• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Tessa ma petite championne

Posté par canelle49 le 26 juillet 2010

tessa10.jpg

L’angoisse montait en elle, j’avais beau la rassurer, plus le temps passait et plus je la voyais nerveuse, elle entra sur le parcours, caressa une dernière fois l’encolure de sa jument et s’élança tout de suite, j’ai su de suite qu’elle ne franchirait pas le premier obstacle, bon sang, lâche là, que je criais en moi, laisse-lui prendre de la vitesse, tu la retiens trop! Le temps de penser et ce qui devait arriver, arriva, la jument refusa le premier oxer, elle aurait pu abandonner, mais elle n’est pas de cette trempe, courageusement elle recommence et revient sur l’obstacle que la jument, cette fois passe sans problème, arrive le double et je la vois encore trop retenir sa jument, je voudrais lui crier donne-lui de l’encolure, mais elle ne m’entendrait pas, la jument s’arrête net, si net, que j’ai bien cru que ma petite-fille allait passer au-dessus de sa tête et tomber, ouf, elle reste bien assise dans sa selle et repart de plus belle, tout à coup, comme par miracle, sa jument se transforme en cheval volant et elle finit le parcours de toute beauté.

Entre le premier et le deuxième parcours on refait son parcours en parlant de ce qui avait pu la laisser faire des fautes, un, sa nervosité que la jument a ressenti et en plus de par ce manque de confiance, elle l’avait trop retenue et ne lui avait pas laissé l’élan dont elle avait besoin pour s’envoler au-dessus des obstacles, elle était très déçue, mais je trouvais les mots pour lui dire d’oublier le début de son premier parcours et de ne penser qu’au moment où elle avait recommencé et réussis, il faut que tu fasses pareil pour le deuxième, lâche ta jument en peu plus, laisse là prendre son rythme et tu vas faire un sans fautes!

Elle entra sur le parcours, j’étais certaine cette fois que tout se passerait mieux, elle était plus calme et la jument de même, elle s’élança, à chaque obstacle passé, mes ongles venaient s’enfoncer dans la paume de ma main, yessssss, le dernier arrivait, plus haut que les autres, son élan était bon, la jument monta dans les airs et s’envola bien au dessus des barres, yesssssssssssssssssss elle l’avait fait, oui, elle l’avait fait, elle venait de faire un sans fautes avec une jument qui pourtant n’avait jamais encore fait de sans fautes,  la propriétaire de la jument applaudissait et sautait sur place, elle venait pour la première fois  de voir sa jument réussir un concours sans fautes et moi j’étais fière que cela soit ma petit-fille qui venait de réussir cet exploit, le premier parcours n’était plus que souvenir.

Son bonheur faisait plaisir à voir, mais pour elle ce qui comptait le plus c’était de donner des bisous et des caresses à celle qui venait de lui donner ce grand bonheur, je la regardais faire et toute sa tendresse envers ce merveilleux animal me démontra qu’elle avait vraiment l’amour du cheval en elle, ce merveilleux compagnon qui nous donne tant d’amour et de bonheur!

 Cheval ta beauté est parfaite, quand je te vois t’envoler au-dessus des obstacles avec tant de légèreté, mon coeur bat plus vite, tu as toujours été ma plus grande passion et qu’elle ait aussi cette passion en elle, ce n’est que du bonheur!

 

Publié dans page de vie | 14 Commentaires »

Chevalier de mon coeur

Posté par canelle49 le 25 juillet 2010

canelle.jpg

Un soir de désespoir

Mon coeur avait si mal

Qu’il s’est refermé

Ne plus laisser jamais

l’amour y ,entrer

Etait dans mon esprit

Puis un jour

Tu es apparu  tel un mirage

Tu as ouvert tendrement

La porte de mon coeur

Tu es entré avec tendresse et délicatesse

A l’intérieur de mon coeur blessé

Tu as guéri tous mes bleus

Tu as su trouver en moi

Cette petite flamme

Qui ne demandait

Qu’à briller encore

Tu as su trouver les mots

Pour me redonner confiance

La vie m’est apparue

Belle et merveilleuse

Toi le prince de mon coeur

A jamais tu seras en moi

Nos différences n’en sont plus

Nous ne sommes plus qu’un

En osmose toi et moi

Nos désirs sont les mêmes

Nos envies sont les mêmes

Tout nous réunis à jamais

Peu importe ce que pense les autres

Peu importe ce qu’ils peuvent dire

Toi et moi nous savons

Que nous nous aimons

Rien ne viendra jamais

Nous mettre des doutes

Aimer c’est merveilleux

Se sentir aimée encore plus

Eternellement notre amour vivra

Envers et contre tous

 

 

 

 

 

Publié dans page de vie | 13 Commentaires »

Elle tout simplement……….

Posté par canelle49 le 24 juillet 2010

roseamitiechristina.jpg 

Rose de l’amité, cadeau de Christina! Merci Christina !

Elle est célèbre pour ses coups de gueule, elle est connue pour son humour, pour son amour des animaux, pour ces jeux, mais que cache cette enveloppe?

Très vite quand je suis entrée sur son blog, j’ai ressenti un coeur en or bien caché sous cette enveloppe, de la souffrance, parfois souffrance de la trahison et je me suis posée la question, comment peut-on aller voir une amie telle qu’elle et ensuite lui tailler des vestes? Voilà ce que je ne comprends pas dans ce monde, quand on rencontre des gens égoïstes je suis la première à le dire et le crier haut et fort, cela ne me gêne pas, mais quand on rencontre un coeur comme le sien on n’a pas le droit de dire des méchancetés, une fois de plus le monde est ainsi fait et les femmes sont souvent de dangereuses mégères à ce petit jeu!

Donc, ce matin, je voulais la mettre à l’honneur, celle qui ne peut qu’aimer les gens tant elle aime les animaux, celle qui se montre sans masque, qui parle comme elle pense qui est entière et ne se cache pas!

Fanette, tu es l’une de mes plus belles rencontres virtuelles, une très belle rencontre, avec les blogs ont fait de merveilleuses rencontres, je reviens sur un rêve que j’ai et ce rêve c’est de faire un jour de toutes ces rencontres virtuelles une rencontre réelle!

Voilà Fanette, ce matin, je voulais te dire, toi, qui nous fait tantôt rire, tantôt réfléchir, tantôt nous émouvoir, tantôt nous montrer ton petit monde animal qui respire la joie de vivre, ce n’est que du bonheur, je voulais te dire, tout simplement, que nous t’aimons tous et toutes, avec tendresse et sincérité!

L’égoïsme est le poison de l’amitié (Honoré de Balzac)

 

 

 

Publié dans page de vie | 11 Commentaires »

La vie est belle, même si………………..

Posté par canelle49 le 23 juillet 2010

homme.jpg

-Alors………….., fais-le !!!!!!!!!!!!!!!

Surpris de me voir me fâcher, il ne savait plus quoi répondre, il était celui qui n’avait plus d’espoir et il ne se sentait bien nulle part dans ce monde, j’avais beau lui dire de ne pas s’en faire, que tout allait s’arranger, j’avais beau lui dire qu’il fallait qu’il ne baisse pas les bras et que surtout il laisse sa meilleure amie de côté, qu’en réalité elle le trompait de bien vilaine façon, il fallait qu’il ouvre les yeux elle lui faisait plus de mal que de bien.

Nonnnnnnnnnnnnnnn criait-il, je ne peux pas m’en passer, elle m’est trop précieuse.

 Mon Dieu me disais-je, comme l’amour est aveugle, comment lui dire qu’elle le trahissait, qu’elle se faisait tentation, parfois habillée de rouge, parfois de blanc, parfois d’un jaune doré pétillant, elle mélangeait souvent les couleurs pour se faire désirer encore plus, mais il ne voyait rien venir, il ne savait pas qu’elle le tuait à petit feu.

Comment pouvait-il l’aimer autant celle qui ne donnait que le poison dans son coeur et son âme, comment pouvait-il la vénérer de cette façon comme si elle était une déesse, j’enrageais de le voir se rabaisser à celle qui pour moi n’était que sa pire ennemie, mais je ne trouvais pas de solution pour lui faire comprendre.

Et voilà que maintenant il recommençait et me disait que la vie n’avait plus de sens, qu’il voulait en finir et tant de fois ce discours je l’avais entendu, cette fois j’allais le réveiller pour de bon et lui crier, alors fais-le, mais arrête de me torturer l’esprit en me disant depuis des années que tu veux mettre fin à tes jours. Il blêmit et me regarda avec des yeux étonnés, oui mon cher, la gentille Helene venait de se transformer en diable et te disait oui, après tout, fais-le! J’étais lasse de toujours te relever, lasse de te prendre dans mes bras pour te consoler, lasse de recommencer encore et encore à essayer en vain de te séparer de celle qui te tuait à petit feu, qui détruisait ton coeur et ton esprit aussi sûrement que si tu avais fait ce geste qui te titillait l’esprit depuis que tu avais cette compagne dans ta vie.

La stupeur que je pouvais lire sur ton visage fit que je restais muette un instant en me disant, mon Dieu, c’est toi qui vient de prononcer cette parole, comment as-tu pu!

Tu me faisais face et tout à coup tu as dit, oui, tu as raison ,je vais me débarrasser de cette allumeuse et essayer de guérir, c’est la seule façon de m’en sortir.

Je venais de te faire subir un électrochoc et du même coup à moi aussi puisque je venais de me rendre compte que j’étais capable de dire de telles choses, mais j’étais à bout d’arguments pour te sauver de toi-même et je n’avais trouvé que cela pour me sortir aussi de mon chagrin de te voir te détruire.

Ta meilleure amie, ta compagne depuis tant d’années, cette bouteille d’alcool, venait de mourir en un instant, tu es entré dans une clinique et depuis ce jour tu n’as jamais laissé cette bouteille te séduire, jamais plus une goutte de ce breuvage depuis 20 ans, voilà ce qui, un jour, a fait que tu as compris que la belle n’était que poison et ce qui a fait un jour que j’ai compris que parfois il vaut mieux mettre des pieds au C………. que de pleurer avec celui qui pleure trop sur lui-même, alors qu’il a tout en lui pour trouver son bonheur, mais celui qui ne veut pas vivre, on ne peut pas l’empêcher, celui qui ne veut regarder que les mauvaises choses de la vie on ne peut rien, alors sachons voir que dans toute vie, même si elle nous paraît misérable, il y a ce petit mot qui est VIE et tant qu’on a la vie, le bien, le plus précieux, il y a de l’espoir.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, que j’aime ce dicton, se plaindre de tout et de rien, alors que d’autres se battent pour leur vie ne devrais pas être, sachons aimer la vie, elle ne nous appartient pas, elle nous est offerte un instant, alors vivons-là du mieux que nous pouvons, en pensant que demain, tout peut s’arrêter et les petites futilités de nos vies ne deviendront plus que sourires mouillés de quelques larmes, juste, le temps de repartir vivre dans la joie et le bonheur!

 

Publié dans page de vie | 15 Commentaires »

Horreur des hommes……….

Posté par canelle49 le 22 juillet 2010

gifslarmes.gif 

Il trépignait de rage d’être enfermé dans cette prison, comment avait-il pu en arriver là, il était pourtant né pour être libre. Sa vie était la nature, sa mère et son père n’avait pour seul toiture que le ciel et lui voulait vivre cette vie sans contrainte, il était né pour cela.

Il entendait des cris, il se demandait ce qui allait lui arriver et son esprit reparti dans le passé, il se souvenait du jour où il avait rencontré cette jeune et jolie demoiselle qui le regardait de ses grands yeux noirs avec méfiance, doucement il s’était approché d’elle en prenant la précaution de ne pas déclencher sa réaction violente mu par sa peur, elle faisait quelques pas dans sa direction, si elle posait son souffle sur lui alors il aurait gagné l’amour de sa belle, alors courageusement il s’avança près d’elle, baissa son regard pour ne pas l’effaroucher et c’est avec bonheur qu’il senti son souffle chaud, il venait de se trouver une compagne, il était heureux de la voir si belle, sa robe noire lui seyait si bien dans les rayons de lune, elle devenait princesse, au petit matin quand le soleil rendait sa robe tellement brillante, elle était devenue fée, sa fée bonheur! Ils étaient heureux sous cette voûte du ciel qui leur servait de toit.

Une larme coula le long de ses joues, il fallait à tout prix sortir de cette prison. Tout à coup la porte s’ouvrit, un jet de lumière vint lui frapper les yeux, il détourna un instant le regard et tout à coup il fonça droit dans la lumière, il avait peut-être une chance de retrouver la liberté.

Sa course s’arrêta très vite, il regardait maintenant tous ces gens qui faisaient tant de bruits et cet homme dans son habit ridicule qui lui faisait face, il riait intérieurement, pensait-il le retenir et bien il se faisait des illusions, il resta un instant immobile, mais quand il vit l’autre se moquer en lui agitant un bout de chiffon devant les yeux il fonça, une douleur dans son cou vint le transpercer, comment ce petit bout de chiffon ridicule avait pu lui faire si mal, il se retourna pour faire face à ce ridicule pantin qui le regardait de ses yeux perçants et fonça à nouveau, cette douleur encore le cloua sur place, il sentait son sang couler sur son cou, mais il fallait à tout prix se sortir de ce piège, alors il recommença encore et encore, épuisé il finit par se présenter devant son bourreau, il voulait en finir, il avait compris que seul sa mort mettrait fin à son calvaire, alors il s’avança présentant son front, il ressentit la lame s’enfoncer dans sa tête, il s’écroula.

Le taureau si fort n’avait pas survécu à la folie des hommes qui applaudissaient sa mise à mort, quelle était ce monde? Un monde qui pouvait faire souffrir ces magnifiques animaux que Dieu avait mis sur terre, étaient-ils destinés à ne vivre que de souffrances, applaudis pas ces assoiffés de sang et de carnage?

Toi, taureau, si bel animal,tu donnes ta vie pour de bien vilaines gens, pour de bien vilaines traditions que seul l’homme pouvait inventer, Taureau, tu as droit au paradis, l’homme sera jugé un jour et ce jour-là tu seras le vainqueur de tes bourreaux! Quand tu fais tomber l’un de ma race, c’est à moi de crier, olé et de t’applaudir!

 

 

 

Publié dans page de vie | 17 Commentaires »

12345...7
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog