutter, la vie est belle et savoir regarder dans la bonne direction avec son coeur, fera que les chagrins, un jour, s’envoleront et qu’il sera possible de regarder son passé sans avoir mal !

 

A toi, mon neveu, qui n’a pas voulu de ce monde !

 

 

 

Publié dans page de vie | 6 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog