Une photo poétique

Posté par canelle49 le 31 mars 2011

 voir l'image en taille réelle

voir l'image en taille réelle

La colombe porteuse de paix, pour toute parure le soleil qui l’a fait plus belle encore,  il suffit d’une seconde au photographe pour nous offrir une émotion, il n’y a pas que les mots qui font la beauté de ce monde et qui nous parle, mais une seule photo peut nous emporter dans le monde des oeuvres d’art et du rêve, les mots parfois ne sont pas nécessaires, ils peuvent être inutiles, une photo, une peinture, une sculpture peut faire plus que tous les mots du monde.

Qui n’a jamais été émerveillé par un tableau, une sculpture, je ne connais pas les mots savants pour parler d’une oeuvre d’art comme peut le faire un spécialiste, je n’ai pas de cerveau quand je regarde un tableau ou une photo, je n’ai que mon âme et mon coeur qui ressentent de l’émotion, pouvons-nous ressentir de l’émotion par son cerveau?  Maître cerveau n’existe que pour apprendre, retenir et écouter les choses de la vie, dans ce monde en ébullition les choses de la vie ne sont pas très belles, donc, j’aime  me réfugier dans le rêve et dans ce qui me fait vibrer, comme cette photo, vue ce matin chez Pierrot. Je le remercie de m’avoir autorisé à mettre ces photos sur mon blog, n’hésitez pas à faire un clic sur son prénom, vous entrerez dans un monde d’humour, de photos, de voyages extraordinaires……un super blog et un personnage notre Pierrot, incontournable (sourire).

Je ne comptes plus les fois dans le passé où il était écrit dans mon carnet de notes: Helene rêve en classe……….

Voilà comment je pouvais m’envoler hors de mon cours de maths pour ne pas entendre les équations, les divisions, les multiplications, combien de fois j’ai essuyé les foudres de ma mère, les foudres de mon prof de math et rien n’y faisaient, pourquoi je n’aimais pas les chiffres? Je ne sais pas et ne le saurai sans doute jamais, mais attention, je sais compter tout de même et si je ne sais pas avoir de raisonnements mathématiques, est-ce une raison pour qu’on me traite de nulle, comme j’ai pu l’entendre si souvent par ma mère tout simplement parce que je ne savais pas raisonner sur le temps que va mettre une baignoire à se remplir, tout en sachant qu’elle à un certain contenant et que le robinet coule à un certain débit et que………………pffffffffffffffffff

Certainement que mon esprit avait déjà choisi d’aimer le français, l’histoire, la dissertation, la poésie, ce qui me sauvait bien souvent mon année, que d’efforts je devais faire pour avoir cette maudite moyenne en math, mais je le faisais et pas assez, bien entendu, au goût de mes profs et de ma mère. Cela m’a peut-être appris que dans la vie on n’obtient rien sans efforts et qu’il faut toujours se battre, car finalement on se fait sa vie et ce n’est pas en baissant les bras et en étant négatif que l’on va avancer dans la vie.

Publié dans page de vie | 14 Commentaires »

Le saule pleureur

Posté par canelle49 le 28 mars 2011

voir l'image en taille réelle

Quelle élégance dans ce merveilleux arbre qu’est le saule pleureur, il me ramène dans mon enfance, quand j’étais si désireuse de comprendre la nature et que je posais mille questions aux vieux, il avait, dans sa jeunesse, un cheval de trait nommé césar, de race Percheron, sa robe pommelée je la voyais souvent dans ce cadre au-dessus de sa cheminée, César l’aidait dans les champs pour le laboure, il était là aussi pour tirer le char à foin l’été, cela m’a rappelé ces fameuses vacances que j’avais passées dans le village qui est devenu comme par hasard le village où j’habite maintenant, ce village que j’ai connu avec mon amie d’enfance où ses grands-parents demeuraient dans une vieille ferme que j’adorais.

Je me souviens de ce mois de juin particulièrement chaud, je devais avoir 12 ans et j’étais tellement heureuse de partir seule avec mon amie, rejoindre son pépé, comme elle disait et l’aider pour les foins, pour une fille de la ville ce n’était que du bonheur de partir pour la campagne, nous avions des râteaux en bois et sous un soleil de plombs nous faisions des andains avec les gens du village, c’était l’époque où les gens s’entraidaient quand il fallait faire les foins, ces meules qui poussaient comme des champignons dans les prés me fascinaient, j’aimais déjà l’odeur de la nature, le parfum du foin parcourait les rues du village et le soir, la fenêtre ouverte, nous nous endormions dans le délice des parfums du foin.

César était son fidèle compagnon et il avait toujours gardé ce portrait, quand il en parlait il le prenait toujours dans ses mains déformées par le mal qui était en lui, il prenait ce vieux cadre et ses yeux souvent devenait troubles, je soupçonnais des larmes retenues dans son regard, mais je faisais celle qui ne voyait rien et le vieux ne tarissait pas de paroles, il me contait comment si souvent le soir venu, il rentrait avec César et lui offrait son repas bien mérité, il avait toujours du foin à disposition et s’endormait dans le grand pré près de la ferme jusqu’au petit matin, comme cela devait être merveilleux d’avoir avec ce cheval tant de complicité et quand j’y repense je crois que c’est encore le vieux qui m’a donné la passion des chevaux.

Je me rends compte de l’importance qu’il a eu dans ma vie quand j’écris et quand je me promène, il est si souvent là, en moi, que je le soupçonne de me faire un petit coucou de là-haut, il doit bien rire quand il me voit hésiter sur une herbe ou une autre ne me souvenant plus à quoi je devais faire attention entre la bonne et la mauvaise, donc quand je ne sais pas, j’évite de la cueillir de peur de faire une bêtise.

La pie qu’il avait élevé, combien de fois elle s’est moquée de moi, elle ricanait souvent en me voyant et se posait sur ma tête comme pour me dire c’est moi qui dit si oui ou non tu peux entrer sur mon territoire, je vous ai conté l’histoire de cette pie plutôt voleuse il est vrai, si je laissais un crayon sur la table du vieux elle s’empressait de venir le prendre afin de le cacher dans son territoire au-dessus de l’armoire, je riais et le vieux aussi riait de bon coeur et il me disait:< petite, demain j'aurai récupéré ton crayon, pour ce soir il faut la laisser savourer sa victoire>, oui, il était comme cela le vieux, il aimait tant la nature et les animaux que de là-haut je suis certaine il doit être bien triste de voir ce que l’homme fait de ce monde.

 

Publié dans page de vie | 24 Commentaires »

Bon rétablissement JJ

Posté par canelle49 le 27 mars 2011

voir l'image en taille réelleemoticone voir l'image en taille réelle

Ces quelques roses pour ensoleiller ta journée JEAN-JACQUES

voir l'image en taille réelle

Je voulais vous dire ce matin que JJ a été emmené à l’hôpital d’urgence dans la nuit de jeudi à vendredi, diagnostique, embolie pulmonaire, JJ est un blogueur qui n’a pas son pareil pour nous conter l’histoire de sa vie en faisant un savant mélange de sa propre histoire et celle de ses parents avec l’histoire du monde.

J’ai eu des nouvelles hier soir, il est hospitalisé pour une dizaine de jours son moral est bon, il sait se battre, il a connu pire dans sa vie donc, il sait comment faire pour ne pas se laisser aller au désespoir, de plus il est entre de bonnes mains.

Voilà JJ, je voulais simplement dire pourquoi tu n’écrivais plus sur ton blog et avec ton autorisation expliquer ton absence depuis quelques jours et avertir tous les blogueurs et blogueuses qui te sont fidèles.

Au nom de tous et toutes, je te souhaite un prompt rétablissement et reviens-nous avec ta merveilleuse plume qui nous conte si bien le passé.

 

Publié dans page de vie | 12 Commentaires »

Rire ou pleurer……….

Posté par canelle49 le 25 mars 2011

 voir l'image en taille réelle

Vous avez envie de pleurer dans les chaumières et bien voilà un fait, qui fait pleurer…………..

 

Le patron du Credit Suisse a perçu une rémunération nettement moindre l’an dernier. Brady Dougan a ainsi touché un traitement global de 12,8 millions de francs, contre 19,2 millions en 2009, pour un salaire de base de 2,5 millions.Le membre le plus payé de la direction générale du numéro deux bancaire helvétique n’est par ailleurs pas son président, mais le directeur pour la région Amérique Antonio Quintella. Ce dernier a perçu un montant équivalant à 15,6 millions de francs, selon le rapport annuel du Credit Suisse publié jeudi. Au total, la direction générale de la banque, qui compte seize membres, a été rétribuée à hauteur de 160,3 millions de francs.

Le président du conseil d’administration, Hans-Ulrich Doerig, a pour sa part gagné 6,3 millions de francs, dont 4,3 millions en liquide. Au titre de 2009, il avait touché 6 millions.

Quand je lis ce genre de nouvelle je pense à tous ces pauvres gens qui n’ont pas même de quoi se payer à manger, à toutes ces familles qui ont un parcours de combattant chaque mois pour boucler leurs comptes et qui si souvent ne savent pas comment ils vont faire pour payer toutes leurs factures, alors que ces dirigeants de banque se font un pactole chaque année.

Voilà ce qui ne va pas dans notre monde, les uns qui gagnent des fortunes et d’autres qui crèvent la misère, j’ai envie aussi de la faire la révolution contre tous ces gradés bancaires qui ont des salaires et des « pourboires » de nabab, est-ce normal que ces gens qui sont déjà très bien payé aient encore chaque année des pourboires royaux ?

Quand on sait que l’UBS a été sauvé par les impôts du peuple, ce même peuple qui se bat chaque jour pour gagner sa croûte, de qui se moque-t-on ? De nous tous et toutes qui sommes majoritaires et pourtant nous nous laissons bassement manipulés par nos gouvernements et bien moi j’en ai marre de voir que l’on nous prend pour des C……….. Je veux dénoncer notre système capitaliste, nous sommes en démocratie que de nom, nous sommes bien en « capitalisme », nous sommes dirigés par le fric et bien entendu pour nous faire passer la pilule quand on sauve une banque avec les deniers de l’état on vient nous endormir en nous disant que cela va nous rapporter des intérêts et alors, est-ce que ces intérêts vont être un profits pour le peuple, mais bien sûr que non.

On sonne depuis des années la sonnette d’alarme pour la caisse de retraite de l’état en disant que si cela continue il n’y aura plus d’argent dans les caisses, alors pourquoi ne met-on pas de l’argent dans cette caisse pour la renflouer ? Bien au contraire, on accuse les pauvres gens qui sont retraités ou invalides de toucher une misère pour vivre, alors que finalement c’est leur argent, notre argent à tous, puisque même les personnes qui ne travaillent pas se doivent de cotiser à titre personnel pour leur rente, oui vous avez bien lu, tous en Suisse cotisent, travailleurs et non travailleurs, d’ici que dès la naissance on fasse cotiser les parents pour la retraite de leurs enfants, il n’y a qu’un pas.

Décidément personne dans cette Europe de pacotille n’est, épargné, le monde est une filmographie, films de guerres, films d’espionnage, films catastrophes et sans oublier tous ces films comiques, il vaut mieux, en rire qu’en pleurer………………..

 

Publié dans page de vie | 19 Commentaires »

Un bel après-midi

Posté par canelle49 le 24 mars 2011

Surprise de voir que le printemps sur le bord du Léman est bien installé, jolie promenade encore. J’ai pensé à Binicaise, notre Bretonne blogueuse, qui a un si beau jardin  et qui nous partage chaque jour son printemps, qui est aussi bien avancé, voir qu’à 32km de chez moi il y a une telle différence m’a fait voir que c’est bien régional et la date du calendrier, le printemps n’en a rien à faire. J’ai voulu vous montrer le magnolia en fleur, alors qu’ici il bourgeonne à peine.

voir l'image en taille réelle

Puis, au fil de ma promenade j’ai eu la surprise d’entrer dans un autre pays, la pagode de ce magnifique parc trône sur sa colline, cette pagode a été offerte par le Roi de Thaïlande, qui poursuivit ses études à l’Université de Lausanne jusqu’au milieu des années 1950, il a choisi de remercier la Ville en lui offrant ce majestueux cadeau, une pagode royale couverte de feuilles d’or, haute de seize mètres. Un chef-d’oeuvre  bâti par des artisans et artistes thaïlandais, en collaboration avec le service des parcs et promenades de la Ville de Lausanne.

voir l'image en taille réelle

Celui qui se mire depuis des ans dans l’onde claire de cette fontaine n’a pas daigné relever la tête à notre passage et pas même pour la photo, il est resté de marbre.

voir l'image en taille réelle

Et bien entendu Spike c’est fait un petit ami, plus intéressé par mon sac à main, au grand désespoir de Spike, mais il faut dire que j’ai toujours dans mon sac de petites récompenses pour mon petit compagnon, son petit ami a bien senti cela, encore un bel après-midi de printemps, que du bonheur !

voir l'image en taille réelle

Publié dans page de vie | 15 Commentaires »

12345
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog