En haut, en bas

Posté par canelle49 le 28 août 2011

 En haut, en bas fougeres-ete-hiver

Voilà comment on passe de l’été à l’hiver en quelques heures. Un phénomène de la nature qui fait que de 30 degrés on est passé à 9 degrés.

La tempête annoncée a été moindre, même si le vent a soufflé fortement, les orages ne se sont pas trop manifestés et heureusement. La peur de l’orage est en moi depuis toute petite. J’ai cherché pourquoi j’avais toujours aussi peur de l’orage et je me souviens que souvent les orages comme pour punir arrivaient comme par hasard lorsque ma mère était sortie et que nous étions seuls mon petit frère et moi.

L’angoisse qui me prenait alors, n’a pas disparue dans ma vie d’adulte, j’ai toujours eu peur de l’orage, puis un jour il a fallu, alors que j’étais en vacances en Bretagne, que je voie, une boule de feu s’écraser dans le jardin de la maison que nous avions louée, pour que cette image reste gravée en moi et décuple encore ma peur de l’orage.

Puis, il  y a toutes les histoires que contaient nos parents et nos grands-parents, ces histoires qui font très peur puisque souvent, il y avait des personnes décédées à cause de l’orage. Je ne sais pas si c’était toujours voulu de nous faire si peur ou s’ils voulaient nous démontrer qu’il fallait prendre des précautions, pendant un orage, mais en attendant, ils savaient nous mettre la « trouille ».

Le grand méchant loup du petit chaperon rouge qui avait mangé la grand-mère, ce conte avait-il aussi une signification bien précise pour nous faire entendre que dans la vie des loups, il y en a tellement, que nous devrions nous méfier. Les contes ne sont pas si beaux, après tout, ce petit Poucet perdu dans la forêt qui sème des cailloux blancs pour qu’on le retrouve. Cette pauvre Cendrillon qui finit par épouser un prince. La belle au bois dormant qui a mis 100 ans pour enfin se réveiller et trouver le bonheur. Alice au pays des merveilles à qui, on a voulu démontrer que tout n’est pas merveilleux dans la vie et même dans nos rêves.

Mes petits-enfants n’ont pas lu les contes et je remarque qu’ils n’ont pas nos phobies. Serait-ce alors que les contes sont mauvais pour les enfants, que ceux qui les ont écrit voulaient faire de nous des adultes peureux et trop prudents.

Pour avancer dans la vie, il faut parfois prendre des risques, il faut parfois oser s’aventurer dans des sentiers inconnus. Pour avancer dans la vie il ne faut pas dormir 100 ans sans voir la réalité en face. Pour avancer il faut oser se défendre contrer les injustices, ce que Cendrillon n’avait pas osé faire. Pour avancer dans la vie, il ne faut pas semer des cailloux blancs, pour vivre heureux vivons cachés. Pour avancer dans la vie, il ne faut pas se laisser berner par le lapin blanc d’Alice au pays des merveilles.

L’orage a disparu, comme par miracle et j’ai remarqué que je n’avais pas eu cette angoisse qui me tenaillait toujours dès les premiers grondements. Il n’avait plus de prise sur moi, l’orage qui me faisait si peur, hier, lorsque dans ma solitude je me recroquevillais sur moi-même est devenu bien inoffensif à mes yeux. Je pourrais, si d’aventure, il revient me narguer, lui faire face. Le bonheur fait disparaître nos peurs. Le bonheur fait fuir ce qui faisait si peur. L’amour nous offre des ailes et nous fait avancer à grands pas. L’amour nous fait oser sans hésiter a redonner un nouvel essor à notre vie, sans questions, sans conditions et sans doutes. L’amour nous redonne confiance et nous apporte une assurance à toutes épreuves.

Les peurs de mon enfance ne seront plus et si j’analyse toutes les peurs que nous pouvons avoir enfant, comme un éclair, je constate tout à coup que si nous avons un manque d’amour, nous avons des peurs qui ne nous quittent plus.

Amour, toujours soit dans les coeurs de chacun et chacune, amour qui rime avec toujours, sera l’élixir du bonheur des jours à venir et la fin, de toutes nos peurs et nos craintes.

Et voilà comment en partant d’un fait réel et météorologique, je pars dans un délire, qui n’a finalement rien à voir avec ce que je voulais écrire au départ. Ne vous formalisez pas, c’est tout moi cela, mes délires doivent être couchés sur le papier pour que peut-être, un jour, mes petits-enfants, qui me reliront, se disent, super, mami, tu es encore là, avec nous, tu avais raison de nous dire que même ailleurs, tu continuerais à nous parler et serais toujours présente pour nous.

A mes amours et mes amitiés que je ne laisserais pour rien au monde. Même si je devais aller dans le mur, peu importe, l’amour sera toujours dans mon coeur et les arc-en-ciel plus forts que les orages qui ne pourront plus me faire peur, jamais. Avec l’amour on se sent si fort que rien ne peut plus jamais nous faire reculer, l’amour fait avancer, la haine fait reculer.

François Mitterand disait: Le courage consiste a dominer sa peur, non pas ne pas avoir peur !

Le miracle de l’amour fait que l’on peut dominer sa peur.

 

7 Réponses à “En haut, en bas”

  1. binicaise dit :

    La peur vient parfois d’une meconnaissance des dangers, avec l’orage mieux vaut ne pas jouer les héros…. comme une voisine qui disait que c’était de la bétise d’éviter les courants d’air et qui a vu la foudre tomber chez elle dans un immeuble ce qui est rare …..les dégats ont été limités heureusement. Ma grand mère était folle de peur lorsqu’il y avait un orage et j’ai longtemps perpetué cette même crainte.
    Maintenant ma devise est la peur n’evite pas le danger ……on ne fait pas d’imprudence mais on avance courageusement dans tous les actes de la vie.
    Bon Dimanche bisous Jacqueline.

    Dernière publication sur Binicaise : Blog en pause pour une durée indéterminée.

  2. nada dit :

    Il y a les orages du coeur aussi…dont l’expression la plus à même d’enlever peurs et craintes est le « Coup de foudre »….

  3. FANETTE dit :

    Coucou ma Chipounette
    Mdr Nada et le coup de foudre : ça c’est un sacré orage ou un orage sacré comme vous le sentez
    Bon dis moi ma Chipounette : Pourquoi est ce que ce matin j’ai trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèssssssssssssssssssss mal aux yeux ?????? Tu devines :lol:
    Moi je n’ai jamais eu peur de l’orage et pourtant j’ai le fond d’oeil droit brulé à cause d’un éclair :lol:
    Belle journée ma Chipounette et continues à aimer d’amour ton Amour à toi :lol: P…………..
    hihihiih y en a qui vont se poser des questions :lol:
    Au fait Bonjour mon patron :lol:
    bisous délirants ce matin

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  4. Bonjour Hélène,

    Pour moi il est parfois possible de vaincre ses peurs mais pas ses phobies; Je comprends ta peur des orages et tempêtes si enfants tu te trouvais seule avec ton petit frère. Je n’ai jamais vécue cela, mais je suis surprise de voir la différence de temps si rapidement.
    Mais j’ai la chance de vivre dans un endroit de micro-climat.
    je t’embrasse
    isabelle

    Dernière publication sur le quotidien de la vie et des gifs : DEJA UN AN

  5. laure dit :

    coucou ma belle
    oui, la peur engendre bien des maux et des mots en passant par ces foutus angoisses qui font que nous avons le doute en nous
    avec les contes que tu nous cite effectivement nous passons souvent sans oser a côté de certaines chances qui se présente à nous
    je trouve cela chouette que tu ai pu passer de la météo a la peur que peut transmettre un orage
    c’ est une belle transformation d’ article qui passe en douceur du changement de temps, du climat comme du changement du comportement travers la peur..
    tu as bien fait les choses et sans t’ en apercevoir sans doute c’ est cela le talent!

    tu nous conforte sur nos chemins de vie pour que l’ on ne redoute pas d’ avancer
    oser c’ est ce que j’ écris moi même mais ne le mets pas forcement en application!
    je te souhaite une belle fin de journée
    avec le soleil en prime qui nous redonne l’ énergie nécessaire lorsque l’ on est au bout du rouleau
    belle page comme d’hab a madame le conteuse et romancière de sagesse!
    gros bisous de FRANCE

  6. christina dit :

    coucou ma Douce Hélène,
    je ne suis pas rassurée non plus par l’orage sauf que je le cache quand mes enfants sont là. Car la peur de l’orage me vient de maman, elle en avait très peur et elle nous a transmis sa peur. Donc j’essaie de ne pas reproduire la même chose sur mes enfants….
    bonne soirée bisous Christina

  7. eultreia1 dit :

    Bonsoir Hélène,

    Les grands et beaux orages m’ont quand même toujours fichu la frousse; l’éclair tout près et le coup de tonnerre qu’on attend !
    L’année dernière, des grelons comme des balles de tennis ont fait éclater toutes les tuiles de la maison, dans un vacarme étourdissant ! En 15 mn l’affaire était conclue ! Et les orages dans les bois, sur un chemin, en montagne, quand on est tout seul et qu’on commence à demander à Dieu de protéger son humble serviteur.

    Les contes ont ceci de paradoxal; pour les enfants. Ils ont peur, mais en réclament; quelque part ils aiment avoir peur. Quand mes « petits » étaient petits, je leur racontais comme tous les parents, un histoire avant de s’endormir; la mienne s’appelait « La petite Marie », une histoire inventée et à tiroirs. Tous les soirs ils me réclamaient la suite; On en était où hier au soir ? « Hier, tu racontais que ses parents l’avaient abandonnée et qu’un loup, très méchant l’avait emmené chez lui… » Ils tremblaient mais en réclamaient ! tous les soirs, il fallait trouver une suite et ne pas se tromper. « Mais tu disais qu’elle était heureuse « ; oui, mais même abandonné, on peut être heureux, elle a ses amies, ses grands mères, et sa maman reviendra très vite la chercher ; « Demain ? « , Oui, certainement demain matin de bonne heure. : le coup était récupéré et l’angoisse s’envolait ! Temps heureux ! Même maintenant l’histoire de la petite Marie alimente encore les conversations.

    Bisous et merci pour tout ce que tu nous apportes.

Laisser un commentaire

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog