• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 août 2010

Angoisse ou avertissement

Posté par canelle49 le 22 août 2010

destin.jpg 

Ivresse d’un petit matin où le soleil brille et une joie encore de ce jour nouveau.

Tendresse d’une missive qui laisse en moi le goût du bonheur et puis tout se précipite, pourquoi en moi cette soudaine angoisse et cette peur, une fois de plus j’ai peur que cette journée ne m’apporte que déception, mais je ne le saurai que quand le douzième coup de minuit aura carillonné au clocher du village.

Une journée pourtant comme les autres et pourtant pas tout à fait, puisque dès mon réveil l’angoisse est montée crescendo, midi, heure de ma pause, manger ce jour-là, impossible, mon angoisse ne disparaît pas, je me tourne sur mon passé, je cherche pourquoi quand une angoisse me vient sans raison apparente j’apprends une nouvelle qui me fait mal, bon sang, il faut que je me soigne, je deviens folle, ai-je comme le prétendait une de ces courtisanes des jeux de cartes un don pour la voyance, non je n’ai pas ce don, puisque je ne vois rien venir, juste, cette putain d’angoisse qui monte en moi.

 17H, je me précipite hors de mon bureau, sans me retourner et sans même dire au revoir, je descends quatre à quatre les escaliers et je me retrouve enfin à l’air, je respire un bon coup et je m’apprête à prendre ma voiture en me sermonnant et me disant, stop, arrête de te faire tout un film, il faut vous dire que j’ai pensé au pire ce jour-là, mes enfants  sont passés en revue et mes téléphones de ce jour sous n’importe quel prétexte n’ont pas dû les leurrer, ils me connaissent si bien, ils ont bien dû se douter qu’une de ces foutues angoisses, était en moi !

Voilà que tout à coup, alors que je « speed » toujours pour rentrer chez moi, cette angoisse étant bien là, je me dis que ce n’est pas la peine d’en rajouter et pour une fois je n’appuie pas sur la champignon, j’allume ma radio et la musique me fait un bien énorme, j’aime le son de ces musiques qui mettent en moi tant de sentiments de bonheur, de tendresse, de nostalgie parfois, mais je ne peux pas me passer de musique, chez moi, jamais le silence n’est roi, bien au contraire, dès mon réveil la musique résonne dans ma modeste demeure. La musique, la chansonnette font partie de ma vie depuis mon enfance, je me souviens de la chanson que j’écoute ce jour-là, comme pour ajouter encore à mon angoisse, elle parle de l’adieu et c’est la voix de François Valérie qui résonne dans l’habitacle, le virage qui arrive et qui est plutôt sec, que j’aime prendre à faire crier mes pneus sur l’asphalte et bien je vais l’aborder calmement ce jour-là, je n’ai pas le temps de réfléchir, je vois ce camion arriver sur moi, il vient de perdre la maîtrise de son véhicule et là je plante sur les freins de toutes mes forces et je pars dans le pré qui est bien accueillant, j’ai fermé les yeux une fraction de seconde, le camion est là, si proche de moi, couché sur le bas côté, je vois le chauffeur sortir de sa cabine et courir vers moi, je n’ai rien, pourquoi il court comme un dératé, me dis-je encore, puis je fonds en larmes !

 Plus de peur que de mal, mais ce jour-là encore j’ai compris que si je n’avais pas eu cette angoisse, j’aurai roulé comme je le fais toujours et peut-être que là, j’aurais été dans le fameux virage en même temps que le camion, mon angoisse m’avait peut-être sauvé la vie, mais il fallait croire aussi que ce n’était pas mon heure !

Le destin m’accordais encore un bout de chemin, je priais ce soir-là pour remercier Dieu et la providence, finalement peu importe, qui on prie, il faut croire que la vie nous offres parfois de bien beau cadeau et ce merveilleux cadeau est tout simplement la vie!

 

 

Publié dans page de vie | 13 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog