• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Une journée sans…….

Posté par canelle49 le 17 juillet 2010

photopourlolo015.jpg

Hier soir je n’avais ni l’envie, ni l’inspiration pour écrire, Nadine est à nouveau hospitalisée, depuis hier en urgence, je ne pensais qu’à elle, je voulais être libre dans ma tête pour ne penser qu’à Nadine et son fiancé!

J’avais écrit ceci que je vous livre:( je mets mon blog en pause pour quelques temps, je ne vous oublie pas et je reviendrai, promis, juste une petite pause pour me consacrer à plus urgent que mes délires et mes mots sur mon blog!)

Voilà ce que j’écrivais avant de parler avec celle qui sait trouver les mots pour nous redonner la pêche et je parle de feuille de chou, quand je dis qu’elle est là toujours pour tous et qu’elle nous offre ce qu’il y a de mieux sur terre, son amitié sans conditions, quand j’ai connu son blog, il y avait peu que j’allais au petit village, un jour dans les liens j’ai cliqué sur feuille de chou en souriant en moi et en pensant que cela devait être ce qu’on appelait en effet une feuille de chou dans tous les sens du terme, quelle n’a pas été ma surprise de voir ce blogs joyeux, tendres, avec des présentations superbes et petit à petit ce blog a été une de mes priorités le matin, puis, j’ai connu en peu plus feufeuille, comme j’aime l’appeler et j’ai découvert une belle personne et hier soir je n’avais plus l’envie d’écrire, plus l’envie de continuer de délirer sur mon blog et j’ai trouvé feufeuille qui en quelques instants a pu me faire voir que je ne devais pas arrêter d’écrire, bien au contraire, que je devais crier ma colère et mon chagrin, hier soir elle a été mon meilleur remède, elle a fait que mon sourire est revenu, même si en moi mes pensées partent près de Nadine qui lutte, elle a réussi à me donner en peu de temps la pêche et mon espoir est revenu..

Il est 22h15 et je n’ai pas de bonnes nouvelles, Nadine est aux soins intensifs, Jean-Marie est très inquiet……..

Et là au moment où j’écris cela fait 2 heures que les blogs ne s’ouvrent plus est-ce un signe pour ne pas déposer mon texte, il est 1 heure 30 du matin et je suis là sur cette page à ne pas avoir envie de me coucher pour faire en sorte de rester près de Nadine avec ma pensée, je voudrais pouvoir lui donner en peu de ma vie pour faire que la sienne soit belle, mais cela ne marche pas comme cela, je n’ai qu’une solution et c’est de prier pour elle et Jean-Marie!

Je ne suis pas gaie ce matin, pardonnez-moi, mais je ne pouvais pas laisser mon coeur triste sans le crier avec force que la vie est injuste et que j’ai envie de me battre, je le dois à Nadine, elle le fait avec tant d’espoir que je ne peux que l’aider dans mon âme en demandant seigneur épargnez Nadine, ne nous l’enlever pas, aidez-là dans ce combat, il faut qu’elle soit gagnante contre cet ennemi!

Merci encore à ma feufeuille de m’avoir hier soir donné à nouveau le sourire, le temps d’une petite soirée, passé avec elle, elle sait toujours trouver les mots qui font que l’espoir renaît comme par miracle!

Je t’aime Nadine, je t’aime ma feufeuille!

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 12 Commentaires »

Pourquoi si tôt

Posté par canelle49 le 16 juillet 2010

lumiere.jpg

On avait des rêves ma meilleure amie et moi, on était dans le même monde, l’avenir devait être merveilleux et puis je suis rentrée de l’école en lui disant à tout à l’heure, les leçons finies on se retrouvait devant la maison avec tous les amis du quartier.

Ce jour d’automne le ciel était gris, de gros nuages noirs qui s’avançaient dans le ciel devenaient de plus en plus menaçants. Je levais les yeux de mon travail quand le téléphone résonna dans la maison et j’entendis ma mère, dire:< Non, mon Dieu, ce n'est pas possible!> puis je me replongeais dans mon devoir, les maths n’étaient pas mon truc, mais je n’avais pas le choix et de minutes en minutes de guerre lasse de me battre contre les chiffres je me levais pour demander de l’aide à ma mère qui elle était une fortiche en maths.

Le silence qui détonnait avec la radio qui habituellement fonctionnait à la maison me fit penser que ma mère avait dû descendre à la buanderie, je rentrais dans le salon et qu’elle ne fut pas ma surprise de voir ma mère assise sur le canapé le regard remplis de larmes, à mon arrivée elle se leva et me regarda droit dans les yeux en me disant d’une voix remplie de tristesse qu’elle avait quelque chose à me dire.

Nonnnnnnnnn…………. je ne voulais pas entendre cela, je ne pouvais pas entendre ce qu’elle me disait, j’avais trop mal, cela ne pouvait pas être réel, cela ne pouvait pas exister une telle chose, la chose que je ne voulais pas prononcer, la chose qui fait que la nuit devient angoisse et peur, peur de la nuit qui pour un enfant est source de venues des monstres, la maladie qui devient plus forte la nuit, les angoisses des ombres de notre imagination, ces terribles monstres qui viennent dans notre esprit et qui ne partent qu’au lever du jour, voilà que ce monstre-là, venait le jour, pour me mettre en face de lui, pour que je le regarde de près, que je sois en face de cette chose présente pour la première fois de ma vie.

Je me refusais à admettre la chose, je ne voulais pas et je serrais les poings je sentais mes ongles entrer dans la chair de mes paumes et je voulais avoir ce mal qui faisait que mes larmes ne couleraient pas, je ne montrerais pas mes larmes à cette chose, pas maintenant, il fallait que je lutte pour la contrer et la faire disparaître de ma vie, je ne comprenais pas bien encore que de faire face est une force qui aide à guérir les horreurs de la vie, je ne pouvais pas laisser mes larmes que je sentais perler au coin de mes yeux gagner contre ma colère de devoir accepter cette chose.

Elle venait avec un seul mot de me montrer que la vie n’est pas si belle que je pouvais l’imaginer, bien sûr, je savais que sa maman était malade, mais je ne savais pas que cette maladie l’emporterait, je pensais à mon amie qui en rentrant avait eu la pire des nouvelles de sa vie, elle devait savoir maintenant , une fois de plus la vie devenait moche, devenait le pire, ma meilleure amie perdait sa maman emportée par cette terrible maladie qui à l’époque ne laissait aucune chance et on connaissait la fin de l’histoire, il n’y avait que le temps que l’on ne savait pas compter!

J’ai souvent remercié Dieu de me laisser ma maman et lui ai souvent demandé de ne pas me l’enlever, quand on est enfant on a cette peur en nous, surtout quand on est confronté de près à la grande faucheuse, cette vilaine personne qui vient pour nous enlever ceux qu’on n’aime! Combien je l’ai haïe cette grande faucheuse et combien j’avais envie de lui faire du mal pour venger mon amie, quand on a douze ans on ne sait pas que l’on ne peut rien contre sa venue! On ne sait pas encore que l’on n’est (naît) sur cette terre pour mourir et que cela fait partie de la vie!

A douze ans on ne pense pas être confronté à elle!

 

 

 

Publié dans page de vie | 16 Commentaires »

Posté par canelle49 le 15 juillet 2010

myosotisvictoriadsc00894.jpg

 

 

Myosotis qui murmure ne m’oublie pas

Mire-toi dans la rosée du matin

Laisse l’araignée tisser sa toile

Elle t’offre le plus beau des cadeaux

Au matin sur tes pétales bleutés

Parsemé par la grâce de sa toile

De mille perles de rosée scintillantes

Tu es paré des plus beaux atours

Tu n’étais que myosotis

Minuscule petite fleur de mon jardin

Ce matin dans la fraîcheur du jour

Telle une princesse tu m’apparais

Tu n’as plus rien à envier

A la rose qui se moquait

La toile de cette brodeuse

En une nuit bucolique

A fait de toi, la plus belle

Des fleurs de mon jardin

En pensant à petit pinson, ce petit poème sans prétention, que je lui dédie avec tendresse et qui lui murmure, je ne t’oublierai pas!

Son blog

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 20 Commentaires »

Douce France…….

Posté par canelle49 le 14 juillet 2010

feuart31.gif

France, ton histoire est si riche

France, tu n’as pas ton pareil

France, pays qu’on admire

France, parfois qu’on jalouse

France, tu es unique en Europe

France, ta gastronomie n’est pas un mythe

France, tes vins précieux, quel bonheur

France, en ce jour du 14 juillet

France, terre de liberté, égalité, fraternité

France, je voulais ce jour, te rendre hommage.

 

La France le seul pays au monde qui a une si grande richesse historique, la France qui a donné naissance à de grands hommes, vous pouvez être fiers, tous et toutes, d’appartenir à ce pays!

A toutes mes amies et amis Français, ce matin, je voulais souhaiter un beau 14 juillet, avec des milliers de perles de couleurs dans le ciel et les flonflons des accordéons.

J’aurai ce soir une petite pensée nostalgique des 14 juillet que j’ai fêté si souvent dans ce pays qui m’a adoptée pendant une période de ma vie! France, terre si belle et accueillante,  je n’oublierai jamais ton accueil !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

Inconsciente……..

Posté par canelle49 le 13 juillet 2010

sapin.jpg

Il faut que je vous dise tout d’abord que cela m’arrive de ne pas réfléchir plus loin que le bout de mon nez et vous comprendrez pourquoi hier j’ai eu la peur de ma vie!

Après la chaleur étouffante de la matinée vers 15h un vent bienfaisant se manifeste, puis j’entends au loin l’orage qui gronde, alors par prudence, j’arrête mon pc, j’en ai déjà grillé un dans des circonstances d’orage, pas envie de refaire l’expérience, puis je me dis, puisque je n’ai pas de pc, je vais aller faire quelques courses et promener mon chien.

Je sors de la maison et là le vent devient de plus en plus fort, je ris en moi et me je me dis que ma petite voiture va être emportée par le vent si je prends l’autoroute, alors je décide de prendre la route principale qui va m’emmener par la même occasion dans la forêt où je promène mon chien.

Je vois bien des branches sur mon passage et je parque ma voiture pas trop près des arbres, je sors de ma voiture et me dit encore, que je suis en peu folle, d’aller en forêt par cette tempête et en même temps je suis protégée de ce vent qui a redoublé de puissance depuis que je suis partie, mon chien lui batifole comme un petit fou, il est toujours heureux d’aller dans cet endroit au bord du ruisseau, j’entends des craquements sur mon passage et tout  à coup je me rends compte que même les oiseaux ne chantent pas, bof, après tout ils ne doivent pas aimer le vent et se sont protégés quelque part me dis-je, je continue mon chemin et je ne sais pas pourquoi je ne vois plus mon chien alors qu’en général il est toujours à portée de mon regard, donc je m’arrête prête à faire demi-tour et c’est là que j’entends derrière moi un craquement sinistre, je lève les yeux et tout de suite je vois ce majestueux sapin commencer à bouger d’une telle façon que j’en devine l’issue, je crie le nom de mon chien et je le vois enfin revenir près de moi, je n’ai pas réfléchi, tout va très vite, je l’ai pris dans mes bras et j’ai couru dans la direction opposée, encore un énorme vacarme et là je m’arrête me retourne et je vois cette immense masse monstrueuse se coucher au travers du chemin, c’est à cet instant que j’ai compris ma bêtise, aller en forêt par une tempête est bien la dernière chose à faire!

Sur le moment tout va très vite, je n’ai même pas réalisé ce qui aurait pu arriver, je suis même revenue sur mes pas pour prendre ce majestueux sapin couché au travers du chemin, c’est après dans la voiture que je me suis sermonnée en me disant, mais tu es vraiment nul toi, comment tu ne peux pas penser qu’on ne va jamais en forêt sous les arbres en cas de tempête, pourtant  tu sais que les sapins déracinent facilement en cas de tempête, comment tu n’as pas pensé à cela avant et dire que tu as failli te faire écraser par un sapin et j’ai réalisé là que si mon chien n’avait pas été hors de ma vue, j’aurais continué mon chemin et j’aurais été à la hauteur du sapin qui peut-être, serait tombé sur moi et bien je vous assure que j’ai remercié mon chien et Dieu d’avoir fait en sorte que je m’arrête, c’est toujours après qu’on devient intelligent, après que l’on a la preuve de notre bêtise et s’aventurer dans une forêt de sapins quand la tempête gronde en est une certaine!

Puis, en écrivant hier soir mon aventure, je me suis dite et bien ma vieille il faut croire que ce n’était pas ton heure, ne cherche pas plus loin!

Mais jamais plus je n’irai, en forêt quand le souffle aussi fort, cela c’est certain, cette leçon, vaut bien une grosse récompense à mon toutou!

 

 

  

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

1234567
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog