Pas toujours simple de se comprendre

Posté par canelle49 le 26 août 2011

 Pas toujours simple de se comprendre 113328_vignette_vignette-expressions-suisses-2

Bon, ok, parfois je ne mets pas l’adjectif au bon endroit, parfois j’emploie des termes qui ne sont pas français. Bon, je sais, j’écris comme je parle et comme je parle un français suisse, il y a forcément des différences notables.

Oui, je panosse et alors, est-ce plus simple de dire  » je passe la serpillière »? Vous voyez bien, j’ai employé deux petits mots  » je panosse » alors que vous, vous avez dû  faire une phrase, tenant compte que nous parlons plus lentement que vous, grâce à mon, « je panosse », j’ai déjà panossé qq mètres carrés avant que d’avoir prononcé la phrase française. emoticone

Oui, je fais des commissions et pas des courses, pourquoi ? Parce qu’ici en Suisse on prend le temps de faire cela et faire la course pour faire ses achats, c’est bien ennuyeux, non ?emoticone

Oui, les courtes-manches cela ne se dit pas et pourtant, voilà l’exemple qui n’est pas français, dit-on, parce que je place l’adjectif avant le nom. Ah bon, alors, pourquoi dans ce cas on peut dire grand- père ? L’adjectif est bien avant le nom? Oui, voilà, je sais, vous allez me répondre et bien il y a des exceptions, alors pourquoi mes courtes-manches, ne feraient pas partie des exceptions, après tout ! Rire

Oui, je dis chéneau et pas gouttière,  j’ai cherché en France un jour dans un magasin de bricolage des chéneaux et le vendeur m’a regardé, comme si je venais de mars en me disant, c’est quoi cela ? Comme je ne savais pas dire gouttière, ne connaissant pas ce terme pour parler des chéneaux, je ne vous dis pas le dialogue, j’en ris encore, rien que d’y penser, mais on y est arrivé. Quelle ne fut pas ma surprise en allant dans mon dico de voir ceci :  chéneau,eaux
(nom masculin)
Conduit qui recueille les eaux d’un toit. A ne pas confondre avec chêneau qui est un jeune chêne.

Oui, je dis un yoghourt et pas un yaourt, ce n’est pas faux, le dico nous le démontre, une fois de plus:

 yaourt ou yogourt ou yoghourt
(nom masculin)
Lait caillé préparé avec des ferments lactiques selon un procédé d’origine bulgare

Oui je dis, catelle et vous carreau, si vous ne précisez pas carreau de faïence cela peut être interprété comme le carreau des fenêtres, alors que ma catelle, elle veut bien dire ce qu’elle veut dire. Le dico dit:  catelle
(nom féminin)
En Suisse, terme désignant un carreau de faïence vernissée comme on en trouve notamment sur certains poêles.

Oui, je dis septante et nonante alors que les français disent soixante-dix et quatre-vingt-dix, lorsque je demandais un numéro  de teléphone en France et qu’on me répondait quatre-vingt… j’avais déjà écrit 80 et grrrrr, il vient le 10, idem pour le soixante. Qui a raison, qui a tort ? Personne après tout, puisqu’il est dit ceci:

  C’est au XVIIe siècle, sous l’influence de Vaugelas et de Ménage, que l’Académie et les auteurs de dictionnaires ont adopté définitivement les formes soixante-dix, quatre-vingts, quatre-vingt-dix.   Il est à noter pourtant que :

les mots septante, octante, nonante figurent dans toutes les éditions du Dictionnaire de l’Académie française. 
les formes septante, octante, nonante, en accord tout à la fois avec le latin et le système décimal, sont plus ou moins largement usitées dans divers pays francophones (Suisse et Belgique) dans certains canton de suisse, comme Vaud, on dit huitante pour quatre-vingt.


Une petite note d’humour pour terminer, un ami français se moquait de mon français et comme il devait avoir son nombril pour seule référence, je lui ai demandé s’il savait ce qu’était le « français suisse ». Non, il ne savait pas. Je lui ai dit ce qu’était notre langage bien particulier et je l’ai regardé bien dans les yeux en lui disant, mais mon cher, simplement du français amélioré….emoticone  il faut bien se servir parfois, du rire, pour contrer les moqueries récurrentes de nos charmants voisins. 

10 Réponses à “Pas toujours simple de se comprendre”

  1. FANETTE dit :

    Coucou ma Chipounette
    Alors oui moi je me marre de ce français suisse hihihih J’adooooooorrrrrrrrrrrrrrrreeeeeeeeeeeeeeeeeee vous entendre parler vous mes p’tits Suisses
    Bonne journée ma Chipounette et n’oublies pas, hein, on dit manches courtes et pas courtes manches
    Et nous les commissions on va les faire en courant dès lors que vous « y a pas l’feu au laaaaaaaaaccccc »
    bisous

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  2. nada dit :

    http://monblog.ch/fofie/?tag=parler+valaisan

    Dans son blog Dame Hélène cause du français suisse, mais ce dernier se décline en autant de sous versions qu’il existe de cantons ou de régions francophones. Chez nous en fonction des mots utilisés et des prononciations, on identifie assez vite la provenance de telle ou telle personne. En utilisant le lien ci-dessus, je vous souhaite la bienvenue en Valais, la Corse et la Sicile de Suisse…

  3. jcn54 dit :

    Une belle mise au point ma chère Hélène, j’ai adoré!!!
    Bisous, bonne journée à toi.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  4. Monique dit :

    J’adore la petite note d’humour de la fin, Hélène.
    Je profite de mon passage ici, comme chaque jour d’ailleurs, pour te souhaiter un bon week-end. Le mien va, apparemment, encore bénéficier du soleil, ce qui me permettra de profiter de mes courtes manches.
    Bisous amusés.
    Monique, maman de Fabien

  5. sandrasbz dit :

    Coucou Hélène,

    Moi je trouve ça génial les différences qu’il peut y avoir entre le français parlé par un français métropolitain, un suisse, un belge, un québécois, un français d’outre-mer ou un habitant d’un des nombreux pays francophones de l’Afrique. Que chacun se soit approprié la langue est normal, qu’elle se façonne au gré des gens qui l’emploient c’est rassurant : c’est bien une langue vivante ! Et puis, même en métropole, tous les français ne parlent pas la même langue : selon qu’on habite en ville ou à la campagne, dans le sud ou dans le nord, les différences sont notables. L’essentiel, c’est qu’en s’écoutant un peu les uns les autres, on arrive à se comprendre !
    Gros bisous (ou gros becs… ou comme le disent les gens de mon village : j’te bise les joues !),

    Sandra

  6. eultreia1 dit :

    Bonjour Hélène,

    Si un jour, tu viens près de chez moi, tout à côté de l’Auvergne, tu pourras entendre le dialecte occitan et son patois…un petit lexique pour t’aider à comprendre ce qui peut se « baragouiner ». Je n’ai pas trouver « chéneau » et je le regrette…

    bonjour= bondzou
    du cochon= de cotsou
    c’est bon = coué bou
    on n’est pas d’ici =san pa dat-yi (pas la peine de le dire, ça se voit!!!)
    c’est beau = coué brave
    c’est cher = coué tssa (à éviter en Auvergne)
    donnez nous à boire = bella beurre
    remettez nous ça = tourna bouta quo
    donnez nous à manger = bella mandza
    du pain = de pouo
    de l’eau = d’aigue
    du vin = de vi
    du jambon = de dzanbou
    bonsoir= bouna veillade
    a demain = a demo
    bonne nuit = bouna neu
    méfies toi = méfia teu

    peut-être = biau ou bi o

    Je comprends moins bien la langue des gens qui habite à 20 km de chez moi, que le français suisse parlé à 200 km…
    Je t’embrasse. Kenavo (au revoir en breton !)

  7. Bea dit :

    BOnjour Hélène
    Moi je trouve justement que c’est cela tout le charme de la différence, et cela permet les échanges de culture…
    bisous et passe un trés agréable week end
    Béa

  8. Christina dit :

    coucou ma Douce Hélène,
    tu m’as appris beaucoup de chose aujourd hui dans ta langue…
    j’ai beaucoup aimé et souris aussi
    bonne journée bise Christina

  9. Coucou Helene,

    les mots font parties de notre culture.
    J’aime mes petits belgicisme comme : passer le torchon, prendre sa pension, passer un coup de lavette, septante, nonante,….
    Ces petits mots sont savoureux et ils sont propres à notre indentité, alors pourquoi s’en priver…partageons-les !

    Merci pour le petit colis, le vert…j’adore ;)

    Plein de gros bisous !

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  10. Lorsque nous cesserons de permettre à nos différences de nous séparer, et lorsque, ensuite, nous les laisserons nous réunir, alors nous nous apercevrons qu’elles peuvent nous enrichir…
    C’est au contraire tellement délicieux, savoureux, charmant, ces mots et ces tournures, ces expressions et ces accents, ce sont de vrais petits cadeaux, car ils nous offrent souvent de beaux sourires, et même parfois quelques éclats de rire !
    Pour avoir pas mal voyagé, j’en ai rencontré de touchantes et bien drôles, de ces expressions, qu’on ferait d’ailleurs mieux de noter dans son petit carnet, ça ferait une jolie collection à force !
    Merci Hélène, c’est toujours un plaisir de venir par ici !
    Amitié, bises, bon week-end !
    @+ michelle

    Dernière publication sur La vie est trop courte pour être petite... : Mercred'Image

Laisser un commentaire

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog