• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 1 juin 2010

Sauver sa vie à tout prix…………

Posté par canelle49 le 1 juin 2010

photopourblog.jpg

Il courait à perdre haleine, son souffle devenait court, l’homme au fusil qui le poursuivait dans cette forêt de sapin le talonnait, c’est bien ma chance se dit-il, d’être entré dans cette forêt de sapins, si j’avais été dans les feuillus j’aurai pu me cacher bien mieux.

Il pensait à sa famille en ce moment, sa douce moitié devait se demander où il était, si elle savait ce qu’il endurait en ce moment elle serait très certainement affolée, il valait mieux qu’elle n’en sache rien, mais si demain il n’était pas rentré et qu’il gisait ici dans cette forêt de conifères, elle chercherait à le retrouver et il ne voulait pas qu’elle soit dans la souffrance de l’avoir perdu, il ne voulait pas qu’elle élève seule sa marmaille, il fallait qu’il s’en sorte, coûte que coûte! Il ne pouvait pas la laisser seule et il allait bien trouver une solution pour que la folie de cet homme qui était à ses trousses ne réusisse pas à le débusquer et le tuer!

C’est alors qu’il vit au loin une silhouette sombre allongée sous un sapin, ah c’est bien ma chance, il dort celui-ci, ou pire encore, se dit-il, en s’approchant très prudemment, il vit à côté du bonhomme qui ronflait comme un cochon (Ah! Une petite pensée pour le cochon de feufeuille me vient en écrivant cela) (sourire), je reprends mon récit, à côté de lui un fusil déposé dans l’herbe, alors il se dit, c’est ma seule chance, si je peux prendre son arme j’aurai de quoi me défendre, alors, il décida d’avancer doucement, ses premiers pas furent silencieux, puis malencontreusement il marcha sur une branche sèche, il s’arrêta net, le bruit dans ce silence avait fait pire que l’éclatement d’une bombe, il était paralysé par la peur, il fixait le bonhomme qui lui ne bougeait toujours pas et ronflait de plus belle, ouf! Il n’était pas découvert, il se retourna pour voir si l’autre qui le suivait n’était pas déjà là à le viser de son arme, non, tout était calme pour l’instant, il fallait qu’il atteigne ce fusil, c’était une question de vie ou de mort et il voulait vivre, il n’avait nullement envie de laisser sa vie ici dans cette forêt, alors il continua d’avancer en regardant cette fois où il mettait les pieds, il se baissa et d’un geste silencieux pris l’arme dans sa main, elle était bien lourde cette arme pour son petit gabarit, mais sa vie valait bien plus que le poids de cette arme, alors il regarda si elle était bien chargée, ouiiiiiiiii c’était bien son jour de chance il alla se cacher derrière un sapin et c’est le coeur battant à tout rompre qu’il attendit que l’homme qui voulait sa peau apparaisse!

Il n’attendit que peu de temps, mais ce peu de temps fut une éternité, il le vit dans son viseur, alors il prit une grande respiration et visa le coeur, il le vit s’écrouler au loin, il ne bougeait plus, il jeta un coup d’oeil sur le dormeur qui lui ronflait toujours et sans perdre plus de temps il déposa le fusil sur le sol et repartit en courant pour rejoindre sa bien-aimée au fond des bois!

Ce matin, un lapin, a tué un chasseur, c’était un lapin qui, avait un fusil, chanson de Chantal Goya qui m’a inspiré ce texte (sourire)! Quel bonheur quand c’est l’animal qui sauve sa vie!

 

Publié dans page de vie | 17 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog