J’y reviens……….

Posté par canelle49 le 10 avril 2011

 Image de prévisualisation YouTube

Rien de bien essentiel ce matin si ce n’est que le soleil brille et brillera tant qu’on aura dans le coeur le bonheur, de rencontrer de belles personnes, que cela soit dans la vie ou dans le virtuel, au travers de nos blogs nous faisons, de belles rencontres et chaque jour qui passe me démontre combien le net est beau.

Nous avons tous nos différences et sachons les accepter, nous pouvons ne pas être du même pays et pourtant nous avons des liens très forts, alors soyons pareils avec ceux qui sont dans nos pays et qui n’ont pas la nationalité du pays, quelle est l’importance de la nationalité ? Une belle personne reste une belle personne quelque soit sa nationalité, sa culture et sa religion.

Je sais bien que parfois c’est tentant de dire, ils viennent prendre notre travail et manger notre pain et cela me fait penser à cette histoire de Fernand Reynaud qui racontait cet étranger venu dans son village et qui mangeait le pain des Français, un jour, le pauvre étranger est parti et depuis le village ne mangea plus de pain puisque, l’étranger faisait leur pain de chaque jour, déjà à cette époque, certains hommes et femmes avaient compris que le racisme est la plus répugnante infirmité dans ce monde, le racisme apporte toutes les exactions possibles, pourtant, on a tant d’exemples dans l’histoire, il est bien triste de voir que les leçons de vie ne sont pas retenues par tous et toutes.

Si vous saviez ce que l’étranger a enrichi ma vie, si vous saviez ce que j’ai pu apprendre grâce à l’étranger, si vous saviez tous les bienfaits que j’ai retirés de mes amis et amies étrangères et que je prends encore,  ils m’ont apporté tellement plus que mes compatriotes, tellement offert de belles leçons de vie, tellement donné sans conditions, sans rien attendre en retour, j’ai plus d’amies et amis à l’étranger que dans mon pays, pourquoi, je ne sais pas, ce que je peux dire c’est que les gens racistes me font peur et une fois la mise au point faite, je m’en vais, car dans ma vie j’ai appris une chose, c’est que l’on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, alors à quoi bon me battre avec ceux qui ne veulent rien entendre et qui resteront sur leurs positions et comme je suis têtue et que je reste aussi sur ma position, il vaut parfois mieux changer de sujet et de route.

Mais je sais comprendre l’avis de chacun, ce que je ne sais pas faire, c’est adhéré à des propos racistes,  ce genre de propos démontre une faiblesse, car on veut mettre tous ses malheurs et la crise sur la faute des étrangers,  des bons et des mauvais, il y en a partout, quand on sait regarder avec son coeur on sait voir l’autre comme un frère et pas comme un ennemi.

Guy Bedos a dit : le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit, oui, on commet un grave délit quand on a des propos racistes et c’est le déni de l’autre, être différent, peu importe sa nationalité c’est déjà, être l’objet du racisme !

J’ai ressenti ce racisme dans mon pays tout en étant Suissesse, je n’ai jamais fait partie de l’identité que l’on se doit d’avoir, pas partie du troupeau, j’ai souvent été le mouton noir et j’ai pu ressentir ce que ressentait l’étranger alors que pourtant je ne venais pas d’ailleurs, j’avais simplement des propos et des idées différentes du petit groupe d’amis que nous formions, cela ne plaît pas quand on sort du rang, il faut être fière de sa nationalité et moi jamais je n’ai été plus fière d’être Suissesse que d’avoir un grand-maman italienne et d’avoir eu la nationalité française par mariage, la fierté du drapeau ne m’a jamais effleurée, pas un instant je ne me suis sentie supérieure parce que j’avais cette nationalité,  si mon pays fait de belles choses, je suis fier de mon pays, par contre quand il donne de la voix dans le racisme, j’ai honte, mais une chose est certaine, j’ai dit un jour et j’assume, je suis Suissesse de naissance et citoyenne du monde dans mon coeur.

La couleur du ciel se reflète dans les océans, que serait l’océan, sans couleur du ciel, il serait transparent comme je le serais si je n’avais pas eu les couleurs des différences de l’autre.

 Il a été décidé qu’on reparlerait, dès les petites classe, d’éducation civique, d’honnêteté, de courage, de  refus du racisme et d’amour de la Répuplique. Il est dommage que l’école ne soit fréquentée que par les enfants. (André Frossard) journaliste et philosophe français.

Publié dans page de vie | 7 Commentaires »

Y croire encore

Posté par canelle49 le 8 avril 2011

 voir l'image en taille réelle

Purée de petits pois cassés. Une expression que j’entends parfois, celle qui le dit se reconnaîtra et ce matin j’ai envie de lui secouer les puces, des expressions dans nos vies nous en avons tous et parfois j’ai envie de hurler quand je vois une amie qui n’a plus aucun espoir et qui se laisse à penser que pour elle la vie n’a plus beaucoup de sens et j’ai envie de lui crier, stop, regarde autour de toi et vois le bonheur que tu as dans ta vie, ne regarde plus le passé ou plutôt regarde-le avec sérénité et dis-toi que tout ce qui arrive dans une vie n’est pas le fruit du hasard et que si tu positives le soleil brillera encore et ton cœur renaîtra à l’amour.


Est-ce, l’essentiel de la vie, l’amour ? Oui certes, mais l’amour est partout si on sait regarder avec son cœur, l’amour est dans la nature qui nous offre chaque année le renouveau, l’amour est dans les animaux qui savent nous donner tellement de tendresse, l’amour est dans notre famille, l’amour est dans nos amis et amies, oui voilà, je sais, on a besoin de plus, mais comment laisser entrer un jour dans notre cœur l’amour, celui qui est fait de complicité, de tendresse, de compréhension, cet amour que tout être humain désire dans sa vie si on ferme son cœur et on n’y croit plus.


Le chemin du destin ne met pas toujours les bonnes personnes sur notre parcours, alors que faire ? Continuer à se morfondre et devenir si négative que personne, jamais, n’aura un regard sur nous ? Non et non, qui a envie de faire un pas dans la direction d’un visage sans sourire, d’un visage qui démontre que le désespoir nous sert de masque et que rien ne pourra faire qu’on ait envie de se sortir de ses problèmes, je suis persuadée que d’avoir en nous ce négatif ne fera pas qu’un jour on se sorte de cette tristesse, bien au contraire, croire, même à l’impossible, peut devenir possible, on se casse tous un jour le nez en tombant sur les aléas de la vie et alors, il faut se relever et savoir regarder au-delà de l’horizon, regarder tous ceux qui souffrent et se dire que dans la vie le plus beau cadeau de Dieu est la santé, quand on a la santé on peut tout, on n’a pas le droit de baisser les bras.


Je pense, ce matin, à cette petite bonne femme qui nous donne des leçons de vie chaque jour, cette petite Mel, si souriante, qui a tellement d’humour malgré sa maladie et toutes les autres, comme Isabelle, Lorette et toutes celles que je ne connais pas, mais qui luttent chaque jour pour la vie, essayons de ne pas être négatives et croyons au bonheur quand on croise toutes ces personnes qui luttent chaque seconde pour leur vie, on n’a pas le droit de baisser les bras.

Alors, toi mon amie, oui toi, je sais que tu vas te reconnaître, ne laisse pas ton âme se recroqueviller dans tes pensées et crois-moi ce qui n’a pas pu être hier, le sera peut-être demain, je peux t’assurer qu’on guérit d’un amour déçu, un matin on se réveille et le héros, est devenu un être normal, avec ses défauts et ses qualités et c’est les yeux bien ouverts que l’on se rend compte de la chance qu’on a eut de ne pas tomber dans les griffes d’un bellâtre qui nous aurait cassé à coup sûr, je t’assure que demain ne sera pas comme hier et surtout ne jamais donner tes larmes si précieuses à celui ou celle qui ne les méritent pas, alors tu verras comme tout peut recommencer, la vie est un éternel recommencement, mais pour cela il faut laisser ton âme et ton cœur, avoir encore une chance de vivre l’amour et ce n’est pas en te mettant dans la tête que plus rien n’est possible, que cela va arriver un jour, laisse la porte de ton cœur, ouverte, tu ne sais pas quand l’amour s’y invite !


Oui, on peut souffrir, qui n’a pas connu la souffrance, celle qui nous prend le cœur et nous enserre la poitrine, celle qui nous donne des bleus à l’âme et qui nous étouffe tant elle est présente, les larmes sont là pour nous offrir la guérison, un jour nous n’avons plus besoin de laisser couler nos larmes pour guérir, car nous sommes guéris et de cela j’en suis certaine, car qui n’a pas connu un jour ce mal de l’amour et tous ceux et celles qui en ont guéri savent que c’est possible et je sais que c’est possible, puisque j’ai guéri, tu peux guérir aussi………………

Publié dans page de vie | 12 Commentaires »

Nouvelle chance

Posté par canelle49 le 7 avril 2011

 voir l'image en taille réelle

C’est sur la scène de la vie

Que je compose et dépose

Mon cœur et mon âme

Les amours impossibles

Qui traversent nos vies

Demeurent à jamais

Dans le tréfonds de nos âmes

La vie fait de nous

Des marionnettes de guignol

Dirigées par le fil du destin

Telles les saisons qui se meurent

Pour mieux renaître

Les amours renaîtrons

Au détour des chemins du destin

Si l’ombre de ta silhouette

Un jour disparaît de ma pensée

C’est à n’en pas douter

Qu’il y a bien des amours impossibles

Mais l’amour peut renaître

 Au fil des rencontres

Rien n’est jamais perdu,

Le destin me l’a démontré

Y croire encore et toujours

 Ne pas laisser son cœur fermé

Faire de nos vies espoir et bonheur

Qu’un jour le soleil se lève à nouveau

Qu’il brille pour une autre chance

Sans la laisser s’enfuir

A nous de reconnaître les signes du renouveau

 

 

 

Publié dans page de vie | 10 Commentaires »

Les leçons de vie

Posté par canelle49 le 6 avril 2011

 voir l'image en taille réelle

Une fois de plus en flânant ce matin sur les blogs mon inspiration revient et tremper ma plume dans l’encrier de mes amis et amies blogueuses ne me gêne nullement, vous voyez je suis sans gêne, mais vous m’apportez souvent mon envie d’écrire,  alors comment ne pas vous emprunter l’encre de vos blogs ? (sourire)

En me promenant hier matin, un texte a retenu mon attention, il est ICI pour ceux et celles qui ne connaitraient pas cette belle plume, alors foncez……………

La sagesse des ans nous aborde un matin sans qu’on s’en aperçoive, il est vrai que cette sagesse n’est pas un miracle, elle est bien le fruit des leçons que la vie nous a offerts, parfois des leçons de bonheur et de joie et parfois de chagrins et de peines.

J’ai toujours encore, malgré les leçons, j’ai toujours ce besoin vital d’écouter mon coeur et de faire fi de mon esprit, pourtant si souvent il a mis en moi le doute, aidé de cette petite voix intérieure qui nous montre que nous avons pris le mauvais chemin, pourquoi, bon sang, si souvent je l’ai occultée et si souvent je suis allée droit dans le mur, après, il est certain, que nous sommes toujours plus intelligents, mais si on pouvait faire taire notre coeur et écouter notre raison, pourtant je me dis que c’est idiot ce que je dis là, après tout, même les chagrins dans une vie sont une partie de notre bonheur, car comment connaître le bonheur sans avoir le malheur, quand on a que du bonheur on ne sait souvent pas l’apprécier à sa juste valeur, on ne le voit même plus ce bonheur que l’on peut avoir, tant il est devenu ce que l’on peut appeler, la routine.

Finalement, les gens que l’on rencontre dans une vie et qui nous offre le chagrin, ne sont pas inutiles, c’est peut-être même grâce à de telles personnes que nous ressentons du bonheur puisque nous avons la comparaison entre les méchants et les gentils, décidément, tout va de pair dans ce monde, on a beau chercher, il y a tout et son contraire, Dieu a su faire un monde de dualité, tout est si parfaitement construit que je ne peux pas croire que cela soit dû au hasard, il a bien fallu au moins Dieu pour faire ce monde parfait, finalement ce n’est que l’homme qui a conjugué le verbe à l’imparfait, ce n’est que l’homme qui a donné un futur bien triste à ce monde, en n’étant pas capable de résoudre le présent, pfff, voilà que je m’envole dans les délires de mon esprit, quand je vous disais que je ne suis pas tout à fait net non plus, je peux partir dans des écrits que je ne sais pas relire avec la sagesse de mes années vécues, le subjonctif ne m’apporte pas de solution, le participe passé, je n’ai pas envie de participer à mon passé, le futur antérieur me met en peu mal à l’aise, car je ne comprends pas comment le futur peut être antérieur, il faut que j’arrête de débloquer…………….. RIRE

Mais après tout, ce que je retiens de toute une vie, c’est, cette leçon qui pour moi est primordial, ne pas se prendre la tête avec le temps qui est passé, qui est présent et qui est futur, mais de conjuguer uniquement le verbe aimer au temps de son coeur qui est tout simplement, A, comme amour, A, comme amitié, A, comme affection, A, comme abondance et donner de l’amour en abondance fait que le bonheur s’installe dans tous les temps composés de la vie. 

Le bonheur c’est aussi de petites choses de la vie qui peuvent paraître insignifiantes pour certaines personnes, mais pour moi ce sont des choses très importantes et qui me vont droit au coeur et j’ai cette chance, en ouvrant mon blog, d’avoir rencontré de merveilleuses personnes dont fait partie celle dont je vais vous donner le lien et que tout le monde connaît, j’en suis bien certaine, je parle de notre fée des gifs, Mamietitine, qui n’a de cesse de faire plaisir à tout le monde et j’ai eu la chance hier d’avoir deux magnifiques gifs avec mon prénom en cadeau, je la remercie de tout mon coeur et je vous conseille vivement de prendre le temps de visiter son blog si ce n’est déjà fait, il regorge de merveilleuses surprises, toutes plus belles les unes que les autres.

voir l'image en taille réelle

Publié dans page de vie | 8 Commentaires »

Le regard

Posté par canelle49 le 5 avril 2011

 Merci Béa pour m’avoir permis de prendre ces photos……………….si d’aventure vous ne connaissez pas encore le blog de cette jeune femme, n’hésitez pas, un clic………. ICI

 voir l'image en taille réelle

 

Mais quand donc allait-il se décider, il la fixait depuis si longtemps, ses yeux avaient la couleur du ciel, elle clignait parfois des yeux pour le voir entre ces cils sans qu’il puisse s’en apercevoir, combien de temps encore allait-il lui faire face sans oser lui faire comprendre qu’il aurait voulu se rapprocher d’elle.

Elle avait oublié avec le temps qu’elle n’était faite que de corps de gazon, pourtant son cœur battait dans cette terre à la vitesse du temps qui passe et des saisons, si le jardinier un jour avait la belle et merveilleuse idée de lui ouvrir les yeux, il pourrait enfin savoir qu’elle aussi, le voyait, peut-être qu’il lirait enfin dans son regard tout l’amour qu’elle éprouvait pour lui.

voir l'image en taille réelleCe rêve elle l’avait fait tant de fois et son cauchemar était qu’un jour le jardinier à bout de patience lui ôte la vie, elle balançait entre le bonheur d’être là allongée sur la terre avec des formes, que l’homme lui avaient si généreusement sculptées et pourtant se disait-elle, il est bien cruel ce sculpteur en herbe de ne pas m’avoir fait de regard, elle essayait depuis la nuit des temps de lui faire comprendre combien c’était triste de ne pas avoir de regard sur le monde et d’être privée de ce spectacle merveilleux de ce jardin extraordinaire, mais l’homme à la cisaille n’entendait pas ses plaintes, elle savait que son destin était de rester là, étendue sur cette terre, tantôt si chaude et tantôt si froide, pour l’éternité.
Quand le manteau blanc arrivait à la recouvrir elle se laissait aller à la torpeur et l’engourdissement du froid et s’endormait en se laissant dériver par les rêves de renaître au printemps et dans ces rêves toujours elle se voyait avec des yeux couleur de lune, ouvert sur le monde et sur ce regard qu’elle avait envie de porter sur celui qui depuis tant de temps la regardait avec le bleu de ses yeux, quand donc ce satané jardinier allait lui aussi ouvrir les yeux et lui offrir deux grosses billes ouvertes sur le monde ?

Elle devenait chaque année verte de rage, pourtant rien n’y faisait, personne ne l’entendait, elle le savait bien, pourtant pour montrer sa colère elle n’avait que ce moyen et pourtant personne ne l’entendait.

Elle regarda une dernière fois entre les cils ce beau regard bleu en se laissant aller au sommeil éternel qu’elle savait être son destin.

Une pensée pour celle qui a dans le regard la couleur du ciel et de la mer et qui aime à lire dans les regards bleus des âmes apparaissantes au grand jour.

Le regard est le miroir de l’âme

 

Publié dans page de vie | 10 Commentaires »

12345
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog