• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Une journée pas comme les autres

Posté par canelle49 le 2 juillet 2010

espoir3.jpg 

Un dernier adieu, une dernière caresse de tendresse, un dernier baiser, je le regarde se pencher sur sa compagne de toute une vie, sa silhouette fragile, son léger tremblement et ses larmes le long de ses joues font monter en moi une émotion et mes larmes coulent sans retenue, je ne pleure que sur lui, je pense à cet homme qui vient de laisser partir sa compagne de 62 ans de vie.

Une magnifique cérémonie, un pasteur noir qui nous chante du gospel et je m’évade dans mes pensées, je pense à celles qui ont perdu leur enfant, je pense à celles qui se battent contre la maladie et plus précisément à mon amie Nadine et je vogue dans ce monde de l’irréel, ce monde dont on ne sait rien.

Aurais-je tout à coup un doute quant à l’après?

Non, bien vite je me réfugie dans ma certitude qu’un jour on reverra ceux qui sont partis, la certitude que je veux avoir en moi pour supporter toutes les douleurs de la mort et ma pensée s’envole encore vers cet homme qui pleure, certes une compagne âgée, mais il ne peut y avoir des degrés de souffrance, chaque être, a sa propre souffrance et perdre quelqu’un de cher à nos coeurs, est une souffrance, mais si l’on peut se consoler un jour d’avoir perdu ses parents, sa compagne ou son compagnon, comment peut-on se consoler de la perte de son enfant?

Je reviens vers Jacotte et Fabienne et une fois de plus je suis dans l’admiration du courage de ces deux femmes qui un jour ont vécu le pire, qui sera pour toujours en elle, cette question qui est souvent venu en moi, quand je voyais des parents dire adieu à leur enfant, de me demander, comment vivre encore après cela. Fabienne et Jacotte j’ai pensé à vous,  hier matin, pendant cette cérémonie, j’ai pensé à Nadine qui se bat avec courage, avoir le courage de continuer sa route malgré tout, avoir la force en soi quand on a vécu le pire! Vous toutes nous montrer la route du courage!

Il est là, devant moi, c’est l’après, maintenant, qui, plus jamais ne sera comme l’avant, mais il garde son humour et je l’écoute me conter sa rencontre avec la femme de sa vie, la guerre et la mobilisation, étonnée je lui demande, mais en Suisse aussi, on a mobilisé les soldats? « Oui, bien sûr » me répond-il et j’ai passé deux heures avec lui à l’écouter parler de sa vie, si bien que nous avons décidé de nous revoir quand il viendrai chez son fils qui habite pas loin de chez moi  pour qu’il me raconte le passé, moi qui aime écouter les vieux et leurs souvenirs et lui qui aime raconter avec une mémoire et une intelligence qui m’épate, il va fêter ses 87 ans et sa mémoire est intacte,  il m’a ému, m’a fait rire par son humour, cet humour qu’il a toujours eu en lui et qui malgré son chagrin est remonté à la surface, si bien que quand ma fille m’a tiré de ce bonheur d’écouter cet homme, jamais je n’aurai pensé avoir passé un temps si long avec lui.

Voilà encore un instant de vie qui a été comme l’est la vie, des larmes, des pensées pour d’autres, du rire aussi, comme pour la vie qui a des hauts et des bas, on peut passer par tous les sentiments en peu de temps, mais c’est là que l’on voit que l’envie de vivre qui est en chacun de nous est bien plus forte que tout!

Chaque jour que nous vivons est un jour gagné, chaque jour que nous vivons est un jour béni!

 

Publié dans page de vie | 20 Commentaires »

Oser………………

Posté par canelle49 le 1 juillet 2010

119660629947.gif

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.
Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.
Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés
Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux!

Pablo Neruda

Ce poème de Pablo Neruda devrait faire corps dans notre esprit de chaque jour, il est si vrai, si juste, dans ces mots, qui peut dire que ce n’est pas la justesse de la vie qui est dans ce poème, chaque individu devrait penser que faire tout pour réaliser ses rêves devraient être une priorité dans la vie, même si on n’a pas le pouvoir de tous les réaliser, ils sont en nous et on garde cet espoir que l’avenir peut encore nous réserver bien des joies et du bonheur, mourir lentement chaque jour parce que l’on n’aime pas sa vie et que l’on n’ose pas forcer le destin en essayant de se retrouver sur une route qui fait que l’on vit dans le bonheur de chaque jour qui passe, oser changer de cap, même si les difficultés sont bien présentes, oser les surmonter pour partir vers d’autres rivages, prendre le risque d’être heureux fera que la vie est belle.

 Cette phrase qui dit qu’il faut laisser « le temps au temps » ne résonne pas bien dans mon esprit, cessons justement de dire ce genre de phrase, non, nous n’avons que peu de temps pour agir, la vie est si courte, ce temps qui nous est compté, on ne sait même pas quand il va finir, alors pourquoi toujours dire, laissons le temps au temps, zut, moi je n’ai plus envie de laisser le temps au temps, il sera temps de faire cela, le jour de mon dernier voyage, là j’aurai du temps et c’est le jour où j’ai compris que ce temps je n’en avais plus beaucoup et  qu’il fallait agir, vite, ne plus attendre que le temps fasse son job que ma vie a changé.

J’ai su enfin prendre une décision qui devait être folle pour certain, mais qui pour moi était délivrance et surtout me retrouver, retrouver cette personne que je n’étais plus! 

Je me devais de faire ce travail sur moi-même et fuir le passé sans me retourner, sans avoir peur des lendemains, quand on a un rêve, quand on ne peut plus vivre sa vie comme on la vit, quand on baisse les bras, que l’on se résigne à vivre une vie que l’on n’a pas choisie, alors il faut pendre son courage à deux mains et oser vivre ce pourquoi on est fait, oser dire stop, je ne veux plus être celle que tu vois, mais être celle que je suis, je ne veux plus porter de masque, plus me battre contre moi-même, je veux enfin redevenir celle que j’étais avant de te connaître, avant que tu n’entres dans ma vie, avant que tu ne  prennes mes rêves, mes envies, mes espoirs, avant que je ne vois que par tes yeux, je veux être moi et je préfère être détestée pour ce que je suis que d’être aimée pour ce que je ne suis pas!

Je n’ai jamais regretté cette décision, même si tout n’a pas été facile. Quand les limites sont atteintes et que l’on n’avance plus, ne plus savoir et comprendre qui nous sommes, un petit mot, une chanson, un poème, tant de choses peuvent un jour nous mettre devant le fait que nous osons, pour moi ce fut une chanson, une chanson de Noah, qui dit, « ose, redonne à ta vie sa vraie valeur, ose redonne à ce monde toutes ses couleurs, » cette petite phrase fut le déclic dont j’avais besoin pour me retrouver et pour sortir d’une vie dénuer de bons sens, cela peut paraître bien superficiel, mais pour moi cette chanson a fait que j’ai osé faire le pas.

Depuis si cela n’a pas été de tout repos et simple à gérer, le bonheur est entré dans ma vie, alors que tous me prédisait un avenir de solitude, j’ai rencontré mon double celui que l’on ne rencontre qu’une fois dans sa vie, après si je me casse la figure peu importe pourquoi toujours se poser des pourquoi et des si jamais, je n’ai plus l’âge de laisser le temps au temps, alors je fonce dans ce bonheur qu’il m’offre et je prends son amour sans conditions!

_________________________________________________________________

Je ne peux terminer sans avoir une pensée pour mon amie Nadine qui à du être hospitalisée et je fais encore appel à vous pour lui laisser des messages sur son blog afin de lui montrer que son combat contre cette salop………… de maladie nous le menons avec elle! Que nous sommes tous et toutes derrière elle! Nadine je t’aime tendrement!

http://mesemotions.canalblog.com/

 

 

 

  

Publié dans page de vie | 30 Commentaires »

1...34567
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog