• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Tout et son contraire……..

Posté par canelle49 le 12 juillet 2010

jusquauboutdesreves.jpg

Une réflexion me vient ce matin, je m’éveille et la nuit m’a éclairée, un rêve que je me dois de coucher sur le papier, quel paradoxe, dire que la nuit m’a éclairée alors que l’on sait que la nuit ne peut pas nous donner la lumière, mais la lumière peut être en nous, tout simplement, cette nuit, j’ai compris que le créateur avait bien fait les choses, deux était un chiffre paire, la nuit n’existe que par le jour, la lune que par le soleil, l’océan que par le ciel, la femme que par l’homme, ah! non, il y a erreur là, dès le début, l’homme n’existe que par la femme, c’est elle qui enfante et qui fait que le monde est possible, oui mais…. si l’homme n’existait pas, alors elle ne pourrait pas enfanter, oh! Lala quel casse tête, enfin peu importe, encore une preuve du chiffre deux!

Le bien que par le mal et là je me suis dites, comme Eurêka ( rire ) mais bien sûr comment saurait-on ce qu’est le bien, si le mal n’existait pas, tout a été fait pour que les contraires existent, donc l’homme n’est pas comme la femme, cela on le savait (rire) et j’ai compris que tout ce qui avait été créé par Dieu, était parfait, ce n’est qu’après que tout a changé par la volonté de l’homme, la volonté de quoi finalement, est-ce, vraiment voulu la noirceur d’un coeur et s’il avait souffert, si son coeur avait saigné, tous un jour nous avons certainement fait une erreur, tous un jour nous avons pu faire mal, on ne connaît jamais l’autre on n’est pas dans sa vie ,dans ses pensées, alors pas si simple de faire deux catégories.

Oui, il a tout créé à la perfection c’est nous qui avons tout changé et fait que le seul prédateur de l’homme est l’homme, pensez-vous que le lion mange un lion, que le tigre mange un tigre, on peut chercher, mais l’animal, ne tue pas sa race, alors si Dieu regarde ce qu’il a créé sur terre il doit se dire que la seule fausse note, c’est l’être humain, mais comme en musique il faut faire des fausses notes pour apprendre et jouer à la perfection, peut-être qu’un jour nous aurons appris pour n’être plus que dans le bien et que pour une fois le chiffre deux ne sera plus et le contraire de la paire ,qui est l’imper, sera UN. Bon, ne cherchez pas moi-même je ne me suis pas comprise sur la dernière phrase, je ne suis pas math! Mais je suis tenace, donc si vous lisez la suite, je suis persuadée que j’aurai trouvé pourquoi j’ai écrit cela! (rire)

Tant de mots pourront disparaître de notre vocabulaire, le jour se lève et encore une fois je comprends que les rêves de la nuit sont utopiques, mais que l’espoir existe en chacun de nous, nous faisons tous sans exceptions des rêves et des cauchemars et cette nuit pour moi  c’était un rêve, faire disparaître ce chiffre deux pour n’avoir plus qu’un, c’est-à-dire l’être humain, n’être plus regardé parce que nous sommes hommes ou femmes et accepter nos différences, qui ne sont pas si grandes après tout, puisque nous aspirons tous à chercher l’autre pour ne faire plus qu’un………. apprenons à jouer cette musique sans fausses notes et nous serons enfin délivré du contraire de bien! Laissons ce petit  mot qui n’est qu’un petit maux, laissons optimiste, bien loin de nous! 

L’optimisme vient de Dieu, le pessimisme est né dans le cerveau de l’homme.

P.S une fois de plus notre petit poulpe avait vu juste, l’Espagne est championne du monde, bravo……………..rire, au poulpe!!!! Aussi à L’Espagne quand même! (sourire)

 

Publié dans page de vie | 24 Commentaires »

Le temps………….

Posté par canelle49 le 11 juillet 2010

rosebleue.gif

A vingt ans on laisse le temps au temps 

Puis, le temps passe très vite, trop vite

On ne veut plus laisser le temps au temps

Le temps presse tout à coup

L’horloge biologique s’affole déjà

Les heures s’égrainent à toute allure

Elle s’affole, son tic tac, tic tac, nous dit, il est bientôt temps

Temps de vivre, de prendre ce bonheur qui passe

De le happer avec tendresse à la seconde même

Il est temps de ne plus se poser de questions

Il est temps d’aimer sans conditions

Il est temps de prendre sa vie en main

Il est temps de vivre ce dernier bonheur

Il est tant de laisser les doutes

Il est tant de te dire je t’aime

Il est tant de te dire oui pour la vie

Il est temps de partir dans ce jardin fleuri d’amour

Il est temps de comprendre que l’amour existe encore

Ne plus laisser du temps au temps

Pour ne pas survivre, mais pour vivre

Horloge tu es le diable de nos vies, tu nous oblige, toute notre vie,  d’avoir le regard rivé sur toi, tu nous obliges d’être ponctuel, tu nous mènes la vie dur et pourtant on ne peut se passer de toi, tu es un mal nécessaire!

 

 

Publié dans page de vie | 15 Commentaires »

MDR……….

Posté par canelle49 le 10 juillet 2010

collagespikemongo.jpg

Promenade avec ces deux merveilleux petits compagnons, mon minus et le grand qui est aussi un adorable chien de la race des labradors, qui appartient à l’amie de mon fils et qui passe une petite semaine de vacances chez moi. Ils sont tellement heureux de se balader en forêt, au frais de cette canicule et moi avec eux, je suis bien, les voir gambader et se lancer dans une course effrénée me fait parfois rire, car le petit rattrape le gros avec une facilité déconcertante, puis, au détour du sentier, le ruisseau qui serpente le long de la forêt devient plus visible et l’on entend au loin les chutes qui murmurent une bien belle musique, le chant des oiseaux est aussi présent et c’est un véritable bonheur.

Alors, que le petit sentier devient plus large, une petite percée sur le bord de la forêt offre un petit sentier pour se rendre au bord de l’eau et c’est là que le rire me prend, au milieu de nulle part, Mongo, le labrador, se délecte de rentrer dans l’eau et s’assied comme pour se rafraîchir, il est là, assis au milieu du ruisseau quand Spike (mon minus) se lance après lui, mais ce qu’il n’avait pas pensé, c’est que lui, si petit, se retrouve à ne plus avoir Pattes (pieds) et c’est en nageant qu’il doit revenir au bord et pour couronner le tout comme il est certainement enragé de s’être fait prendre, il arrive comme un fou sur moi, ses pattes bien entendu imprimées sur mon jeans, il se secoue éperdument contre moi, j’ai beau m’éloigner, à croire qu’il le fait exprès de s’ébrouer à mon côté, voilà que Mongo rapplique au galop, le temps de me retourner et c’est trop tard, lui aussi m’asperge de plus belle et moi qui devait aller faire des courses je me retrouve dans un état pitoyable, mais je ris tellement que je leur dois bien cela, ne pas les disputer, après tout c’est bien trop tard, je ressemble à un épouvantail resté sous la pluie, ils ont fait de mon après-midi un merveilleux moment, ils me font tout oublier ces deux-là, un animal c’est un réel bonheur de chaque jour dans une vie et je pense à tous ces pauvres animaux maltraités  par les humains et c’est là que je vois que je ne serais pas si tolérante que cela dans la vie, puisque je pourrais devenir méchante dans le verbe et le geste envers ces gens-là.

Bon et bien il ne me reste plus qu’à rentrer chez moi pour me changer si je veux aller en courses et puis pendant que j’y suis je vais leur prendre une petite récompense, il le mérite bien ces deux chenapans que j’adore et qui sont devenus amis en quelques secondes, comme quoi l’animal n’a pas d’aprioris sur les différences de l’autre, il aime sans condition!

Le monde animal me fait penser au paradis sur terre, sans l’amour qu’ils nous donnent, la vie serait bien fade. Sachons respecter tout ce qui vit sur terre, les végétaux, comme les animaux, ils sont notre chance de survivre.

Un animal c’est une assurance de ne jamais se laisser aller à la tristesse et au chagrin trop longtemps!

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

Paul, une fois de plus avait raison……..

Posté par canelle49 le 9 juillet 2010

coupedumondefoot.jpg

Parlons en peu de foot et oui pourquoi une femme ne pourrait pas parler et aimer le foot, oui, j’aime le foot et après l’élimination de mes trois équipes préférées, soit la France, L’Italie et la Suisse, pourquoi ces trois nations et bien  je suis en mélange de ses trois nations, une par mariage, une par naissance et une par ma grand-maman paternel, que j’adorais. Voilà juste vous dire pourquoi j’ai ces trois équipes dans mon coeur!

Revenons à nos moutons, longue discussion avec les amis qui sont foot,  avant-hier, et tous, une certitude que l’Allemagne va gagner ce match haut la main et je suis comme eux, cette équipe m’a impressionné contrairement à l’Espagne tout au long de la coupe du monde, alors nous voilà assez sûr de nos pronostics.

Mais,  oui, il y a un, mais et ce, mais va vous faire plutôt rire, alors que la majorité des gens et des pronostiqueurs à la télévision donne l’Allemagne vainqueur, Paul, à la surprise général donne l’Espagne vainqueur et comme il ne se trompe jamais les supporters allemands commencent à douter et le doute n’est pas bon, puisqu’il engendre des ondes négatives qui vont atteindre tout le monde y compris peut-être les joueurs s’ils ont eu vent du pronostic de Paul.

Bon, on peut se dire quand même que pour une fois Paul a fait une erreur et que c’est bien l’Allemagne qui va remporter cette brillante victoire, après tout en ayant vu avant-hier après-midi Paul, désigner le drapeau Espagnole, j’ai pensé que pour une fois il avait tord!

Ben…………… la suite a donné raison à Paul, une fois de plus, puisqu’on connaît la suite, les Espagnols ont bien gagné ce match et c’est bien eux qui iront en final contre la Hollande et bien je me réjouis d’avance de voir ce que Paul va pronostiquer, ou………… je me demande si je ne préfère pas ne pas écouter Paul, je ne sais pas encore si je vais regarder Paul, désigner le vainqueur, je n’aurai plus la même vision sur le match, puisque je saurais à coup sûr, grâce à lui, qui sera champion du monde avant même que le match soit joué, dur dilemne! (sourire)

Bon, je vais tout de même vous dévoiler qui est Paul, ne riez pas, car il ne s’est jamais trompé. Petit poulpe du fond de son aquarium qui désigne à coup sur le gagnant en allant tout simplement s’accrocher au drapeau du vainqueur, ses tentacules n’ont eu aucune hésitation avant-hier avant le match pour se coller au drapeau espagnol, alors surtout ne vous moquez pas du poulpe Paul qui a ce don de nous dire qui va gagner et qui ne s’est encore jamais trompé.

Quand Paul le poulpe en décide, alors plus rien ne peut venir contrecarrer son choix, il ne s’est jamais trompé, depuis le début du championnat du monde, il a toujours désigné le vainqueur!

Petit poulpe, tu mérites bien plus que de passer à la casserole, mais hier je suis certaine que bien des Allemands t’en on voulu de ne pas les désigner et t’aurai bien avalé sans autre forme de procès!

Petit bonheur du jour que de voir un petit poulpe être si savant, on peut en rire, en sourire, ne pas y croire, mais lui, en tous les cas, a toujours gagné au jeu des pronostics! Il a fait la nique à tous les spécialistes de foot.

Moralité: Comme quoi, rien ne sert d’être savant, dans le sport, mais cela on le savait déjà! (rire)

 

 

Publié dans page de vie | 20 Commentaires »

Le silence

Posté par canelle49 le 8 juillet 2010

lesvieux.jpg

Maudit voilà ce qu’il était, maudit, pourtant il n’avait pas fait de mal, il n’avait pas été plus méchant que la plupart des gens de ce monde, mais voilà son destin avait été digne d’un roman de Victore Hugo, il errait dans ce monde en ayant tous les malheurs qui s’abattaient sur lui.

Il avait dû souvent se demander pourquoi il était né, il n’avait pas eu d’amour, ses parents l’avaient bien vite rejeté, il grandi sans amour, sans être arrosé par les pleurs, puisque ses yeux n’avaient pas de larmes, comment aurait-il pu pleurer, lui qui ne savait pas la tristesse, on ne lui avait pas appris l’amour si bien qu’il n’avait même pas le chagrin de ne pas être aimé, lui qui était sur cette terre que parce qu’il avait été conçu par un homme et une femme, sans plus.

Il était si vieux maintenant et n’attendait plus rien de la vie, ce pauvre vieux comme l’appelait le personnel de ce home, celui qui ne parlait jamais et qui avait le regard vide, celui qui ne disait jamais un mot, était-il muet depuis toujours? Non certainement pas, mais à force de prendre les coups du destin il s’était refermé comme une huître, il fallait bien qu’il se protège de tous ces gens méchants et cruels, alors il décida de ne plus prendre la parole.

Comme je prenais souvent le chemin du home pour y voir ma maman je le voyais en passant, assis sur son fauteuil, le regard vide, il ne voyait pas les gens, puis un jour, je me risquais à demander à une infirmière si quelqu’un venait le voir, non me dit-elle, il n’a pas d’enfant et n’a plus, de famille, il ne parle pas, depuis qu’il est ici il n’a jamais ouvert la bouche, il fait oui ou non de la tête sans plus. J’avais de la peine pour ce vieille homme.

Un jour, une idée saugrenue me vint à l’esprit et ma maman qui était en ce temps-là encore capable de tenir une conversation, elle qui aimait bien parler au contraire de ce vieux, elle qui était plutôt du genre bavarde et qui avant d’être atteinte gravement dans sa santé aimait le contact avec les gens, depuis qu’elle était dans ce monde, elle ne voulait plus sortir de sa chambre avec son fauteuil, je me mis à rêver de la voir enfin reprendre en peu le goût à la vie en côtoyant en peu les autres personnes du home, ma mère, il faut dire, était têtue et n’avait pas la langue dans sa poche, elle faisait souvent le désespoir des infirmières qui s’occupaient d’elles, ne voulant absolument pas aller manger à la cafétéria, mais rester seule dans sa chambre, alors ce jour-là, dès mon arrivée, j’en profitais que le temps était maussade pour lui dire que ne pouvant pas aller à l’extérieur nous pourrions aller dans la salle de repos, pour ne pas, une fois de plus, rester dans sa chambre, à mon grand étonnement, elle accepta. Bien sûr je m’étais assurée avant d’aller la voir qu’il était bien là, comme toujours à cette heure. J’avais ma petite idée en tête!

J’entrais en poussant le fauteuil de ma mère et repérait une place à côté du vieux, je glissais son fauteuil près de celui du vieux, en lui souriant, je le regardais et lui demandais si cela dérangeait que je place le fauteuil de ma mère à côté du sien afin qu’elle profite de la vue sur l’extérieur, il releva la tête,  me regarda et pour la première fois je vis son regard brillé et il répondit « non cela ne me dérange pas » mon coeur battait à tout rompre, je venais de l’entendre parler. Je venais de comprendre que  ce n’était pas lui qui ne parlait pas, mais les autres qui ne lui parlait pas. C’était ce monde qui ne le voyait pas, c’était le drame de bien des vieux dans ces homes, on ne prenait pas le temps de leur parler et de leur donner en peu de tendresse.

A partir de ce jour, ma mère  pris  l’habitude de demander au personnel de l’emmener dans la salle, elle et le vieux se parlait du bon vieux temps et c’est là que j’ai su la triste vie de cet homme, il était enfin heureux, qu’il dit un jour à ma mère, heureux de la voir chaque jour, je les ai même vu rire comme de bons vieux amis qui se racontaient des blagues. Son regard n’était plus le même, il y avait de la vie dans ce regard, j’ai passé des heures à les écouter tous les deux parler de leur passé, de leurs souvenirs encore si présent dans leur mémoire.

Il était devenu bavard grâce à ma mère et ma mère grâce au vieux avait retrouvé le bonheur de sortir de sa chambre!

Ils sont partis depuis quelques années, lui, quelques semaines avant elle, ma mère repris la direction de sa chambre pour ne plus en sortir!

Le silence attend la parole, si la parole ne vient pas, le silence reste présent!

 

 

 

Publié dans page de vie | 22 Commentaires »

1...34567
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog