• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Merci

Posté par canelle49 le 30 novembre 2010

 voir l'image en taille réelle

 

 

Ce matin je voulais vous remercier pour votre gentillesse et votre tolérance à mon égard, je dois vous avouer ce matin que j’avais très peur des réactions quand on se livre comme je l’ai fait dans « avais-je le choix« , on ne sait pas à quoi on s’expose et on ne sait pas quelles vont être les réactions des gens, ce matin,  je voulais vous dire que vos messages m’aide à guérir de cet épisode malheureux de ma vie, je n’y ai vu que de l’amour et de l’humanité dans vos commentaires.

Qui a dit que le net n’est pas net (sourire) ah ! oui cela me revient, c’est moi qui un jour ai écrit cela, mais sans oublier de rajouter qu’il y avait aussi de belles personnes sur le net et je pense que vous en êtes une bien belle preuve, vous avez su être tolérant face à la maladie, vous avez su ne pas entrer sur le chemin des accusations et des insultes, je veux ce matin vous rendre hommage en vous disant tout simplement, MERCI  

 

Anne

Aude artiste peintre

beatricea

binicaise

bouh

christina

dominique

douceur pour vos yeux bis

Enriqueta

fantinette

feuilledechou

Gruni

Isabelle

Jacky

Jacotte

JCN

jordanfabienne

josy

Julien

kasimir

Kathy

la Fanette

le cirque de papi

Le petit village des rêves

linacarmen

Lorette

lyly

lylyrose

Male éduqué

mamie blues

mamietitine

manounie

mariuss

Mel

Michelle

Monique maman de Fab

Paty

photoamateur

puissant

Sandra

talengar

Tân

Tony Yves

Merci, merci mille fois pour être ce que vous êtes, tous et toutes de belles personnes !

 

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

Et si cela arrivait ?

Posté par canelle49 le 29 novembre 2010

  

 voir l'image en taille réelle

Qui n’a pas connu un jour ce mélange de sentiment, de bonheur, d’émotion, de peur d’un premier rendez-vous, une nuit ou le sommeil ne vient pas, une nuit ou les questions fusent dans votre esprit et que vous essayez en vain de faire disparaître? Tous un jour avons connu ce sentiment de ne plus toucher terre et d’être sur un nuage.

Elle n’est pas très forte ce matin-là tout ce qu’elle fait devient machinal, son esprit vagabonde, elle est heureuse et triste aussi, d’où lui vient ces sentiments si opposés, malgré elle, malgré son désir de ne plus aimer, tout se bouscule dans sa tête, elle avait banni le temps du futur et voilà qu’il revient avec force en elle.

Pourtant dans sa vie tout est clair, tout va bien ,elle est heureuse, une famille qui l’a comble, des amis qui sont toujours là pour elle. Pourquoi maintenant, se dit-elle, alors que je suis si bien dans ma solitude choisie, pourquoi je laisserai entrer l’amour pour me compliquer encore la vie, à cet instant, elle sait déjà qu’elle se ment à elle-même, oui son bonheur existe, oui elle fait tout ce qu’elle désire de sa vie, mais la tendresse et les bras d’un homme, même si elle ne veut, se l’avouer, lui manque terriblement, la complicité que l’on peut avoir avec l’autre, cette complicité qui fait que même sans mot d’un regard on se comprend, elle qui avait fermé son coeur à double tours il vient d’en trouver la clef, il est entré simplement en ouvrant la porte, elle sait que l’amour est souffrance, elle sait que tout peut arriver, mais elle craque ,elle dit oui, je veux te rencontrer, me noyer dans ton regard, te présenter un jour à mes amis, à ma famille, entrer dans mon monde, comme j’ai envie d’entrer dans le tien et pendant un instant elle rêve au temps du futur, tant de rêves se bousculent dans son esprit, tout est merveilleux dans ses rêves, les promenades main dans la main, leurs familles qui ne seront, par le miracle de leur amour, plus qu’une, les soirées avec les amis, les voyages au delà des océans et puis son rêve, voir un jour Venise, la ville où il faut être deux pour être bien, la ville des amoureux, elle se met à penser qu’elle avait raison de ne pas avoir été voir Venise alors qu’elle était si près pendant son séjour en Italie, elle est romantique et voulait voir cette ville un jour avec son amour, elle s’imagine avec lui dans les dédales des rues perpendiculaires de la ville, main dans la main, le regard perdu dans la même direction que lui, les gondoles où les amoureux sont seuls au monde, les églises si nombreuses, ils en choisiront une pour sceller leur amour devant Dieu, c’est à cet instant que son rêve devient cauchemar, elle est sur le pont des soupirs, mais elle est seule, ses larmes coulent le long de ses joues et tombent dans l’eau qui s’écoule paisiblement, son soupir est presque un râle, elle sait que cet amour qu’elle voulait faire entrer par la grande porte ne rentrera que par une toute petite porte dérobée, qu’elle sera à jamais qu’une femme cachée aux yeux de la société, que tout ce dont elle a rêvé sera à jamais un rêve et là, sur le pont des soupirs, une force en elle revient, cette force qui l’a toujours aidée dans les mauvais moments de sa vie, c’est dans un ultime effort qu’elle se replonge dans la réalité pour dire à cet homme qui a déjà une femme, non, ne viens pas, je ne serai pas là, ce rendez-vous n’est pas une bonne idée.

Le monde vient de s’écrouler, mais elle est forte, savoir dire non au bonheur caché, savoir dire non au bonheur qui vient peut-être du malheur de l’autre, on ne construit pas son bonheur sur les ruines d’un amour. Elle soupire encore une dernière fois et se retrouve tout à coup dans la réalité de sa vie, le pont des soupirs a disparu, elle est forte à nouveau, elle sait qu’elle a fait le bon choix, elle sait qu’elle ne sera jamais prête à vivre un amour caché, à n’avoir que des miettes d’amour et perdre sa sérénité dans la solitude du manque de l’autre, dans l’angoisse d’un peut- être, je ne sais pas, je ne peux pas, il faut comprendre, tous ces mots qu’elle devra entendre de la part de celui qu’elle aime, non elle ne veut pas entendre ses mots, jamais, la peur est partie, elle sait, que l’on ne saura jamais ce qui fait qu’un jour on ose regarder la réalité en face, même si elle fait mal,  nous pensons que nous avons le choix, non, le choix, c’est la vie qui nous l’impose, nous sommes sur le grand échiquier de la vie, tantôt noir, tantôt blanc, tantôt gagnant, tantôt perdant, qui déplace les pions ?  Notre destin est le maître du jeu!!!!

Un texte que j’avais écrit il y a bien longtemps……………………….

Le verbe aimer est difficile à conjuguer: son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif et son futur est toujours conditionnel”.

Jean Cocteau

 

 

Publié dans page de vie | 15 Commentaires »

Un instant de bonheur

Posté par canelle49 le 28 novembre 2010

 voir l'image en taille réelle

 voir l'image en taille réelle

 voir l'image en taille réellevoir l'image en taille réelle

Savez-vous que le moineau est un petit oiseau sans peur et sans gêne, l’autre jour avec ma petite fille on se paye un Mac Do, (oui j’aime cela……sourire) et comme on n’avait pas envie de sortir de la voiture, car on s’y sent bien toutes les deux, on peut parler sans avoir des murs qui ont des oreilles (rire) on prend donc notre repas et  je me parque dans un petit coin au bord du canal, il y avait un magnifique soleil, alors on a ouvert les fenêtres de la voiture et il n’a fallu que quelques secondes pour qu’une ribambelle de moineaux avec un culot monstre arrive près de nous sans peur et sans gêne, ils adorent les frites, alors d’une main je donnais des frites, de l’autre, avec mon téléphone je prenais des photos, pas simple d’une main pour avoir la bonne photo, si bien que mes frites, ont fait le bonheur des moineaux, ensuite mon pain, puis mon chien a mangé la viande, ma petite fille était morte de rire et m’a demandé si je prenais un menu pour les oiseaux et le chien ou pour moi, c’était bien pour moi, mais voilà, il y avait plus affamé que moi, alors je ne pouvais pas les priver.

Des moments comme celui-ci avec ma petite-fille  m’offre de merveilleux instants de bonheur, cette belle jeune fille que j’avais dans mes bras bébé et qui va fêter au mois de mars ses 16 ans, je n’en reviens pas, comme le temps passe et s’il y a bien quelque chose qui passe vite c’est bien le temps, mais c’est beau de devenir grand-maman, si le rôle de maman est merveilleux et bien le rôle de mamie l’est encore plus, on a du temps à consacrer à nos petits-enfants et la complicité que l’on a avec eux, est souvent très forte, au point qu’ils viennent me confier leurs petits problèmes d’ados, voilà une fois de plus, les petits moments de la vie, mis bout à bout et c’est finalement cela le bonheur, c’est toutes les petites choses de la vie qui nous font sourire et rire qui font ces merveilleux instants que nous ne savons souvent pas reconnaitre comme étant du BONHEUR !

Publié dans page de vie | 13 Commentaires »

Première neige

Posté par canelle49 le 27 novembre 2010

 voir l'image en taille réelle

voir l'image en taille réelle

La neige hier est enfin arrivée comme pour mettre en moi la pureté de ce blanc manteau, comme pour me faire mentir de mon texte qui disait, on n’a pas de neige, le soir même, la neige tombait, au petit matin les tracteurs et camions faisaient leurs danses de l’hiver, ils nous réveillent très tôt, mais pour tous ceux qui travaillent, il faut que la route soit praticable de bonne heure.

Cela m’a permis d’aller m’amuser avec mon petit chien qui adore la neige, je lui lance des boules de neige qu’il détruit bien vite et me regarde étonné que sa balle ait disparu, même si j’ai les mains gelée cela m’amuse tant de le voir mettre son museau sous la neige pour rechercher ses boules, que je ne sens plus le froid, bientôt on pourra faire notre premier bonhomme de neige sur la terrasse, je sais, c’est gamin, mais j’aime cela.

Merci hiver de m’offrir ce merveilleux paysage et de me permettre de me retrouver comme quand j’étais petite, heureuse de revenir au chaud et de boire un thé à la cannelle !

 

 

 

Publié dans page de vie | 13 Commentaires »

Avais-je le choix ??????????????????

Posté par canelle49 le 26 novembre 2010

 voir l'image en taille réelle

Ce matin il faut que je me libère d’un poids qui me pèse, il faut que je parle de ce que j’ai vécu depuis quelques mois sans en faire tout un roman.

Le hasard ou destin, peu importe, on fait dans le monde du net des rencontres virtuelles merveilleuses ou pas, j’ai fait il y a quelques mois une rencontre que je pensais merveilleuse, j’ai donné mon coeur très très vite, une amitié sincère et profonde était née.

Tout était merveilleux, j’avais en moi un bonheur immense de pouvoir venir en aide à mon amie du mieux, que je pouvais, j’avais cette petite flamme qu’on a, quand on aime.

J’ai voulu faire connaitre son blog à mes liens pour qu’elle soit entourée de plus en plus de monde, puis un jour tout s’est écroulé et il a fallu que cela soit moi qui découvre la vérité bêtement et sans même le vouloir, ni chercher, car je n’avais jamais eu de doutes sur cette personne.

Puis, avec le recul, tout m’est revenu, tout ce qui aurait dû me crever les yeux et je m’en suis voulue d’avoir mis tous mes amis et amies blogueuses dans cette histoire, alors pour moi a commencé un véritable dilemme, devais-je parler à mes amies et les mettre en garde, devais-je me taire et continuer ce mensonge pour ne pas trahir mon « amie », c’est alors que j’ai pris mon téléphone pour parler à un ami de longue date qui est psychologue et qui lui m’a conseillé de ne pas entretenir ce mensonge, car il me connait bien et il sait que cela m’aurait détruite, petit à petit et puis, pouvais-je laisser toutes celles qui ont perdu un enfant, pleurer sur un drame qui n’existait pas?

Tant de questions en moi et puis comme toujours ma foutue conscience qui se rappelle à moi et qui me souffle, tu ne peux pas mentir toi aussi en laissant croire tout ceci, sinon tu deviens toi-même une menteuse, tout ce que tu détestes, alors il faut que tu parles à tes amies. J’ai été très surprise de savoir que beaucoup avait déjà de sérieux doutes.

Mais je ne voulais surtout pas lui faire de mal, ce que je voulais, c’est lui tendre la main pour l’aider dans cette maladie qu’est la mythomanie, je l’aimais trop pour lui faire du mal, je croyais naïvement qu’elle me parlerait, qu’elle prendrait la main que je lui tendais pour me parler et vider son coeur, mais non, je me suis trompée, encore une fois, elle a repoussé mon aide, elle avait pourtant la possibilité de me dire la vérité, mais au contraire elle a continué dans le mensonge.

Je voulais ce matin par le biais de mon blog démontrer qu’on peut tous et toutes se faire prendre un jour et tous avoir des moments de doutes, mais ce que je voulais avant tout, c’est que si elle vient me lire lui dire que j’ai averti mes plus proches amies virtuelles, si j’ai fait cela c’est pour protéger toutes celles et ceux qui avaient foi en elle et qui avait mal pour elle, les larmes sont un bien précieux on ne peut pas les laisser couler sur des mensonges, on ne peut pas avoir mal pour ce qui n’existe pas, la vie est déjà assez difficile sans en rajouter, je n’ai pas l’habitude de cacher mes actes et je voulais qu’elle sache ce matin que j’ai dit la vérité à mes amies proches.

Quant à celles qui lui ont mis des commentaires méchants, je n’approuve pas, on ne tire pas sur l’ambulance, mais je suis soulagée d’avoir vu que ce n’était pas dans mes liens que de telles personnes existaient et soulagée d’avoir été écoutée quand j’ai demandé à toutes de ne pas l’attaquer et de ne pas oublier avant tout qu’elle était malade, heureuse de voir que mes liens m’ont suivie dans ce sens et je veux par ce texte les remercier de tout coeur d’avoir été si compréhensives.

J’ai vécu des journées difficiles avec moi-même, je ne souhaite à personne de devoir un jour trancher entre la vérité et le mensonge de l’autre, car je suis tout de même au fond de moi bien triste d’avoir eu à trahir celle que j’aimais pour protéger et ne pas trahir celles que j’aime lire chaque jour et qui au fil du temps, sont devenues des amies aussi.

J’aurai longtemps encore en moi ce goût amer de la trahison, mais avais-je le choix??????????????????????

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 24 Commentaires »

1234
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog