L’horreur

Posté par canelle49 le 28 septembre 2010

 voir l'image en taille réelle

Elle a vécu le pire, perdre son enfant, mais elle ne savait pas encore que l’horreur allait continuer, son enfant venait de perdre la vie pour avoir voulu dormir, il ne l’avait pas prévu, il n’avait pas prémédité ce qui allait arriver, non, il voulait dormir, sans plus, la vie ne lui permettait pas de se laisser envahir du bien-être retrouvé chaque matin par une nuit de sommeil réparatrice, alors il décida ce soir-là de prendre ce qu’il fallait pour enfin partir dans les rêves de la nuit, ses rêves étaient si beaux qu’il n’eut plus envie d’en sortir, sa nuit était peuplée de belles personnes, sa nuit n’avait rien à voir avec ces jours tristes, ses jours où tous, le repoussaient parce qu’il avait ses différences que les hommes n’aiment pas, l’humain ne veut pas voir celle ou celui qui est différent de par sa culture et sa religion, l’humain repousse celui qui n’est pas à son image, la bêtise humaine n’a pas d’égale dans ce monde, la bêtise des hommes n’est plus à démontrer, mais elle peut aller encore plus loin que les mots et les actes imbéciles, elle peut aller au-delà et ce que j’ai lu un matin sur le net m’a donné la nausée, je vous laisse juge de ce qui suit !  

Le vide juridique des autopsies judiciaires

Une double souffrance », c’est ce qu’a ressenti la mère de Michel (les noms ont été modifiés), décédé le 22 octobre 2008, lorsqu’il est revenu de la morgue sans calotte sur le visage, après une autopsie. « Nous n’avons pas pu assister à la mise en bière, on nous a interdit de le voir. On nous a rendu ses habits car ils n’ont pas pu l’habiller », raconte sa mère.

Agé de 33 ans, Michel a été retrouvé mort au petit matin avec des hématomes sur le corps. La justice a alors décidé de pratiquer une autopsie et a envoyé le corps à la morgue d’Evry. Musicien, divorcé, père d’un petit garçon, Michel a été enterré le 29 octobre 2008, sans que sa mère l’ait revu. « Est-ce que c’était mon gamin dans le cercueil ? », se demande-t-elle, avec une immense douleur. « Le médecin légiste n’a guère pris de précautions, en disant que c’est un chanteur des rues, un drogué, un SDF. C’est une jeune femme commissaire et l’entreprise des pompes funèbres qui m’ont parlé de l’état de mon fils, qui n’a pas été recousu. »

Même s’il devrait l’être, ce cas n’est pas unique. C’est l’un des 10 à 15 dossiers sur la restitution des corps après autopsie qui est arrivé sur les bureaux du médiateur de la République. Depuis janvier, un pôle santé et sécurité des soins a été mis en place. Il est dédié à l’information des usagers et à la médiation entre les patients et les professionnels de la santé pour gérer les litiges.

 Source

Je pensais que cet acte ignoble avait été pratiqué dans un pays où l’on n’avait pas le respect humain et quel n’a pas été mon étonnement de voir que cela se passait tout près de chez moi, en France, dans un pays modèle, un pays avancé, un pays où le respect de l’homme existe, un pays qui peut donner des leçons de vie à bien d’autres pays, comment dans un pays des droits de l’homme, avait-on pu mutiler le corps d’un jeune homme et ne pas avoir le respect d’un défunt et de la famille, le médecin légiste était-il un fou pour avoir permis cet acte inhumain ? Devant tant d’horreur et d’incompréhension, de colère, j’ai eu envie de dénoncer de tels actes qui ne sont que le fait de barbares sans coeur, après cela, comment ne pas vouloir la peau de ce genre de personnage, comment ce médecin peut-il encore pratiquer après toutes les horreurs qu’il a pu commettre, une fois de plus la société ferme les yeux sur de tels actes honteux et irrespectueux de l’humanité!Je pense à cette maman, non seulement elle a perdu la chair de sa chair, mais n’a même pas pu lui dire au revoir, je pense à son chagrin, perdre son enfant est terrible, mais en plus de savoir qu’on a mutilé son enfant post mortem, comment ne pas avoir la haine dans son coeur ? Comment ne pas crier vengeance ? Je suis tolérante, enfin je crois l’être, mais sur ce fait je n’ai pas de tolérance face à ce genre de personnage, je n’ai pas de haine non plus, je ne sais pas avoir de haine, mais j’ai de la colère et du chagrin de lire ce genre de choses, si la justice ne fait rien pour empêcher ces faits de se reproduire je me dis que la justice n’existe pas dans ce monde et qu’alors tout est permis quand on est médecin légiste, mais nul n’est protégé par la vindicte populaire et si les lois ne sont pas là pour faire payer ce genre de personnage et bien qu’il soit mis au ban de la société et qu’il soit déchu de son pouvoir de continuer à pratiquer ces horreurs en toute impunité!  Cet homme est un bien triste sire et que notre société puisse laisser impuni ce genre d’acte, me révolte !

 

21 Réponses à “L’horreur”

1 2 3
  1. dominique1012 dit :

    je suis très étonné et indigné aussi , je ne pensais pas que de tels choses se pratiquaient ici en France , que si il y avait autopsie que l’on redonnait les corps dans un état présentable à la famille . Je pense à cette pauvre ma maman qui n’a pu dire un dernier aurevoir à son enfant, l’embrasser une dernière fois, c’est avec une émossion que lui apporte mon soutien et mon amitié
    Dominique

    Dernière publication sur Dominique : Commes, pose d'une ligne téléphonique

1 2 3

Laisser un commentaire

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog