• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 21 mai 2010

Les intruses

Posté par canelle49 le 21 mai 2010

fourmis.jpg

Bien voilà il est bien vrai que quand la chat est loin les souris dansent!

Une semaine de liberté pour cet hôte qui de son travail de longue haleine a décidé d’élire domicile dans ma modeste demeure, elle va et vient cette travailleuse qui se moque de la cigale, elle ne se repose jamais, sans trêve elle parcourt de longues distances pour trouver sa modeste pitance, si elle n’était qu’une, tout serait sans importance, mais c’est que la coquine, a des amies et beaucoup d’amies, alors c’est un régiment qui défile inlassablement entre mes denrées, je n’ai aucune envie de vous faire mourir,  mais comment cohabiter avec vous, comment vous laisser prendre en otage ma maison et puis je sais ce que cela peut signifier, votre envie de vous cacher au chaud de mon appartement, si les dictons de nos anciens sont bien réels notre été ne sera pas chaud, il sera même pourri disent les anciens quand vous et vos pareils entrez dans nos maisons.

Avec regret je vous assure, j’ai dû employer les grands moyens et vous piéger pour ne plus vous laisser me mettre en boule chaque matin quand je vous voyais à l’oeuvre, ma cuisine envahie de soldats défilants en rangs serrés pour chercher leur repas, j’ai pourtant tout essayé pour vous faire fuir, sans vous tuer, je suis passée par le jus de citron que je versais sur votre chemin, puis le marc de café qui soit disant vous fait fuir, que nenni, vous me narguiez en passant dessus sans même l’éviter, puis le vinaigre qui aurait dû vous déranger et bien non, encore, je me suis faites avoir, rien ne faisait que vous partiez, alors c’est la mort dans l’âme que j’ai dû acheter de quoi vous faire mourir, de quoi apporter dans votre fourmilière le poison qui allait toutes vous détruire, bien sûr que cela m’a désolée, mais je n’avais pas le choix, si encore vous aviez pris la fuite devant mes efforts désespérés de vous chasser, tout simplement, je ne serais pas si triste de vous avoir fait mourir, pourquoi bon sang avez-vous choisi ma maison pour y mourir, moi qui dans la nature fais attention de ne pas écraser une de vos soeurs quand je la vois, moi qui me refuse a faire du mal a tout ce qui vit même a l infiniment petit, ah! Fourmis, vous faites bien peu de cas de ma sensibilité et croyez-moi j’aurai préféré la cigale, qui elle si elle chante tout l’été n’aurait jamais fait que je m’en veuille de vous avoir détruite.

Fourmis, la cigale qui chante et qui danse sur votre conseil, pour une fois, d’être comme elle, vous aurait sauvé la vie , mais non, travailleuses infatigables il a fallu que vous continuiez de plus en plus nombreuses à venir vous servir dans mon garde manger, la cigale chantera tout l’été, alors que vous aurez perdu la vie!

Comme quoi le travail n’est pas toujours récompensé à sa juste valeur!

Pardonnez-moi, mais nous ne pouvions pas cohabiter, cela devenait trop impressionnant de vous voir si nombreuses et de voir mon dessus de cuisine n’être plus qu’une autoroute à fourmis!

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog