A toi que je ne connais pas

Posté par canelle49 le 10 juin 2011

 voir l'image en taille réelle

Le chagrin et les peines ne sont, dans notre mémoire, que pour nous offrir de voir le bonheur malgré tout du cadeau de la vie. Apprendre de nos douleurs pour en guérir fait que la vie devient un bonheur immense. Voir et entendre la maladie dans le corps des personnes que l’on aime nous offre une leçon de vie.

Elle se bat depuis si longtemps, mais tout à coup, elle décide de baisser les bras en se demandant pour qui, pourquoi, je me bats sans trêves contre cette saleté de maladie ?

Alors, dans un élan et un sursaut, elle s’arrête net et décide tout bonnement de ne plus aller au combat, c’est alors que la vie reprend certainement le pas sur sa volonté de se laisser mourir. Un petit rien, une petite remarque et elle partira dans sa pensée qui lui fera un petit signe pour lui démontrer que se battre n’est pas vain parfois, qui sait, qui peut dire combien de temps, de semaines, de mois, d’années gagnées et ce petit plus viendra lui dire, cela vaut la peine, tu as encore à donner et à recevoir, tu ne peux pas partir maintenant.

On dit que c’est écrit, alors si c’est écrit, elle reprendra le cours de son traitement, car ce n’est pas écrit la date de demain, ni celle d’après-demain, non, la date et l’heure, personne ne la connait et si elle décide de se battre encore, c’est bien qu’elle se trompe de date.

Tu désires arrêter de te battre et si je peux le comprendre, j’ai aussi envie de venir te dire que le combat que tu mènes depuis tellement de temps fait que tu as encore de belles choses à vivre. Tu as de belles choses à donner à ta famille et si tu as l’impression de ne rien recevoir, ouvre les yeux, tu as reçu la plus belle chose qui soit dans ce monde et c’est ton coeur et ton courage de lutter pour ceux que tu aimes.

Il n’y a pas une vie à sauver, mais deux, cette jeune fille qui se rebelle, a en elle la colère, elle n’accepte pas l’injustice de voir sa maman en sursit, elle a encore grand besoin de cette maman. Elle ne sait pas encore que ce sursit existe pour elle et pour lui offrir l’avenir de grandir et devenir adulte grâce au courage de sa maman.

Jeune fille, toi que je ne connais pas, je m’adresse à toi, je ne sais pas si tu vas me lire, mais ouvre les yeux pendant qu’il est encore temps, ta maman n’a pas choisi son destin et le jour où elle partira elle restera à tes côtés, toujours en toi.

Tu pourras toujours t’adresser à elle et si tu es à l’écoute de ton coeur, tu entendras sa voix qui te parle et qui te dirige. Toujours, elle t’aidera à prendre le bon chemin. Aie la sagesse et l’amour de l’entourer de tout ton amour pour ne jamais souffrir un jour et regretter d’avoir toi aussi baissé les bras. Elle a besoin de toi pour lutter et elle ne lutte que pour ton avenir et ton bonheur, alors donne-lui cette force en lui démontrant que tu es comme elle, une belle personne. Je ne te connais pas, mais je suis certaine que tu es une belle personne, alors entoure-la de tes bras et murmure-lui, je t’aime maman, on va se battre, toi et moi, l’union fait la force.

Tu verras, comme tu vas être bien après ce geste, tu auras grandi tout à coup et tu ressentiras en toi une délivrance. Tu pourras être cet futur adulte  sereine, dont tout ton entourage sera fier, crois-moi, cela vaut la peine de donner cet amour qui est en toi à cette maman qui t’aime plus que tout. Tu auras gagné une chose précieuse et c’est de ne pas à te torturer de regrets de n’avoir, pas fait ce qu’il fallait quand il était encore temps..

Ta paix intérieure est précieuse pour te construire, tu as cette chance de l’avoir, alors n’hésite pas, ta colère, si je peux la comprendre, tu dois la transformer en amour et soutenir celle qui t’a donné la vie et qui t’aime plus que tout!

Ose te montrer une jeune fille belle dans ton âme et ton coeur et te laisser la chance de vivre dans le bonheur d’avoir pris la bonne décision, pour toi , pour que ton âme n’ait pas de bleus et que ton coeur ne soit pas brisé par la souffrance dans ton futur, sois forte et fière de donner ce que tu as en toi et transforme ta colère et ta peur en amour pour celle qui t’a offert le plus beau des cadeaux et c’est la vie !

10 Réponses à “A toi que je ne connais pas”

  1. FANETTE dit :

    Coucou ma Chipounette
    Il est des moments de vie, de maladie ou oui de fait on a envie d’abandonner tout et puis on rencontre des gens qui te disent des choses qui nous font réfléchir et hop hop hop c’est reparti
    Et je crois que c’est ce qui s’est passé pour cette personne

    Mais ne jugeons pas, ne soyons pas la personne qui va dire elle a tort, elle veut tout arrêter
    Je sais que moi j’aurai une maladie grave je ne combattrai pas. Ma vie a été un combat alors la maladie je ne combattrai pas
    Bonne et belle journée « sereine » ma Chipounette
    plein de bros bisous

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  2. jcn54 dit :

    Je pense qu’en tout être à un certain moment l’instinct de survie doit se raviver, fort heureusement…
    Bisous, bonne journée Hélène.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  3. Bonjour Helene,
    ton texte rejoint ma pensée pour notre amie.
    Sa fille souffre dans sa tête, cette adolescente s’exprime en se rebellant, sa crise contre l’injustice de voir sa maman perdre jour après jour dans la douleur son feu sacré de la vie, l’anéantit.
    Quand on est impuissant et que l’on va vers l’inconnu, il est dur de garder pour soi sa colère, ses peines, son chagrin et il est encore plus dure de les évacuer.
    Notre amie se sent responsable de l’état de sa fille, et cette douleur s’alliant à celle de son état physique, elle ne peut plus la gérer, elle est à bout de souffle et d’espoir, elle se regarde dans les yeux de sa fille et elle voudrait que cette image disparaisse…
    J’espère de tout coeur que cette jeune fille lira cet écrit poignant et que pour sa maman, elle puisse encore lui faire retrouver un sourire.
    Bises Helene.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  4. eultreia1 dit :

    Chère Hélène,

    Il reste à souhaiter que toutes les deux puissent lire ce que personne n’aurait pu écrire avec autant de tendresse, de justesse et d’amour. Dans les regards et les mots échangés, elles peuvent retrouver, grâce à toi, l’envie de reprendre une lutte qui semble inégale mais seul Dieu sait l’avenir qui n’est pas toujours où l’homme l’imagine ou même le souhaite.
    Affectueusement.

  5. jcn54 dit :

    Un p’tit coucou en passant par ici…
    Bisous, bonne journée Hélène.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  6. FANETTE dit :

    Bonjour ma Chipounette
    la journée commence sous la grisaille ici il fait un peu frais
    pour aller cueillir ca va être presque bien
    Je te fais des bisous

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  7. Bonjour Hélène,

    De par mon métier, combien j’ai vu de gens « partir vers l’infini », trop usés d’avoir voulu livrer ce combat qu’ils étaient sûrs de perdre, le temps étant leur ennemi, ma main qu’ils tenaient étant la dernière chaleur humaine…
    Il existe une alchimie que je n’ai jamais pu définir 27 ans après : accompagner ou motiver ?!?

    Ceux que l’on aime, on souhaiterait qu’ils soient immortels. Lorsqu’ils sont malades, ont voudrait qu’ils vivent plus longtemps, mais au prix de quelles souffrances parfois ?

    Il n’y a pas de réponse précises, mais je sais que la spiritualité et l’espoir que l’être cher qui a quitté son enveloppe corporelle reste avec nous sous une autre forme, aide beaucoup de familles pour entrer dans le deuil.

    La vie n’est-elle pas une succession de deuils : je veux dire de renoncements ?!?
    Il faut renoncer à certains rêves d’enfants, à sa jeunesse, puis à tant d’autres choses encore lorsque le corps s’use…
    C’est hélas ça la vie !!!
    La mort en fait partie, même si on préfère ne se rappeler que du début : la naissance et le visage potelé d’un nouveau-né, source d’espoirs !

    Ce n’est pas simple, je ne suis pas Dieu, je n’ai pas de réponse, mais je continue de tenir la main de ceux qui sont dans la détresse et l’angoisse d’une fin de vie…

    Bisous,

    Jean-Jacques.

    Dernière publication sur  : Adieu Manitas...

  8. jcn54 dit :

    Bisous, bon dimanche Hélène.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  9. Bonjour Hélène,

    Je suis très très émue et touchée par ton texte, j’en pleure.
    Oui si ma fille acceptait de lire cela et après qu’elle me parle au tél car elle a bien comprit tes mots, chose dont je ne doute absolument pas sauf si elle est dans un moment de mauvais et qu’elle si refuse complètement en restant dans sa carapace. Mais que faire pour qu’elle sorte de cette état qui n’est pas elle ?
    Je ne sais comment de remercier toi pour ce texte, il n’y a pas de mots.
    Et vous qui avez laisser des coms, il serait bien aussi qu’elle les lisent et peut être que oui j’arriverais si elle change de ne pas laisser la nature m’emporter mais continuer mon combat; Si je ne le fais pas, de toute façon je sais que mon temps sera compté car en une semaine je me retrouve en isolement pour une aplasie donc je ne me fais pas d’illusions et pourquoi me prescrire déjà de la morphine alors que je n’en prends pas l’ordonnance du professeur est pour un mois, et il m’a dit : »prenez la dose que vous voulez, mais ne souffrez pas. »
    Encore un grand merci, je ne voudrais pas partir d’une chambre d’hôpital mais chez moi dans mon lit voilà mon souhait actuel;
    Je t’embrasse
    isabelle

    Dernière publication sur le quotidien de la vie et des gifs : DEJA UN AN

  10. monique dit :

    Hélène je suis très très émue par ton texte et Isa par ta réponse… Mes mots ne seraient pas assez fort.
    Je vous embrasse toutes les deux ; courage Isa
    Monique (douceurs pour vos yeux)

Laisser un commentaire

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog