• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 11 avril 2011

Les enfants en souffrent

Posté par canelle49 le 11 avril 2011

 voir l'image en taille réelle

Je ne peux pas ne pas revenir sur le même sujet une fois encore et je voulais vous montrer ce commentaire que j’ai reçu hier, cette merveilleuse jeune femme que j’ai rencontré en virtuel grâce au monde des blogs, vous montrer comment cela peut faire mal et comment cela reste une cicatrice d’avoir été blessée de la bêtise et de la méchanceté de l’homme, elle a les yeux bridés et alors ? Son cœur est-il différent du nôtre ? Elle n’a pas en plus la couleur jaune, mais on parle  d »eux en disant les jaunes, comme on parle des indiens en disant les rouges, puis il y a les noirs et les métisses et il y a les blancs c’est-à-dire nous et qui sommes-nous sinon peut-être la pire des races de ce monde ?


Je ne peux pas ne pas ressentir un certain dégoût de notre race quand je lis ce commentaire, cela ne peut que m’atteindre au plus profond de moi et je vais vous dire pourquoi.

coucouvousunblogfr a dit:
10 avril 2011 à 20:31 éditer
Ma chère Hélène
Tu sais, j’ai beaucoup souffert du racisme quand j’étais petite, avec mes yeux bridés, mes cheveux noirs et mes lunettes!!!
Je me souviens d’enfants, en 6eme qui me piquaient quand je passais en me traitant de sale jaune, de face de citron!!!
Ma mère a beaucoup souffert aussi, dans les années 55 en arrivant en France !
C’est odieux comme les gens peuvent êter méchants!
Et on souriait, notre seule arme ? Le sourire !!!
Maintenant, je peux l’ouvrir et je ne me prive pas !!
Bonne semaine à toi, miss
bizzz
Tân

 


Il était une fois une petite-fille qui faisait tache dans la société, elle n’avait pas de papa, non qu’il n’existait pas, mais il avait préféré partir un jour sans se retourner sur ses enfants qu’il laissait derrière lui, elle avait en peu trop de caractère cette petite et ne s’en laissait pas compter par les mauvaises langues, elle avait, on n’a jamais su pourquoi, les yeux bridés et les cheveux foncé, souvent on la traitait de jaune, ton père est un jaune qu’on lui disait, mais cette petite fille répondait OUI et j’en suis fière, cette petite-fille avait la chance d’avoir une maman qui se battait contre le racisme, elle à baignée dès son plus jeune âge dans l’acceptation de l’autre.

Sa maman avait su s’entourer d’étranger, elle avait su lui démontrer par la plus belle des manières, que l’autre était comme nous, qu’il avait les mêmes droits que nous et que les mélanges faisaient de baux enfants, cette petite-fille au lieu d’être honteuse de ne pas ressembler à sa race accentua sa ressemblance avec le monde des jaunes comme ils disent, si bien que finalement les gens pensaient que son papa était un jaune et comme elle était fière de dire oui mon papa vient du Vietnam, elle avait vite trouvé ce pays puisque son beau-père en était rentré après la guerre, elle n’avait pas dû inventer un pays, puisque ce pays existait autrement pour elle que sur une carte.


La petite-fille a grandi, est-ce sa maman et son beau-père ou le vieux qui ont fait qu’elle a si mal dans son cœur et dans sa chair quand elle entend des propos racistes, elle ne le saura jamais, mais elle a mal, oui, encore maintenant d’entendre des propos racistes, elle a mal pour tous ces étrangers que les gens méprisent alors que souvent ces gens-là ne leur arrive pas à la cheville, elle vous avoue même qu’en écrivant ce texte ses larmes coulent, car elle pense à cette merveilleuse jeune femme Tân qui a souffert dans son enfance du racisme et pourtant en cette année-là on savait, on savait que des enfants, des femmes et des hommes avaient été mis dans des fours et gazés , car ils n’avaient pour seul tord que  d’être juif, ne recommençons pas ce que l’histoire a de plus terrible.

Je me dis tolérante et bien non, je ne peux pas l’être avec les racistes, je crois que je suis atteinte au plus profond de moi quand j’entends des propos racistes, je le ressens si fort que j’ai cette boule dans la poitrine qui m’alerte en me disant, stop, tu vas être méchante à ton tour, alors laisse la bêtise humaine, derrière toi et va vers les belles personnes que tu connais et que tu as dans ton petit monde, non sans oublier de continuer à te battre contre le racisme.


Je voulais remercier ce matin, Fanette, Binicaise, Cilou,Tân, Le Pierrot, Mel, Michelle, Dominique, Sandra,Tony, Paty, Béa, qui m’ont laissé des commentaires à ce sujet et j’ai pu avoir le cœur en fête de les lire, merci à vous tous de faire partie de mes amis dans ce monde bloguestre.


Voilà, pardon, d’être revenue une fois de plus sur ce sujet, mais il est tellement d’actualité que je crois qu’il faut se battre contre ces gens pour ne plus jamais voir de génocides dans ce monde.

 

 



Publié dans page de vie | 12 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog