• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 août 2010

Destinée………

Posté par canelle49 le 16 août 2010

 voir l'image en taille réelle

Il était devant elle et ne bougeait pas, mais son regard de braise la fixait avec insistance, elle n’osait plus le regarder ses joues déjà viraient au rouge et elle sentait cette douce chaleur l’envahir!

Mais bon sang se dit-elle, pourquoi je ne mets pas pour une fois ma timidité de côté, mince alors, il est là, devant moi, pas bien loin, il me regarde, il n’arrête pas de me regarder et moi comme une idiote je suis paralysée par cette timidité, alors que mon coeur cogne à tout rompre, il est là celui que je cherche depuis la nuit des temps et moi je suis en train de me liquéfié, d’avoir envie de prendre mes jambes à mon cou et de m’enfuir, ma vieille ne vient jamais plus te plaindre de ne pas trouver celui qui fera battre ton coeur, il est là, devant toi et tu ne fais rien, alors reste dans ta solitude et ne pleure plus jamais sur toi-même, elle se flagellait pour ne pas penser au bel inconnu qui lui faisait les yeux doux!

Pour se donner une contenance elle pris le parti de lire son magazine, du coin de l’oeil elle l’observait, mais elle voyait bien que l’homme continuait de la regarder et il avait même un petit sourire dessiné maintenant sur le visage, bof, se dit-elle, son sourire est moqueur, il se moque de moi, alors elle prisune respiration forte et à l’instant même où elle décida de passer devant lui, son talon se pris dans l’escalator, si bien qu’elle s’étala de tout son long au pied de son bel inconnu!

Il s’empressa de la relever, quelle honte, elle ne savait plus quelle attitude adopter, c’est alors qu’elle se mit à rire pour ne pas montrer son désarroi, il la souleva de terre comme un fétu de paille et la retint un instant dans ses bras lui demandant si elle avait mal quelque part, elle sentait son coeur qui battait à tout rompre, elle allait mourir, là sur place, non seulement de honte, mais de son coeur qui allait exploser, elle le regarda et souris en disant bêtement et bien si j’avais voulu le faire je n’aurai certainement pas réussi!

Ils éclatèrent de rire tous les deux, la glace était rompue, il l’invita à prendre un verre dans le petit bar non loin de là, elle n’avait jamais été si bien en compagnie d’un homme, elle avait l’impression de le connaître depuis toujours et c’est avec insistance, qu’elle regardait la main de l’homme, là, où une marque faisait penser qu’il portait un anneau qui voulait dire je suis marié, elle frissonna, une fois de plus elle venait de rencontrer celui qui pouvait être sa moitié et une fois de plus il avait cette marque qui en disait long!

Elle venait d’avoir 40 ans et n’avais jamais été mariée, pas d’enfant, plus, de famille, il lui restait quelques amies et amis, mais elle passait le plus clair de son temps chez elle, les invitations de ses amis ne lui faisaient même plus envie et c’est peu à peu qu’elle avait fait le vide autour d’elle, seul son travail lui donnait en peu de vie sociale, elle passait le plus clair de son temps devant son écran pour tchatter avec des inconnus qui ne pensaient à rien d’autre qu’aux aventures sans lendemains et c’est de guerre lasse un jour qu’elle décida de ne plus entrer en conversation avec tous ses hommes futiles qui ne cherchaient que des aventures sans lendemain!

Il vit son regard insistant sur sa main et sourit, voilà en plus il se moquait, elle décida d’écourter en disant qu’elle avait un rendez-vous il fallait qu’elle s’en aille, il la regarda et lui dit tout de go!

Non, non, ce n’est pas ce que vous pensez, je ne suis pas marié, (Grrrr se dit-elle voilà qu’en plus il lit en moi!)

- je ne suis pas marié, tout simplement, parce que je suis prêtre!

Elle faillit tomber dans les pommes, quelle était idiote, l’homme dont elle venait de tomber amoureuse était prêtre, si cela n’avait pas été l’envie de pleurer qu’elle avait à l’instant elle en aurait ri de tout son coeur, quel imbécile je suis, se dit-elle et lui qui souriait d’un air niait de celui qui vient de jouer un mauvais tour à un ami, elle ne pouvait se contenir davantage, il fallait qu’elle s’en aille et très vite, sinon elle était capable de fondre en larmes, ce serait le comble, elle le remercia encore et s’en retourna dans son monde de solitude, décidément elle n’avait vraiment pas de chance!

Le destin fait que parfois on reste seule pour le reste de sa vie!

 

 

 

Publié dans page de vie | 16 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog