Defi Lyly

Posté par canelle49 le 27 juillet 2011

 Defi Lyly Gauguin-2

Elle était là, fidèle au poste, ses grands yeux écarquillés qui me guettaient sur le chemin. Jamais elle n’avait faillit à notre rendez-vous.

Ce jour-là, pourtant, elle n’était pas là, j’avais le coeur lourd en plus, l’école, j’en avais marre, l’instit était une femme froide, dure, autoritaire, une femme que l’on n’a pas envie de rencontrer dans la vie. Cette année-là, tout bascula pour moi, pourtant j’aimais l’école. OH! je ne veux pas dire que je l’adorais, non, mais je n’avais pas de mal le matin de partir pour aller en classe. Depuis elle, rien ne venait me donner l’envie de me lever. Ma mère commençait à perdre patience, les cris le matin dans la maison résonnaient depuis quelques temps.

Je n’en faisais qu’à ma tête, qu’elle disait, peut-être avait-elle raison, mais pas si raison que cela, en faire à ma tête pour elle était de rester des heures plongée dans mes livres avec ma confidente, allongée près de moi et qui me réchauffait de sa fourrure, alors quand ma mère m’appelait, je ne l’entendais pas, comment pouvais-je l’entendre, alors que je vivais ce que je lisais, cela avait le don de la mettre hors d’elle.

Pourquoi mon amie, ma tendre amie, ma confidente, celle qui me donnait tellement de tendresse, pourquoi n’était-elle pas là à m’attendre comme chaque jour.

Je montais très vite les escaliers, pensant qu’elle était dans la maison. J’arrivais dans l’entrée, ma mère venait à ma rencontre, elle avait les yeux rougi je savais au fond de moi que quelque chose de grave était arrivé. Je ne voulais pas entendre, non, non, non, je ne voulais pas, je m’enfuis dans ma chambre et de mes mains je me bouchais les oreilles, je savais, j’avais en moi cette douleur de la séparation, je savais pourquoi elle n’était pas à m’attendre, ce jour maudit de mon enfance, venait de me plonger dans la compréhension de la mort.

Misette, ma douce et tendre chatte, que j’avais toujours connue et qui avait si souvent dormi au pied de mon berceau, celle qui savait tout de moi, celle qui me donnait tellement d’amour et de tendresse, j’entendais son ronron lorsqu’elle se blottissait contre moi et que sa tête me faisait des caresses. Non je ne voulais pas, non non et non…………………

J’ai appris que l’on peut crier, dire non, pleurer, taper du pied, la mort n’a pas de recul, on ne revient pas de ce monde, j’ai su, ce jour-là, que rien ne pourrait la faire revenir.  J’ai compris que nous ne mourions pas, finalement, ce sont les autres qui nous font mourir en nous oubliant, alors j’ai décidé de ne jamais oublier ceux qui sont parti et d’oser toujours en parler, j’ai compris que Misette serait toujours en moi, elle vivrait au travers de mon esprit et de mon coeur. PAUL Gaugin, tu as fait de ce tableau de mimi et son chat, mon inspiration pour relever le défi de Lyly et surtout pour faire revivre ma merveilleuse petite compagne qui sera à jamais dans mon coeur.

Je t’aime, ma minette, où que tu sois, je suis certaine que tu es heureuse au royaume des animaux. Je vois encore ta robe blanche tachetée de ronds noirs si bien dessinés que l’on aurait pu penser que le peintre de l’univers avait, avec amour, dessiné ta belle robe, tu étais si belle, je suis certaine que tu dois en faire tomber des coeurs de matous dans ton monde.

M erveilleuse petite chatte

I nvitation au bonheur tu étais

S oleil de mon enfance

E ternellement je te penserai

T oujours tu resteras dans mon coeur

T oi qui savait si bien me consoler

E ntre toi et moi c’est au delà de la mort

8 Réponses à “Defi Lyly”

  1. nous avons tous besoin d’affection et un animal nous la rend si bien !
    N’oublions jamais ceux qui ont été des soleils dans notre vie .

    Merci pour ce joli texte.

    Bisous et belle journée.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  2. jcn54 dit :

    La perte d’un compgnon à quatre pattes est toujours une tragédie…
    Comment ne pas s’attacher à une boule de poils qui dispense son affection sans compter ?
    Bisous, bonne journée ma chère Hélène.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  3. sandrasbz dit :

    Bonjour Hélène,

    Ils font partie de nos familles, ces compagnons à quatre pattes…. Quel chagrin quand nous les perdons ! C’est un deuil, comme la perte de n’importe quel être cher…
    Plein de gros bisous et merci pour ce texte plein d’émotion.

    Sandra

  4. FANETTE dit :

    Bonjour ma Chipounette
    Sujet moins léger aujourd’hui et après avoir passer encore à pleurer (oui oui je sais je pisserai moins (rire))voilà que maintenant ça recommence
    Les animaux sont ocmme je dis toujours des bêtes à chagrin mais ils nous donnent tellement d’amour, de tendresse et sont tellement plus fidèles que n’importe quel homme
    Et puis tu as oublié ?????? Il y a une vie après la vie !!!!!!!!! De cela j’en suis persuadée alors ta Misette est quelque part, là ou tu ne la voit pas, à se marrer quand elle voit tes mimiques devant Boléro ou Diégo ou encore Elliot ou te voir fondre devant Gospel
    bonne journée ma Chipounette, rappelles toi !!!! Tu as du boulot aujourd’hui, nettoyage de voiture, déménagement, ongles :lol: et après SIESTE
    je t’aime
    bisous

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  5. eultreia1 dit :

    Bonjour Hélène,
    Il y a des chats célèbres chantés par les poètes et les écrivains (Colette, Céline…) mais surtout il y a le chat de notre enfance,celui dont tu nous parles, celui dont on était responsable, qu’il fallait nourrir, veiller, garder, caresser; on lui aurait volontiers sacrifié nos vacances tellement la peur de le perdre était grande; chat confident qui venait se blottir quand il voyait la peine de l’enfant et comprenait ses larmes. Chat un jour disparu, on ne sait pas trop comment quand on a dix ans et dont la perte fut une de nos premières grosses peines d’enfant. Il y a heureusement le paradis des animaux et Saint François d’Assise n’a sûrement pas oublier les chats.

    Le Chat

    I

    Dans ma cervelle se promène,
    Ainsi qu’en son appartement,
    Un beau chat, fort doux et charmant.
    Quand il miaule, on l’entend à peine,

    Tant son timbre est tendre et discret;
    Mais que sa voix s’apaise ou gronde,
    Elle est toujours riche et profonde.
    C’est là son charme et son secret.

    Cette voix qui perle et qui filtre,
    Dans mon fonds le plus ténébreux,
    Me remplit comme un vers nombreux
    Et me réjouit comme un philtre.

    Elle endort les plus cruels maux
    Et contient toutes les extases;
    Pour dire les plus longues phrases,
    Elle n’a plus besoin de mots.

    Non, il n’est pas d’archet qui morde
    Sur mon coeur, parfait instrument,
    Et fasse plus royalement
    Chanter sa plus vibrante corde,

    Que ta voix, chat mystérieux,
    Chat séraphique, chat étrange,
    En qui tout est, comme en un ange,
    Aussi subtil qu’harmonieux!

    Baudelaire, Les fleurs du mal

    Merci Hélène.

  6. mamietitine dit :

    coucou
    me revoilou
    je te souhaite une belle journée
    si tu le désires , tu peux aller sur le blog de mon petit fils Léo
    il y a un article sur mon blog et tu pourras aller le voir…
    il sera super content , il surveille s’il a des visiteurs …lol
    gros bisous
    mamietitine

    Dernière publication sur mamie titine : Mes chers amis

  7. Tony Yves dit :

    J’étais un peu comme ça quand j’étais enfant j’aimais l’école mais pas mon instituteur bête et brutal avec sa femme comme avec ses élèves et quand je me plongeais dans un livre je n’entendais plus personne et perdais toute notion du temps la seule différence c’est que moi ma confidente elle s’appelait grisette et c’était une poule
    Bonne fin de journée Hélène
    Bises
    Tony Yves

  8. laure dit :

    Pour hélène,

    Misette était un peu pâquerette pomponnette
    Insaisissable, douce fleur de ma vie
    Sereine, depuis ma naissance elle était mon cadeau
    Éternellement fidèle et belle en son soyeux manteau
    Tu me cherche peut être à travers ton pays
    Tu sais bien que je t’ aime un peu à la folie
    Et ce soir ta tendresse à nouveau m’ envahit…………….

    tu es dans le nuage,le plus beau de ma vie.
    bisssssss

    douce soirée, douce nuit

Laisser un commentaire

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog