• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 7 février 2011

Hiver où es-tu ?

Posté par canelle49 le 7 février 2011

 voir l'image en taille réelle

Une merveilleuse journée de soleil, le printemps avant l’heure c’est un instant de bonheur, se reposer sur l’herbe encore humide des neiges disparues comme par enchantement, tout est en place pour laisser le printemps éclore, le soleil est là et les oiseaux sifflent leur mélodie de printemps, leur chant n’est plus le même, il est devenu gai et joyeux, même le coq n’a plus son cocorico enroué par la « froidure » de l’hiver, les premiers bourgeons sont là, fiers et fringuants, les premiers pas dans la nature ont l’empreinte du printemps, les rires et les cris des enfants nous offrent le sourire, on revoit le monde bouger, se serrer la main, se dire un petit bonjour, parfois une conversation qui s’engage avec un ou une inconnue et la journée est belle !

Le printemps, oui, mais pauvre printemps, tu t’es trompé de date, tu vas maintenant devoir expliquer pourquoi tu n’as pas pris la précaution de protéger la naissance de tes bourgeons, toi l’oiseau qui n’a pas vu que l’hiver est encore en catimini près à se rappeler à ton bon souvenir, fais en sorte de ne pas construire ton nid avant le vrai printemps, celui-ci n’est qu’un ersatz, il te trompe, dans quelques temps, il sera repris par le grand manteau de Monsieur hiver qui va lui faire une belle farce!

Je suis comme l’oiseau et la nature je me laisse prendre à tes yeux doux, je me laisse prendre par ta chaleur, je me laisse prendre par les premiers bourgeons que je vois apparaître ici et là et toi, Monsieur hiver, tu dois bien rire caché je ne sais où, tu sais que tu n’as pas dit ton dernier mot et que tu vas nous envelopper de ton grand manteau, mais tu n’auras plus la force des mois passés tu auras laissé pendant ce temps trop de temps passé pour revenir en force, oui, tu reviendras, bien sûr, on te connait, tu aimes jouer avec le printemps et lui faire une farce en te cachant pour un instant, mais le printemps quoi que tu fasses va te faire tôt ou tard la nique et tu seras ce jour-là bien obligé de t’endormir pour quelques mois,  tu ne peux rien contre le renouveau et la renaissance de la nature, comme dans la vie, le chagrin un jour s’amenuise et perd de sa force et la joie peut à nouveau entrer dans les coeurs, les larmes se tarir et le sourire revenir !

Garder espoir, toujours, laisser la place dans nos coeurs et nos âmes pour que le bonheur s’installe à nouveau, savoir ouvrir son regard à ce que nous offre la nature, savoir offrir son coeur, offrir de l’amour ne coûte rien, bien au contraire, il est plus reposant de donner de l’amour autour de nous que de se détruire avec la haine !

Publié dans page de vie | 10 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog