• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 1 novembre 2010

Parler ou se taire à jamais ?

Posté par canelle49 le 1 novembre 2010

 

 voir l'image en taille réelle

 

Regarder encore et encore la nature, hier dans cette forêt d’automne ma balade m’a permis de me ressourcer et de reprendre le dessus sur tous les événements de la semaine qui avaient eu raison de moi.

Partir pour un jour, partir pour toujours, la question me titille parfois, pourquoi devrais-je toujours recevoir en pleine face la réalité qui fait mal, pourquoi je devrais accepter de prendre sur moi ce qui après tout ne me concerne pas ? Pourquoi suis-je une éponge?

Questions sans réponses hélas, je suis comme je suis et je ne changerai plus à mon âge!

Une fois de plus quand la vie est belle et que tout va bien il y a sur le manège une pièce qui casse et qui arrête brutalement le manège, la vie n’est qu’un manège qui tourne avec bonheur quand nous y sommes invités, quand il s’arrête comme quand nous étions petits enfants et que nous n’avions qu’une envie c’est de remonter sur le cheval de bois pour rêver encore en s’enivrant de tours de manège, quand il s’arrête c’est le moment de payer ce bonheur trop grand et de découvrir les horreurs de la vie.

Tenir, tenir à tout prix, serrer les dents, ne rien dire ou tout dire, ne rien faire ou tout faire, conscience dans ma tête s’il te plaît dis-moi pourquoi tu te mets en route et tu me prends la tête ? Pourquoi j’ai cette conscience si exacerbée et qui me bouffe l’esprit?

Entendre tout ce que tu me souffles mets en moi des instants de chagrin qui me semble insurmontable et puis quand je me sens soulagée, car j’ai agi au plus près de ma conscience, je suis délivrée de ce poids si lourd qui s’accrochait dans ma poitrine, il devient léger aussi léger qu’une plume au vent.

Alors, quand vous aurez un jour à faire un acte qui fait que vous aurez rectifiés des erreurs, je vous assure, vous ressentirez un soulagement qui vaut bien parfois de mettre carte sur table et oser prendre la plume pour donner à ceux que vous auriez mis dans la peine sans même le vouloir, leur redonner le sourire et leur enlever ce poids qui certainement leur pesait aussi.

Je vous laisse quelques semaines avec peine, mais les vacances sont parfois nécessaires et là il est temps de mettre une petite distance entre mon chez moi et ma vie ailleurs, mais je reviendrai vous embêter encore avec mes états d’âme, mes joies, mes peines et mes blas-blas (sourire) vous allez me manquer, ne pas vous lire sera un manque, mais ce sera aussi un grand bonheur de revenir vous voir tous et toutes !

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 23 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog