Le piège……..

Posté par canelle49 le 31 mai 2010

asterix.jpg

Je venais de vaincre ce monstre qui s’appelle haine, j’avais réussi l’exploit de réunir à nouveau ces deux amis ennemis, pour un instant de colère les années de bonheur se tenant par la main était tout à coup ensevelient au fond de leur coeur!

C’est avec patience que j’ai construis une toile pour qu’un jour ces deux se rencontre à nouveau sans pouvoir s’éviter et ce jour allait bientôt arriver, je savais au fond de moi qu’une amitié de 25 ans ne pouvait mourir pour une broutille, c’est alors qu’une idée lumineuse me vint à l’esprit et si je donnais rendez-vous à l’un et à l’autre dans ce resto où ils avaient l’habitude de se retrouver en bande, peut-être que le ridicule de la situation allait les faire rire et que tout naturellement il comprendrait qui était derrière cette farce!

Je pris contact avec l’un, puis avec l’autre pour que cette soirée soit belle, bien entendu  j’avais  si souvent dit à l’un et à l’autre de faire le premier pas, car il ne faut pas croire, mais l’un comme l’autre souffrait de ne plus se voir, mais l’un comme l’autre ne voulait pas mettre leur fierté au fond de leur poche bien recouverte d’un mouchoir et prendre le téléphone, mais je savais que l’un et l’autre regrettait cette amitié forgée depuis l’enfance!

J’aurai voulu être une petite souris pour voir leur tête ce soir-là, j’avais bien entendu prévenu le patron du resto qui était un ami depuis le temps qu’ils allaient tous les vendredi soir faire un détour dans ce petit bar restaurant pour se retrouver!

Fallait-il encore que l’heure ne soit pas tout à fait la même pour qu’un reçoive l’autre, j’avais bien entendu fait une petite lettre  et mis le patron dans la confidentialité du piège que je leur avais concocté, je lui avais demandé de la leur remettre dès qu’ils auraient commandé le repas, je vous en livre la teneur!

-Mes chers amis de toujours, le jour est venu enfin, d’enterrer la hache de guerre, je sais que vous n’allez pas m’en vouloir puisque moi qui vous côtoie depuis si longtemps et je suis devenue votre confidente avec les années, je vous connais très bien, je sais que l’un et l’autre vous regrettez votre dispute, alors, pour ne pas continuer sur cette route du chagrin de vous être perdu je vous ai tendu un piège et ce n’est pas avec moi ce soir que vous allez passer la soirée, mais bien tous les deux, j’espère que vous allez me pardonner mon petit piège, mais c’est un piège d’amour dans lequel je vous ai fait tomber! Celle qui désire dans son coeur que votre amitié perdure au-delà des querelles inutiles et qui sait que le pardon est la plus belle fleur de la victoire, de plus, vous le désirez depuis si longtemps que je me suis servie des seules armes que je connaisse et c’est l’amour, qui vous a, toujours unis et ce soir, cet amour vous réuniras à nouveau!>

Très angoissée quand même à l’heure du rendez-vous je restai bien tranquille à la maison, espérant que le téléphone qui sonnerait à coup sûr serait une belle et bonne surprise, les secondes, les minutes qui s’écoulaient me  paraissait des heures et puis la sonnerie du téléphone retentit, avec peur, avec angoisse je répondis et au bout du fil pas une, mais bien deux voix en coeur, me remerciait et me disait combien mon geste était magique, comme autrefois les deux amis font route ensemble et leur bonheur d’être à nouveau réunis fait que nos petites escapades du vendredi soir, sont faites de rires et de bonheur d’être à nouveau tous réunis!

Moralité: il y a toujours des solutions à tout dans la vie, surtout quand l’amour est dans les coeurs! Et ces deux-là depuis ne font plus qu’un et je suis certaine que jamais plus une dispute bête, comme peuvent souvent l’être les disputes, ne viendra plus les séparer!

Un petit plus ce matin suivez le lien des beaux mots de mes amies, vous y découvrirez ce matin, Douceur et Lorette, la liste ne demande qu’à s’agrandir!!

 

 

Publié dans page de vie | 17 Commentaires »

Qui commande!

Posté par canelle49 le 29 mai 2010

visibleinvisible.jpg

Ils se battent encore ces deux-là, mais quand vont-ils se mettre d’accord une fois pour toute!

Il lui dit, mais arrête, tu vas droit dans le mur dans cette histoire, tu es mal barré, alors l’autre répond, mais non je sais ce que je fais et puis qui commande toi ou moi?

-Oh tu es bien trop naïf toi pour commander, moi je suis bien plus intelligent que toi!

-AH! oui, alors explique moi pourquoi tu n’avais pas prévu que la vie allait t’apporter tant de fausses pistes et que tu m’as fait prendre?

-Mais c’est toi qui n’as pas voulu m’écouter en ce temps-là, je sais, j’ai murmuré à ton l’oreille alors que j’aurai dû te le crier, mais si j’avais crié tu ne m’aurais pas entendu, tant de fois je t’ai averti, mais toi, tu en as toujours fait à ta tête!

-Alors, tu vois bien que tu ne me diriges pas et que parfois bien sûr je me suis trompé, mais là je suis si sur de moi et toi cette fois tu ne me parles pas, tu ne me dis pas si je suis sur le bon chemin?

-Parce que je ne vois pas de piège cette fois, voilà pour une fois je n’ai rien à te dire, parce que je sais que cette fois tu penses avec sagesse, alors je n’ai plus d’inquiétude;

-Bon alors, c’est bien vrai que finalement, c’est bien moi qui commande?

-Bon écoute, si tu veux dire cela comme ça je veux bien, mais qui t’a fait prendre la bonne décision?

-Tu sais très bien que je n’écoute que moi-même et tu peux dire tout ce que tu veux, la décision vient de moi, uniquement de moi!

-Décidément tu es têtu toi, presque autant que moi et c’est peu-dire!

-Non je ne suis pas têtu, mais je m’écoute une fois de plus je ne sais pas faire autrement que de m’écouter, sinon je suis perdu, si un jour je t’écoute. Je ne fonctionne bien qu’avec mes sentiments, alors que toi tu n’es qu’équations, que résultats, que calculs, que logique et moi j’aime vivre d’amour, de mots, de rire, de sourire, j’aime la vie quoi, toi tu es un rabat-joie!

Il est en colère cette fois, mais au moment où il va répliquer arrive avec sa pureté celle qui va mettre tout le monde d’accord!

Elle susurre à ces deux qui se disputent d’une petite voix douce:

- Que nenni, je vais vite vous démontrer que finalement c’est moi qui vous emmène où je le désire et ni toi le grand là-haut qui pense tout commander ni toi le petit en bas qui pense que tout vient de toi!

- bof ! alors toi, la maligne, dis-nous comment tu fais pour nous convaincre, lui et moi?

-Mais c’est très simple, je suis légère comme une feuille, je suis transparente comme de l’eau et je coule en vous, sans même que vous vous en aperceviez et quand je suis certaine de vous tenir je me manifeste et là je vous porte l’estocade, avez-vous à vous plaindre de moi ?

C’est alors que le miracle se produit, ils sont enfin d’accord pour dire;

- Non, toi seul il est vrai nous montre le chemin, tu nous aides à être bons,  tu gagnes cette bataille! Il faut reconnaître qu’elle sait être persuasive cette demoiselle!

 

Moralité: rien ne sert de se battre, toi, Monsieur CERVEAU intelligent qui crois mener Monsieur COEUR, qui lui n’a pas envie de t’écouter, ils auront enfin compris que demoiselle AME sera toujours la plus forte pour guider ces deux nigauds!

Puis, elle seule, un jour, s’envolera pour vivre d’autres vies!

 

 

 

Publié dans page de vie | 21 Commentaires »

Sandra………

Posté par canelle49 le 28 mai 2010

contestableau.jpg

Elle se promenait avec ses soeurs, ce jour d’automne les feuilles déjà jonchaient le sol, Sandra aimait le bruissement de ses pas sur ce tapis de feuilles mortes, elle papotait avec ses soeurs tout en regardant cette nature qui allait s’endormir pour laisser place à l’hiver et au renouveau du printemps, elle rêvait encore au prince charmant qui l’enlèverait un jour pour l’emmener dans son monde fait d’amour et de tendresse, chaque jour elle regardait autour d’elle les hommes qui passaient sur son chemin et commençait à désespérer de trouver son prince, les hommes étaient soit ventrus, soit chauves et le pire de ses soupirants, était imbibé d’alcool, il sentait mauvais et c’est avec terreur que Sandra s’enfuyait à toutes jambes quand elle le voyait, elle ne voulait pas que cet homme lui parle elle en avait horreur, mais elle était si polie qu’elle n’osait pas lui dire que son odeur et sa vue l’incommodait. Il faut vous dire que Sandra est une jeune fille bien élevée, donc son éducation l’empêche de dire à ce poivrot combien il l’incommode!

Sandra regarda sa soeur qui, elle avait trouvé son prince, elle se demandait ce qu’elle pouvait bien avoir de plus qu’elle, Sandra était une belle jeune fille, elle aimait vivre dans un monde fait de princes et de princesses, elle n’avait pas son pareil pour écrire des contes et rêvait de rencontrer un jour son prince, c’est en pensant à tout cela quand, tout à coup, un homme déboula sur le chemin, elle du se retirer pour ne pas se faire écraser par son vélo, en faisant cet écart elle se prit les pieds dans la mousse et s’étala de tout son long sur le chemin, l’homme voyant cela, mis pied-à-terre pour venir en aide à Sandra, il lui tendit la main et leur regard se croisèrent, le coeur de Sandra se mit à battre la chamade et c’est en rougissant qu’elle lui tendit sa main.

Son prince était arrivé, il avait des cheveux couleurs d’automne et son regard la couleur de l’océan, elle n’eut plus qu’une envie c’est de le revoir, elle avait peur de le perdre alors c’est avec conviction qu’elle lui susurra ces quelques mots que l’on peut dire avec pudeur:

< vous habitez dans le coin?  Je ne vous ai jamais vu par ici!>

 Que ne dirait-on pas comme banalité pour ne pas perdre celui qui vient de faire battre notre coeur et pourtant elle avait tant de facilité pour écrire de si belles histoires et là elle était presque paralysée par la timidité qui se voyait sur son visage rougissant au regard de cet homme!

Il la releva et se mit à rire, mais pourquoi riait-il? Elle rougit de plus belle en le regardant rire et elle se demanda pourquoi il riait autant, il la regarda intensément et aussi vite qu’il était apparu il se transforma en loup et c’est là que Sandra, compris que dans la vie ce n’est pas le loup qui se transforme en prince comme dans les contes, mais bien le prince qui se transforme en loup!

Depuis Sandra sait qu’il faut ne pas le rechercher, car si souvent la vie peut nous mettre face à un prince qui, avec le temps, se transformera en loup, alors, c’est, décidée, qu’elle attendra qu’un jour ce prince dont elle rêve et qui saura toucher son coeur, vienne la prendre par la main pour l’emmener au pays des contes qui seront pour elle devenus réalités!

Les leçons de la vie nous font comprendre que les contes de notre enfance ne sont que………. des contes (sourire) j’avais tant envie de glisser pour une fois une vérité de lapalisse! Voilà l’occasion était trop belle!

emoticone La forêt ce jour-là était aussi verte que le linge de la plage!!!!!!!!!

 

Publié dans page de vie | 23 Commentaires »

Destinée…….

Posté par canelle49 le 27 mai 2010

coeurrougemain.jpg

La route était sinueuse et elle ne voulait, pour rien au monde arriver en retard, elle ne pouvait pas faire cela à ses amis, c’était le plus beau jour de leur vie. Ils se mariaient et elle était demoiselle d’honneur, alors elle appuya encore en peu sur le champignon, elle entendait le crissement de ces pneus sur le bitume, la radio ronronnait une vieille chanson de piaf, tiens se dit-elle, j’aime bien cette chanson, absorbée par ses pensées elle ne vit pas tout de suite le camion qui arrivait dans le virage et au moment où elle l’aperçut  il était trop tard, le bruit de la collision avait dû réveiller tout le petit village qu’elle venait de traverser.

Elle se voyait main dans la main avec ce garçon, comment s’appelait-il déjà, oh! Et puis après tout il n’avait été que le premier de toute une série, elle papillonnait de ci-de-là et jamais ne s’attachait, vraiment à un garçon, elle aimait les soirées de danses, de folies et cela n’était pas compatible avec l’amour et la passion, alors elle vivait sa vie de célibataire endurcie avec bonheur, elle venait de fêter ses 36 ans, mais cela ne la souciait pas, elle aimait sa solitude et sa liberté avant tout.

Les secouristes qui avaient mis peu de temps pour arriver sur les lieux de l’accident se penchaient au-dessus de la petite voiture rouge qui n’était plus qu’un amas de ferraille entrelacé autour du corps de la jeune femme, un pompier se redressa et fit un signe de la tête qui en disait long, il n’y avait plus rien à faire pour cette pauvre femme, elle avait dû être tuée sur le coup.

Elle respirait avec peine, elle savait que ses jours étaient compté, son père près d’elle avait le désespoir dans les yeux, il ne voulait pas perdre Caroline, sa fille unique qui avait à peine 18 ans, comment pourrait-il laisser son bébé s’en aller, il avait déjà abandonné sa première fille née d’un amour sans mariage, il avait été lâche, mais il était si jeune quand sa petite amie lui annonça être enceinte, il pris peur et demanda à ses parents de pouvoir partir étudier dans un autre pays, jamais plus il n’avait, eu des nouvelles de Claire, il savait qu’elle avait eu une fille, mais jamais il n’avait demandé à la voir, il pensait que Dieu en ce moment le punissait d’avoir lâchement fuit ses responsabilités, il regardait Caroline, sa blondeur était celle d’un ange et son regard avait la couleur de l’océan quand il vire au vert. Caroline regarda son père et lui tendis les bras:

-  Courage papa, lui dit-elle, surtout ne pleure pas, je sais que je vais m’en aller, mais avant de partir je veux que tu promettes une chose;

- Mais bien sûr ma chérie tout ce que tu veux, mais tu ne vas pas partir, ne dis jamais cela!

- Papa écoute-moi, je n’ai plus beaucoup de force et je veux que tu me fasse la promesse de continuer à vivre, tu ne dois pas te laisser abattre, je serai là papa, toujours près de toi et j’ai besoin de te voir heureux et besoin de ton sourire!

Il la serra très fort, c’est à cet instant qu’une infirmière fit son apparition, elle regarda la scène et se pencha sur Caroline lui disant, voilà cette fois c’est la bonne, on a un coeur compatible!

Caroline frissonna depuis tant de temps qu’elle attendait cette greffe, son père venait de comprendre que Caroline allait peut-être vivre, il laissa ses larmes retenues couler le long de ses joues.

Douze heures, cela faisait douze heures qu’elle était en salle d’opération, il devenait très nerveux, il regarda pour la unième fois l’aiguille de l’horloge au dessus-de sa tête quand la porte s’ouvrit,  le médecin s’approcha de lui, posa sa main sur son épaule et dit :< voilà, on a gagné la bataille, le coeur est reparti et l'opération c'est très bien passé!  ce père qui avait tant prié pour son enfant, laissa son émotion prendre le dessus et éclata un sanglots!

Quelques années ont passé et Caroline ne sait pas qui lui a redonné la vie une nouvelle fois, elle sait que c’était une femme accidentée, rien de plus, elle ne saura jamais que dans son corps, le coeur de sa soeur bat  en elle! 

 

Publié dans page de vie | 17 Commentaires »

La petite qui voulait lire………..

Posté par canelle49 le 26 mai 2010

lapetitefille.jpg

Il était une fois une petite fille qui n’avait qu’une envie, c’est de savoir lire, comment faire alors qu’elle n’avait que trois ans et que son seul rêve était de pouvoir prendre ce journal qui semblait si important pour maman et papa qui le lisait et le relisait chaque jour, elle écoutait souvent les commentaires que pouvait faire ses parents de tout ce que leurs yeux avaient pu lire dans ce journal, souvent elle le prenait entre ses mains, mais elle avait beau le retourner dans tous les sens, elle ne pouvait pas déchiffrer les mots qui dansaient devant ses yeux.

Alors, elle demanda un jour à son père de lui donner les clefs pour ouvrir ses yeux au monde des lettres et des mots, il était bien surpris et  lui répondit qu’elle avait  bien le temps d’apprendre quand elle irait à l’école, non, elle ne pouvait pas attendre, il fallait qu’elle puisse aussi lire ce fameux journal et puis les livres qu’elle recevait de temps en temps, alors à quoi ils servaient  sur l’étagère de sa chambre? Elle les prenait parfois, les respirait, leur ouvrait le coeur pour sentir et voir ce qui pouvait bien être si compliqué pour lire ses livres, mais pourquoi attendre? Elle ne comprenait pas pourquoi les adultes lui disait qu’elle avait bien le temps, alors c’est, décidée, qu’elle demanda à sa grand-mère de lui expliquer le jeu des lettres.

Puis, quand elle rentra dans cette petite école  elle fut si heureuse et se dit:< voilà enfin je vais apprendre à lire>, mais ce n’était pas encore pour apprendre les lettres, mais pour faire des jeux, sa déception n’en était que plus grande, décidément, se disait-elle, les adultes sont bizarres, je voudrais apprendre, ils me font entrer à l’école et on m’apprend à jouer, pourtant je sais jouer, je n’ai pas besoin d’apprendre cela, c’est alors qu’elle commença très tôt à vouloir fuir ce monde de l’école, elle qui aimait aller chez  le vieux qui lui contait la vie comme des fables, qui savait lui donner le bonheur de l’écoute et de la simplicité, il avait si souvent donné sa tendresse à la petite qu’elle était certaine que lui allait lui apprendre les lettres,  avec patience il lui avait montré les lettres et lui au moins leur avait donné un nom, elle savait ce que c’était que les deux ponts ensemble et qui formait un M, elle savait que le grand sec était un I, puis le petit rond un O, le S lui faisait penser à un serpent et oui comme c’était bien vu, le mot commençait bien par S, elle avait besoin de repère pour apprendre plus vite les lettres, le t pour elle était une croix et le x un autre genre de croix, elle aimait le gros ventre du B, le garde- à -vous du P, Le K  lui faisait penser aux danseuses de french cancan qu’elle avait aperçue en photo sur le journal et celui qui écartait les jambes le A, elle aimait tout particulièrement le A en majuscule comme en minuscule elle ne savait pas pourquoi elle affectionnait particulièrement cette lettre, elle le compris bien plus tard, cette petite lettre commencait tous les mots gentils, comme Amour, Amitié; Aide, Admiration, Anniversaire; Année, Ange, Ailes, affection, elle ne demandait qu’à apprendre à lire, mais ne voulait pas attendre, elle voulait cela tout de suite!

Elle su lire parfaitement quand elle commença l’école primaire au grand étonnement de sa prof, mais elle avait en elle cette envie depuis si longtemps que les lettres, les syllabes, les mots et les phrases n’eurent très vite plus de secret pour elle, les mots venaient en elle avec tant d’ardeur qu’elle osa un jour mettre sa pudeur de côté pour commencer à faire danser les mots sur une page blanche qui se remplissait comme par miracle et puis un jour son ami de toujours lui dit sans détours, lance-toi, fais un blog, comme elle avait  hésité pendant des mois, écrire pour elle était bien aisé, mais se laisser lire par tant de monde, bien gênant, se dit-elle, ouvrir son âme et son coeur à tout vent n’était pas une décision facile, mais un jour de lassitude, perdue dans les dédales de son âme attristée, elle pris une grande respiration et sans plus y réfléchir elle ouvrit Always, elle avait enfin osé et c’est avec joie qu’elle écrivit à son ami lui disant que c’était fait, elle avait osé!

Depuis, elle n’a jamais regretté, puisque cette aventure est bien plus belle qu’elle ne pouvait le penser, puisqu’à ce jour elle a rencontré les plus belles personnes qui lui ait été donné de connaître et elle se dit encore que celui qui a dit qu’il n’y a que le premier pas qui coûte avait bien raison!

Les, manounie, feuille de chou, Sandra, Lyly, Christina,Binicaise,Dominique,Douceur pour vos yeux, farandoles,gouttes23, Jean-Claude dit gruni, Jacky, Fabienne,Josy, Kasimir, Linacarmen,Lorette, Mariuss, Paty,Photoamateur, puissant, Talengar, Simboubou ditTân,Tony Yves,et tsilakipling lui ont ouvert l’une des plus, belle page de sa vie! Ah! sans oublier le petit dernier, Kasimir qui a aussi un blog qui m’émerveille. Et si la fée n’a pas de bagette magique, elle sait que les mots peuvent tout changer et que l’amour peut gagner par les mots contre la haine qui peut se trouver dans les coeurs.

Et ce merveilleux petit village des rêves où l’amitié n’est pas un rêve, mais bien une réalité, elle se doutait bien déjà petite que les lettres et les mots pouvaient faire de miracles!

Merci à toutes et tous de m’avoir suivie sur air du temps!

 

 

Publié dans page de vie | 18 Commentaires »

12345
 

LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Fermé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hikmaphilo
| civod
| asmablog